Copinage républicain : un proche d’Edouard Philippe libéré quelques heures après avoir frappé un policier en civil

Trouvé sur Mediapart : « Un proche d’Édouard Philippe, qui a été placé en garde à vue dimanche 23 juin pour avoir frappé un policier en civil dans les environs de Rouen, a été remis en liberté quelques heures plus tard, juste avant la visite officielle du premier ministre russe Dmitri Medvedev en France, en prétendant être un « conseiller diplomatie et communication »de Matignon. Ce que l’intéressé n’est pourtant pas, d’après les services d’Édouard Philippe, même si sa proximité apparente avec le chef du gouvernement ne fait pas de doute. »

Barcelone : Manuel Valls viré par son parti !

Qu’il est réjouissant de voir ce sinistre personnage se prendre les pieds dans le tapis en Espagne avoir après participé activement au naufrage de la France. Valls peut désormais prendre le temps de méditer l’adage, « il n’y a pas loin du Capitole à la Roche Tarpéïenne ».

Trouvé sur L’Express : « Les noces n’auront pas duré longtemps. Les libéraux espagnols de Ciudadanos ont décidé lundi de rompre avec Manuel Valls à Barcelone en raison de la décision de l’ancien Premier ministre français de voter en faveur de l’élection de la maire sortante de gauche.

Contre l’avis du parti qui l’avait soutenu aux municipales, l’ex-Premier ministre français et deux autres des six élus sur sa liste ont apporté samedi leurs voix décisives à Ada Colau, lui permettant d’être reconduite à la tête de la deuxième ville d’Espagne. Manuel Valls avait justifié ce vote « sans contreparties » par sa volonté de barrer la route à l’indépendantiste catalan Ernest Maragall, arrivé de peu en tête du scrutin. Continuer la lecture de « Barcelone : Manuel Valls viré par son parti ! »

Fête de la musique 2019 : la scène sera 100 % féministe à l’Élysée et 100 % rap à Matignon

Après le DJ Kiddy Smile et ses danseurs afro-gays qui ont stupéfiés le monde entier en se trémoussant sur les marches de la Cour d’honneur de l’Élysée pour la Fête de la musique l’année dernière, Emmanuel Macron a invité pour 2019 le duo Brigitte (sic), composé de Aurélie Saada et Sylvie Hoarau, pour un live acoustique. Ce groupe a été en 2018 à l’origine du projet de reprise de l’hymne de MLF « Debout les femmes », en collaboration avec la Maison des femmes.

Une dénommée Iris Gold sera également de la fête. Mais aussi une certaine Pongo, rappeuse angolaise au style très particulier. Et enfin le groupe irlandais pro-avortement Saint-Sister…

La Cour d’honneur de l’hôtel de Matignon qui accueillait l’an dernier plusieurs orchestres de musique classique fera place nette, cette fois-ci, à des « artistes » rap, R’n’B, ou encore hip-hop dont les noms n’ont pas encore été dévoilés.

Source T. Joly

Manuel Valls aurait touché 20.000 euros par mois comme candidat à la mairie de Barcelone

Ah, les socialistes…

Cet homme qui a ravagé la France pendant plusieurs années n’a aucune attache, ni familiale, ni nationale. Les deux piliers de sa vie semblent être la quête du pouvoir et l’amour de l’argent.

Résultat de recherche d'images pour "manuel valls barcelona"

« Selon le quotidien catalan « Ara », l’ancien Premier ministre Manuel Valls aurait réclamé et obtenu des donateurs de sa campagne infructueuse pour conquérir la mairie de Barcelone un salaire mensuel net de 20.000 euros. De quoi se consoler de sa défaite.

C’est beau, l’engagement désintéressé. Pour tenter de conquérir la mairie de Barcelone, Manuel Valls aurait touché un salaire mensuel net de 20.000 euros par mois, rapporte le quotidien catalan Ara. D’après l’enquête du journal espagnol, parue ce jeudi 13 juin, l’ancien Premier ministre français, battu le 26 mai avec 13,20% des voix, aurait réclamé à ses contributeurs de lui verser ces émoluments en plus de la participation à ses frais de campagne.

