Un nouveau livre sur Vercingétorix, réhabilitant le chef gaulois

Il vient de sortir aux éditions Ellipses. 528 pages, 24,4 €, disponible ici.

La 4e de couverture est explicite :

« Alésia, 52 av. J.-C. Un pays se soulève à l’appel d’un jeune homme. Moins de dix mois de lutte. La réussite, si proche… et la célèbre reddition du vaincu.
Les études sur Vercingétorix et César sont nombreuses. Pourtant la controverse actuelle sur l’emplacement d’Alésia pourrait remettre en cause bon nombre d’idées reçues sur le jeune Arverne. Entre les tenants de l’Alésia bourguignonne (Alise-Sainte-Reine) et les défenseurs d’une Alésia jurassienne, une âpre guerre s’est déclenchée.
Il ne s’agit pas là d’une simple affaire de spécialistes car l’appréciation que l’on peut porter sur Vercingétorix est intimement, absolument, irrévocablement liée à la question de l’emplacement d’Alésia. Dès lors qu’il n’est plus gibier mais chasseur, Vercingétorix acquiert une autre envergure, ses desseins une autre profondeur, sa lutte juvénile et généreuse une plus grave autorité. Et ce nouveau personnage mérite la découverte.
Dans un style alerte et savoureux, l’auteur examine une à une les pièces du dossier, en commençant par une relecture attentive de la Guerre des Gaules confrontée à des observations géographiques, archéologiques et stratégiques. Elle nous livre la biographie d’un Vercingétorix audacieux, énergique et fin stratège, qui aurait pu vaincre Rome. »

« Shoah Story » : un nouveau livre sur le sujet préféré des médias

mais qui se permet une certaine liberté, et une approche intéressante, basée sur l’étude de l’évolution du « récit ».

Il est sorti aux éditions DIE, et est disponible ici. 232 pages, 23 euros.

Sur la 4e de couverture :

« Le sort des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale pèse sur la conscience occidentale, il a fait l’objet d’un très grand nombre de films, livres, articles et rapports. Mais le récit qui en ressort a beaucoup évolué en soixante-dix ans, dès les premières rumeurs, aux thèses d’aujourd’hui.

La politique s’y est greffée, donc les polémiques, souvent douloureuses : en particulier entre les mémoires des survivants et ceux qui nient l’existence des chambres à gaz.

Ce livre rappelle de telles controverses mais n’y entre pas. Il décrit avec soin l’évolution du récit à travers ses contradictions, faisant ainsi l’histoire des variations de la Shoah, ou encore l’histoire de l’histoire de la Shoah.

Par le biais de l’historiologie, le lecteur se trouve amené à la vérité d’un récit aujourd’hui fondamental.
Continuer la lecture de « « Shoah Story » : un nouveau livre sur le sujet préféré des médias »

« Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan »

Tel est le titre du nouvel ouvrage du journaliste Laurent Glauzy (articles sur Contre-info ici), qui s’est associé à l’écrivain néerlandais Robin de Ruiter (auteur des fameuses 13 lignées sataniques et qui a infiltré les Témoins de Jéhovah pendant plusieurs années).

Un sujet peu abordé sur lequel il y a beaucoup à dire, et d’étonnantes révélations…

290p. Ed. Maison du Salat. 23 €. Disponible ici.

4e de couverture :

« La secte des Témoins de Jéhovah, issue du groupe des Étudiants de la Bible fondé dans les années 1870 par le pasteur et homme d’affaires nord-américain Charles Taze Russell, se présente comme une formation apolitique et chrétienne. Implantée à Brooklyn, elle s’engage avec ferveur dans les premières revendications sionistes en 1880.
Russell, qui entretient des liens étroits avec les Morgan, Rockefeller, Rothschild et Warburg, entreprend plusieurs voyages aux États-Unis et en Europe pour appeler la population juive à un retour sur la Terre promise. À ce titre, il est considéré comme un des chantres du sionisme.

