Jacques Attali : « Tout pays doit se penser comme un hôtel. Il faut recevoir sans cesse des étrangers »

Celui qui se vante d’avoir « repéré » et « inventer » Emmanuel Macron, donne la vision migratoire de sa clique de mondialistes. Le chiffre de 200 000 clandestins est évidement délirant. En 2015, l’Allemagne à reçu 1.1 millions demandes d’asile…

« Malheureusement, tous les pays européens sont d’accord pour contenir l’immigration, et même la réduire. Mais regardons les chiffres: nous sommes 600 millions d’habitants en Europe et nous parlons d’accueillir 200 000 migrants par an. En trois ans, cela ferait 600 000, soit 1 pour mille de la population de l’Europe. Vous vous rendez compte? 1 pour mille! Ce n’est pas assez. Nous sommes capables d’en accueillir bien plus. Le Liban doit se débrouiller avec 25% de migrants syriens. L’Europe est aussi confrontée à un effondrement démographique. Et l’accueil des réfugiés fait partie de ses valeurs. » (…)

« Tout pays doit se penser comme un hôtel et ses habitants comme des hôteliers. Recevoir sans cesse des étrangers. Etre accueillant. C’est ce qui rend la Suisse symboliquement maritime. »

« Avec les compliments du guide » : le plus gros scandale de la Vème République

Le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi, a enquêté pendant 6 ans sur le plus gros scandale politique de la Vème République. Comme le révèle le journaliste, il n’y a même pas en France, un juge d’instruction et un policier à temps plein qui enquête sur cette affaire. Egalement, nous apprenons qu’il y a une épidémie de morts chez les témoins qui mettent en cause Sarkozy. Il est enfin reconnu publiquement, qu’il n’y a jamais eu de bombardement de Benghazi, ni de massacre de la population civile par Kadhafi. A noter que dans la vidéo, lorsque Fabrice Arfi s’en prend aux mensonges de BHL, Patrick Cohen le défend, puis passe rapidement le sujet.

Le Point a étouffé une enquête sur l’affaire du financement libyen de Sarkozy

Alors que nous sommes relégués au rang de complotistes bas du front lorsque nous dénonçons les collusions entre les politiques et la presse, un exemple de plus pour étayer notre argumentation.

Macron veut commémorer Mai 68…

L’Élysée commence à réfléchir à une commémoration de Mai 68, dont on célébrera le cinquantenaire l’an prochain, avec l’idée de sortir du « discours maussade » sur ces événements qui ont contribué à la modernisation de la société française, dans un sens plus libéral. Des personnalités comme Daniel Cohn-Bendit, proche du chef de l’État, seront vraisemblablement associées à la réflexion puis aux manifestations.

Pour Emmanuel Macron, Mai 68 appartient à un passé qu’il n’a pas connu, puisqu’il est né neuf ans plus tard. L’Élysée souhaite donner une dimension internationale à « 68 », car ce fut l’année du Printemps de Prague et de sa répression, des grandes manifestations aux États-Unis, du massacre à l’Université de Mexico, des mouvements étudiants dans toute l’Europe…
Continuer la lecture de « Macron veut commémorer Mai 68… »

Pourquoi les militants d’extrême gauche inquiètent les autorités

Cet automne, un cap a été franchi avec des incendies de garages appartenant à la gendarmerie à Limoges (Haute-Vienne) et à Grenoble (Isère), revendiqués par des groupes libertaires, en soutien à des militants jugés à Paris pour l’incendie d’une voiture de police avec deux fonctionnaires à bord. Enfin, la semaine dernière, il y eut cette « chasse au DRH » dans le bois de Boulogne, lancée comme une mauvaise blague, qui aurait pu très mal tourner (trois voitures incendiées). Autant de raisons pour lesquelles le renseignement intérieur tient l’ultragauche pour une « menace inquiétante ». « L’ultragauche n’a jamais disparu, ce sont les services de renseignement qui s’y intéressent à nouveau, commente un autonome de 35 ans, très actif dans le passé. Le grand capital a toujours eu peur de l’ultragauche, à plus forte raison quand il est indécent comme aujourd’hui.»

Lire la suite sur le Parisien…

L’étrange symbolique présentée dans le bureau d’Emmanuel Macron

Au delà de la question du goût… une étrange symbolique, particulièrement sur le tableau de gauche.