Pour réclamer cette indemnisation, Manuel Valls aurait fait valoir auprès de ses donateurs la perte de revenu engendrée par la démission de son mandat de député français, le 2 octobre 2018. « Les gens étaient effarés quand Manuel Valls a demandé une telle somme pour lui. Ce n’est pas très élégant« , témoigne auprès d’Ara l’un des convives d’une levée de fonds. La demande aurait pourtant été acceptée.

Une belle opération, puisque la somme représente près du triple de la rémunération perçue par un député à l’Assemblée nationale (7.239 euros bruts par mois). En tant que simple candidat à la mairie de Barcelone, celui que Bernard-Henri Lévy estime être l’incarnation du « panache français » et du « chevaleresque catalan » aurait même été mieux rémunéré que lorsqu’il était à Matignon, entre 2014 et 2016 (14.910 euros brut).

D’où Manuel Valls, candidat à la tête d’une structure politique embryonnaire (Barcelona pel Canvi) et seulement allié au parti Ciudadanos, a-t-il tiré l’argent nécessaire pour sa campagne ? Avec l’appui de sa compagne Susana Gallardo, héritière des laboratoires Almirall, l’ancien socialiste s’est tissé un réseau de soutiens fortunés de l’autre côté des Pyrénées, qu’il n’a pas hésité à solliciter pour batailler, sans succès, contre les indépendantistes catalans emmenés par Ernest Maragall et la liste Barcelone en commun, de gauche, conduite par Ada Colau. […] »

Source Marianne

Le député LREM Mustapha Laabid jugé pour avoir utilisé à des fins personnelles l’argent des contribuables

Du menu fretin jeté au tribunal pour préserver les gros poissons ?

En tout cas cet individu ne risque pas grand chose (le procureur n’a demandé que du sursis et une inéligibilité provisoire), même s’il a volé l’argent des impôts.


Le député LREM Mustapha Laabid est suspecté d’avoir utilisé des fonds (issus de subventions) de l’association « d’insertion » qu’il dirigeait à des fins personnelles. Il est passé en jugement et lors de l’audience, le parlementaire a eu du mal à justifier ces dépenses, parlant d’« erreurs et négligences » dans la gestion des comptes. Verdict le 6 août.

[…] Mustapha Laabid a-t-il confondu les comptes de son association avec ses deniers personnels ?

Continuer la lecture de « Le député LREM Mustapha Laabid jugé pour avoir utilisé à des fins personnelles l’argent des contribuables »

Les débuts catastrophiques de Nathalie Loiseau au Parlement européen

Trouvé sur Valeurs Actuelles : « Tout débute le 5 juin dernier, quand l’ancienne ministre déléguée aux Affaires étrangères organise un point presse « off » devant certains médias. Lors de cette déclaration, elle dézingue à tout va ceux qui sont censés être ses alliés. Selon elle, le président belge du groupe libéral Guy Verhofstadt a, par exemple, des « frustrations rentrées », la députée néerlandaise Sophie in’t Veld, qui vise aussi la présidence de l’ADLE, « a perdu toutes les batailles qu’elle a menées », l’autre candidat, suédois, Frederick Federley, est à la solde de la droite teutonne, l’Allemand Manfred Weber est un « ectoplasme » qui « n’a jamais rien réussi » et son propre collègue à LREM Jean Arthuis est un « homme aigri ». Alertée par Garance Pineau, spécialiste de l’Europe au sein de LREM, sur la violence de ses propos, l’eurodéputée tempère et explique alors que ce qu’elle dit n’engage pas Emmanuel Macron… Mais le mal est fait. »

Macron récupère et épure la lettre patriotique et chrétienne d’un jeune résistant fusillé

Lors des commémorations du 75e anniversaire du débarquement, le 5 juin, le président de la République Emmanuel Macron a décidé de lire des extraits (faute de temps, officiellement) de la dernière lettre d’Henri Fertet, 16 ans, fusillé par les Allemands pour faits de résistance (envoyé en mission par des adultes irresponsables, il avait tiré mortellement sur un soldat allemand) le 26 septembre 1943, à sa famille.
Le président, comme à son habitude, se met en scène, c’est un comédien, il aime ça.