Autres temps, autres mœurs : en 1933, en Allemagne, Adolf Hitler est nommé chancelier. Sans renier ses premiers engagements, le mouvement occulte et anticlérical des « Témoins de Jéhovah » – appellation adoptée en 1931 – défend sans ambages l’idéologie de l’Allemagne national-socialiste. Le président Rutherford se plaît alors à exalter les thèses antisémites.
Continuer la lecture de « « Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan » »

Kosovo : une guerre « juste » pour un Etat mafieux

460 pages. 24 euros. Cliquez sur l’image pour le commander.

« Un pavé noir pour le Kosovo.
Le Kosovo, sa guerre, ses épurations ethniques, fut le dernier épisode du démembrement de l’ancienne Yougoslavie. Les années ont passé, cette ancienne province serbe n’est rappelée à notre mémoire que timidement, par quelques organisations humanitaires qui se dévouent auprès des communautés serbes chrétiennes demeurées sur place et concentrées dans le nord du pays. Devenues une minorité à la suite de la mise sous administration de l’ONU en juin 1999 et de l’indépendance de l’ancienne province en février 2008, ces populations vivent sous le joug d’un pseudo gouvernement corrompu et maffieux. Pierre Péan, dans son livre Kosovo, se livre à un véritable reportage sur des manipulations et des intérêts masqués derrière le prétendu miracle kosovar. Mais les oppositions ethniques sont toujours présentes et le Kosovo reste « une poudrière ». »

Source Polémia


« Pierre Péan nous donne une leçon de courage.
Le nouveau livre de Pierre Péan, paru cette semaine chez Fayard, est un pavé noir de cinq cents pages. Sur la couverture nous dévisage un homme masqué par une cagoule frappée de l’emblème de l’UÇK. Au-dessus, un sous-titre rouge: « Une guerre « juste » pour un État mafieux ». Et surplombant le tout, en grosses lettres blanches : Kosovo.Le nouveau Péan est plus qu’un pavé : un monument de lucidité. Un temple du courage intellectuel et physique. Une brique d’amertume. Il s’ouvre et s’achève par le récit d’un épisode parmi les plus horribles de la guerre civile yougoslave: l’extraction, à vif, du cœur d’un jeune homme serbe par un jeune médecin albanais, tremblant de terreur, qui finira par se rendre et se confesser des années plus tard, hanté par son crime et traqué comme témoin gênant par ses ex-patrons, trafiquants de chair humaine. Lesquels patrons, Péan l’affirme à la suite de Dick Marty, sont des personnages de premier plan de l’État mort-né du Kosovo, issu de l’union passionnée de l’OTAN et d’une mafia sans merci.

Le voici dans toute sa hideuse vérité, belles âmes humanitaires, le fruit de vos songes creux.

Continuer la lecture de « Kosovo : une guerre « juste » pour un Etat mafieux »

Témoins de Jéhovah : le prochain ouvrage de Laurent Glauzy

Glauzy_TDJMissionnairesSatan_CouvLe journaliste Laurent Glauzy (articles sur Contre-info ici) s’est associé à l’écrivain néerlandais Robin de Ruiter (auteur des fameuses 13 lignées sataniques) qui a infiltré les Témoins de Jéhovah pendant plusieurs années.

Ce livre inédit – dont la sortie est imminente – révèle les nombreux points sombres de la secte, considérée comme une religion en Italie.
Nous vous tiendrons informés de sa parution.

C’était un 8 juin 1959 : mort de La Varende

C’est à Paris que s’éteint le grand écrivain Jean Mallard, vicomte de La Varende, qui a longuement et magnifiquement décrit la géographie, l’histoire et les mentalités de la Normandie, où il était né le 22 mai 1887.

Monarchiste, La Varende dut démissionner de l’Académie Goncourt lors de la « Libération », victime de l’épuration comme une bonne partie de l’élite de notre pays.

Un grand auteur français qui mérite d’être connu.
Attention, le virus La Varende s’attrape facilement et l’on ne peut refréner ensuite l’envie de dévorer toute l’œuvre !

Une association lui est consacrée, Présence de la Varende.

Patrick Delon lui a consacré une biographie synthétique disponible ici. On peut trouver divers ouvrages de et sur La Varende ici, notamment son roman le plus emblématique, Nez de cuir, ainsi que les Manants du roi.