« Dimanche soir, la décoration du bureau élyséen dans lequel a eu lieu  l’interview télévisée d’Emmanuel Macron faisait partie intégrante de la communication du président.

Continuer la lecture de « L’étrange symbolique présentée dans le bureau d’Emmanuel Macron »

Terrorisme d’extrême-droite : attention manipulation !

Alors que la France est sous pression terroriste (jihadiste) depuis 3 ans, quoi de mieux pour « l’Intérieur », que d’allumer un contre-feu en médiatisant une pseudo affaire de terrorisme d’extrême droite. C’est du deux en un : un coup de com’ à pas cher, et de quoi apeurer la ménagère en agitant le spectre de la bête immonde.

Quoi de mieux pour la République, que de mettre sur le même plan médiatique, des terroristes islamistes organisés en réseaux, avec des financements, des canaux de communication, des bases arrière, et les patriotes lassés de l’invasion migratoire ?

Les vieilles méthodes de barbouzes se révèlent toujours efficaces. La police arrête un mec perdu ainsi que son entourage, l’affaire est médiatisée en appuyant sur l’orientation « extrême droite » du dossier. Pour terminer, on insiste sur le fait que le terrorisme n’est pas une prérogative de l’islam radical. (affaire Nisin, ci-dessous)

Rappelons qu’aucun mouvement de la droite nationale contemporaine (post guerre d’Algérie), n’a incité, organisé ou financé de projets visant à attaquer mortellement la population civile ou militaire. Le peu « d’affaires terroristes » qui concerne des militants nationalistes (Brunerie en dernière date), sont le fait d’individus isolés, ne répondant à aucune commande, d’aucun groupe constitué. L’attribution même de ces projets « violents » à la droite nationale, comme le fait Le Monde (ici), relève de la plus pure malhonnêteté intellectuelle.

Dix hommes présumés proches de l’extrême droite ont été arrêtés dans les environs de Marseille et en Seine-Saint-Denis, mardi matin. Ils sont soupçonnés d’avoir participé à des projets d’attentats visant des lieux de culte musulmans et des personnalités politiques.

Continuer la lecture de « Terrorisme d’extrême-droite : attention manipulation ! »

Détente : le PS va licencier la moitié de ses effectifs

Après avoir annoncé qu’il compte se séparer de son siège parisien, le PS va devoir, pour rééquilibrer son budget, se séparer de la moitié de ses effectifs.

Les salariés du PS connaîtront le sort qui leur est réservé dans huit jours. Mardi 24 octobre, le Parti socialiste convoque un comité d’entreprise extraordinaire à l’issue duquel, selon des informations du Monde, il pourrait se séparer de 50 à 70 personnes. Soit au moins la moitié de ses effectifs. “Nous étions 120 salariés. Une vingtaine est déjà partie depuis un an, avec des démissions ou des départs à la retraite. Il en reste donc une centaine. Et on va devoir se séparer de la moitié ou plus… La situation est explosive”, raconte un cadre du parti, contacté par le quotidien du soir.

Continuer la lecture de « Détente : le PS va licencier la moitié de ses effectifs »

Expulsion des clandestins condamnés : Le Monde rappelle à l’ordre Macron

A noter : la croûte horrible au dessus de la cheminée et le tapis dernière génération

Alors que Jupiter s’adonnait à un exercice de communication hier soir sur TF1, il a voulu envoyer un message de sympathie à la droite en déclarant : « Je souhaite que tout étranger en situation irrégulière qui commet un acte délictueux soit expulsé ». Une mesure de bon sens puisque les clandestins, sans même avoir commis de crime, sont par nature en situation irrégulière dans notre pays. Le Monde, journal de la bonne conscience républicaine, s’empresse de reprendre Macron et de nous expliquer pourquoi, cette mesure ne sera jamais appliquée.

« Je souhaite que tout étranger en situation irrégulière qui commet un acte délictueux soit expulsé », a déclaré le chef de l’Etat, lors de son entretien télévisé, dimanche 15 octobre. En clair, Emmanuel Macron a validé une demande constante de la droite et de l’extrême droite : l’application unilatérale de la « double peine ».