Une lettre très belle et émouvante, qui montre au passage quel recul civilisationnel nous avons fait en matière de maturité, de profondeur et de capacité de rédaction. Rares sont les garçons de 16 ans qui pourraient écrire un texte comme celui-ci aujourd’hui.

De nombreux internautes ont relevé deux choses significatives dans la présentation de cette lettre par Macron.
1) alors que le texte comporte de fréquents passages explicitement chrétiens, témoignant de la foi et de l’Espérance du jeune homme, et qui éclairent son sens du sacrifice, Macron les évite soigneusement.
2) le président mondialiste omet l’expression de France éternelle utilisée par le jeune homme (« dites-leur ma confiance en la France éternelle. »)

De toute manière, comment Emmanuel Macron, militant mondialiste mis en place par les réseaux cosmopolites, destructeur de tout ce qui reste d’ordre naturel et de civilisation chrétienne, effaceur de la France, traître intégral à son pays, ose-t-il reprendre une telle lettre patriotique et chrétienne ?
C’est indécent et odieux.

Le texte complet de la lettre :
Continuer la lecture de « Macron récupère et épure la lettre patriotique et chrétienne d’un jeune résistant fusillé »

Les drôles de bulletins de vote de l’« Union des démocrates musulmans français »

La liste islamiste aux élections européennes, qui a pu se présenter bien qu’elle n’ait pas respecté les délais (par faveur du ministère de l’Intérieur) et qui a fait de bons résultats dans les quartiers les plus colonisés (16,74% au Val Fourré), s’intitulait « Union des démocrates musulmans français », sauf que sur ses bulletins, deux mots étaient à peine visibles :

Source

L’ex ministre de l’Intérieur Gérard Collomb perquisitionné pour soupçons de détournement de fonds publics

Gérard Collomb fut le calamiteux premier ministre de l’Intérieur de Macron (avant le non moins funeste Castaner), poste où il s’est illustré  en régularisant des immigrés clandestins à tours de bras, en mentant dans l’affaire Benalla, en mentant sur les chiffres de l’immigration et de l’insécurité, en affichant sa préférence pour les chômeurs migrants plutôt que français, etc.
Ce vieux franc-maçon est soupçonné par la justice d’avoir détourné 500 000 euros des poches du contribuable vers sa maîtresse maghrébine…
En soi ce ne serait pas du tout surprenant, connaissant la République française.
Il est toutefois probable que le pouvoir macroniste lui fasse payer son lâchage du président et en profite pour l’évincer de la course à la mairie de Lyon.
Sur combien d’autres politiciens y a-t-il des dossiers compromettants sur lesquels la justice ne se penche pas, jusqu’à ce qu’on lui demande ?

Le Parisien rapporte :
« Une perquisition est en cours ce mercredi matin au domicile de Gérard Collomb, le maire de Lyon (Rhône), tandis qu’une seconde se déroule dans les locaux de la mairie de Lyon.
Continuer la lecture de « L’ex ministre de l’Intérieur Gérard Collomb perquisitionné pour soupçons de détournement de fonds publics »

L’Elysée a proposé à Benalla de hauts postes dans des grands groupes pour qu’il se taise

Sophie Coignard - Benalla, la vraie histoire.L’Express publie des extraits du livre Benalla, la vraie histoire, écrit par la journaliste Sophie Coignard, qui vient de paraître aux éditions de l’Observatoire (il est commandable ici).