Continuer la lecture de « Expulsion des clandestins condamnés : Le Monde rappelle à l’ordre Macron »

Marine Le Pen se moque des élus FN qui vont à la messe : « Alors la secte ? On n’a pas pu s’empêcher ? »

« Le dimanche 1er octobre se tenait, toujours à Poitiers, la « Journée des élus » [du FN]. Avec début des travaux à 10 heures. Une trentaine de participants sont arrivés un bon quart d’heure en retard. Aussitôt suspectés de s’être d’abord réunis en un autre lieu pour y comploter, ils ont dû faire savoir que non, ils étaient simplement allés… à la messe ! Ce qui leur a valu un peu plus tard d’être moqués par Marine Le Pen : « Alors la secte ? On n’a pas pu s’empêcher ? » »

Pour l’instant, aucun démenti n’a été produit par le parti.

Source Minute via LSB

Belgique : Le parti ISLAM veut appliquer « une charia occidentale » (sic)

Si en France, le communautarisme religieux lors des élections n’est (pour le moment) pas une réussite, c’est légèrement différent en Belgique. Il conviendra de suivre attentivement les résultats de l’élection de ce mois-ci, pour se faire une idée de la progression de l’islam militant et politique outre-Quiévrain. A noter que le président du parti n’hésite pas à adoucir en façade le discours, pour mieux amadouer les électeurs et les autorités.

Le parti ISLAM avait créé la surprise en 2012 en décrochant deux sièges de conseiller communal, l’un à Anderlecht et l’autre à Molenbeek. Désormais, la formation religieuse espère bien passer un cap à l’occasion du scrutin communal d’octobre 2018.

Depuis sa création en 2012, le parti ISLAM a davantage fait parler de lui par ses positions radicales plutôt que par l’action de ses deux conseillers communaux, lesquels se feraient plutôt discrets depuis leur élection, rapportait La Dernière Heure en mai 2015.

Continuer la lecture de « Belgique : Le parti ISLAM veut appliquer « une charia occidentale » (sic) »

FN : vers un changement de ligne concernant l’Union européenne ?

Après avoir, au cours des dernières années, changé de doctrine concernant le problème ethnique ou les mœurs publiques, le FN va-t-il changer aussi de position sur l’Union européenne ?

Les « philippotistes » l’en accusent et exposent des citations qui détonnent effectivement avec le désir d’indépendance nationale que manifestait le FN jusqu’alors :

L’image contient peut-être : 4 personnes, texte

PS : Bernard Monot est chargé des questions économiques au FN.

Les « marcheurs menteurs » : les trois mensonges de Pénicaud face à Elise Lucet

C’était l’une des séquences attendues de l’émission Cash Investigation, mardi soir sur France 2 (voir l’émission ici). Après avoir constaté pendant deux heures les conditions de travail épouvantables chez Lidl ou chez Free sur lesquelles ont enquêté les équipes d’Elise Lucet, la ministre du Travail allait devoir justifier sa réforme, qui risque d’aggraver la situation de bon nombre de personnes. Interrogée sur les indemnités prud’homales et le barème contraignant mis en place par les ordonnances, Muriel Pénicaud a notamment dû s’expliquer sur à la situation de Nelson, licencié abusivement alors qu’il avait moins d’un an d’ancienneté. Aux prud’hommes, il a touché six mois de salaire d’indemnités, alors qu’avec le nouveau barème il n’aurait touché qu’un mois. Elle a donc essayé de s’en sortir au prix de plusieurs mensonges.

Premier mensonge

Avant même de rentrer dans le vif du sujet, elle a tenté de justifier le bien-fondé de ce barème : «On a mis un barème qui correspond à la moyenne de ce qui se fait aujourd’hui aux prud’hommes.»

Voici le barème des ordonnances Pénicaud :

Lire la suite…

Sénat : les magouilles continuent

Daniel Laurent, sénateur Les Républicains de Charente-Maritime, a cru avoir trouvé un moyen de contourner la loi sur la moralisation de la vie politique. Le texte voté la semaine dernière interdit en effet aux parlementaires d’employer leurs enfants. Fâcheux pour Monsieur le sénateur, qui travaille avec sa fille, Vanessa Laurent, et doit donc procéder à un licenciement qu’on devine déchirant. Celui qui est par ailleurs maire de la ville de Pons a donc tout simplement proposé un arrangement à Corinne Imbert, une sénatrice LR qui emploie elle-même sa fille. Sud-Ouest rapporte que l’élu a tenté… d’intervertir sa fille avec celle de sa collègue.

Continuer la lecture de « Sénat : les magouilles continuent »