Elle était déjà auteur de l’intéressant Un Etat dans l’Etat, sur le pouvoir maçonnique.

Voici un passage révélateur et choquant, sur le fonctionnement du système démocratique et sur la collusion souvent méconnue entre politiciens et grands groupes :

« Après que Le Monde eût dévoilé l’affaire, l’Elysée panique puis veut s’assurer du silence de Benalla.
« On veut qu’il ait des moyens de subsistance, pour ne pas accepter le chèque du premier éditeur venu. Quand il est licencié, les conseillers les plus proches d’Emmanuel Macron se transforment en cellule VIP de Pôle emploi.  »Fais un peu le canard pendant quelques mois, lui dit Ismaël Emelien. Ensuite, on te trouvera un job où tu veux. Qu’est-ce qui te plairait ? Chef de cabinet dans un grand groupe ? ». Sylvain Fort lui cherche aussi un point de chute. (…) Que de candidats bienfaiteurs ! LVMH, qui habille la première dame et dont le président-fondateur, Bernard Arnault, connaît et apprécie les Macron, lui fait savoir que la direction serait ravie de l’embaucher dans ses équipes de sécurité s’il en émettait le souhait. »
L’Élysée, en tout cas, n’en a pas fait assez, pas assez tôt, pas assez vite, pour purger le scandale. »

Dans de nombreux pays, ces quelques phrases suffiraient à déclencher une crise politique grave avec démissions au sommet. Mais les Français, après tant de décennies de régime républicain, sont blasés.

Gilles Boyer, eurodéputé macroniste : « Un maire qui sera réélu sans l’apport de LREM sera un ennemi du Président »

Ah, la démocratie…

Manon Monmirel (LFI, suppléante du député Eric Coquerel) : « Que la France et tous les Français aillent niqu… leur mère »

Cette femme aux manières de racaille est suppléante et assistante parlementaire du député rouge Eric Coquerel. Elle a livré sur Facebook son analyse suite aux résultats des élections européennes :

La haineuse idéologie marxiste peut bien convenir aux racailles immigrées, basses du front et ingrates, c’est pourquoi les rouges de tous poils les courtisent de façon si effrénée.

Source

« Emmanuel Macron peut dire merci aux catholiques », 37% des électeurs « pratiquants » auraient voté LREM

Affligeant. 37% des catholiques réputés « pratiquants » ayant « urné » ont, selon un sondage IFOP pour La Croix, voté LREM contre 14% pour le RN, à 4 points des crypto-communistes d’EELV !
Bernanos disait dans son
Journal d’un curé de campagne : « Peut-être le vice est-il moins dangereux pour nous qu’une certaine fadeur ? Il y a des ramollissements du cerveau. Le ramollissement du cœur est pire. »

Outre la part de bourgeois qui ont écouté la voix du porte-feuille, beaucoup d’entre eux ont, à leur décharge, suivi le prêchi-prêcha de leur évêque socialo-cosmopolite.

Trouvé sur La Croix :
« Emmanuel Macron peut dire merci aux catholiques pratiquants. Selon un sondage Ifop pour La Croix, 37 % d’entre eux ont voté pour la liste Renaissance. Un chiffre qui monte à 43 % chez les pratiquants réguliers.

Ce résultat – très supérieur à celui de l’ensemble des électeurs – est, selon Jérôme Fourquet, directeur Opinion et stratégie de l’Ifop, une des clés du score « honorable » du 26 mai, pour reprendre l’expression de l’Élysée. « La principale leçon de cette élection est qu’Emmanuel Macron a perdu des voix venues de la gauche qui sont parties chez les écologistes. Il les a compensées par des électeurs de droite parmi lesquels nombre de catholiques pratiquants », analyse ce spécialiste de l’opinion. Continuer la lecture de « « Emmanuel Macron peut dire merci aux catholiques », 37% des électeurs « pratiquants » auraient voté LREM »