Yves Bertrand, l’ancien patron des RG, retrouvé mort…

L’ancien directeur des Renseignements généraux (DCRG) Yves Bertrand, 69 ans, a été retrouvé mort ce lundi 3 juin à son domicile parisien.
Son corps a été découvert par sa concierge dans son appartement du 8e arrondissement ; on ignore pour le moment les causes du décès.
Et d’après nous, il y a des chances pour qu’on ignore les causes réelles encore longtemps, car Bertrand était devenu embarrassant…

Cette « grande figure » de la police et du renseignement avait dirigé les Renseignements généraux pendant près de 12 ans, jusqu’en 2004, et s’était rendu célèbre avec la publication en 2008 de vingt-trois cahiers, couvrant les années 1998 à 2003.
Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait d’ailleurs porté plainte contre lui à la suite de la publication de certains passages le concernant, et le soupçonnait d’avoir joué un rôle dans l’éclatement de l’affaire Clearstream.

Bertrand avait apporté, en septembre 2011, un subtil soutien à la candidature de Marine Le Pen à la présidence de la République.

Il laisse 2 ouvrages de mémoires :
Je ne sais rien… Mais je dirai (presque) tout.
Puis Ce que je n’ai pas dit dans mes carnets.

« Le meilleur des mondes »

« A mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation.
Et le dictateur (à moins qu’il n’ait besoin de chair à canon et de familles pour coloniser les territoires vides ou conquis) fera bien d’encourager cette liberté-là.
Conjointement avec la liberté de se livrer aux songes en plein jour sous l’influence des drogues, du cinéma et de la radio, elle contribuera à réconcilier ses sujets avec la servitude qui sera leur sort. »

Aldous Huxley, préface de l’édition de 1946 du Meilleur des mondes ; éditions Plon.

Ce roman de science-fiction hélas terriblement visionnaire est disponible ici.

A lire et à faire lire : « Jean Bastien-Thiry, De Gaulle et le tyrannicide »

Il y a cinquante ans, était fusillé le colonel Jean Bastien-Thiry, pour l’attentat du Petit-Clamart fomenté contre De Gaulle, qui venait de sacrifier l’Algérie française.
Voici que paraît, sous la plume de l’abbé Rioult, une excellente étude historique et morale, appuyée sur la doctrine de Saint Thomas d’Aquin concernant le « tyrannicide », à propos de l’action de ce militaire chrétien.
Était-elle morale ? Bien sûr…

Jean Bastien-Thiry, De Gaulle et le tyrannicide, aspect moral d’un acte politique. 62 pages, 8 €. Editions des Cimes. Disponible ici.

4e de couverture :

« Le 22 août 1962, à Clamart, un attentat visait le chef de l’État et manquait de peu son objectif.
Ce fut la plus fameuse tentative de meurtre à l’encontre du général De Gaulle.

Le 11 mars 1963, son instigateur, le colonel Jean Bastien-Thiry, était fusillé. Il est le dernier en France à avoir été victime de ce procédé.

« Comment un homme, doté de profondes convictions catholiques et d’un bagage culturel supérieur, a-t-il pu en arriver là ? » se demanda la presse de l’époque.

Quant au motif de « tyrannicide » que Jean Bastien-Thiry a avancé pour justifier moralement « l’opération Charlotte Corday », était-il acceptable ?
Continuer la lecture de « A lire et à faire lire : « Jean Bastien-Thiry, De Gaulle et le tyrannicide » »

Les progrès effrayants de l’euthanasie

Une nouvelle qui nous avait échappé  :
« Des frères jumeaux belges, nés sourds et en passe de devenir aveugles, avaient obtenu le mois dernier le droit de mourir. Les deux hommes, âgés de 45 ans, sont morts le 14 décembre d’une injection létale administrée par les médecins, a annoncé lundi un porte-parole de l’hôpital UZ Brussel. Ils avaient pris ensemble une dernière tasse de café avant de se dire au revoir. Leur famille avait soutenu leur choix. »

Après avoir attendri l’opinion en évoquant des cas bien choisis de gens subissant une terrible agonie, voilà qu’on tue maintenant des gens qui ne sont même pas mourants.
Et demain ?

Le nombre de victimes de l’euthanasie en Belgique, où elle est légale depuis 2002, est en constante augmentation.

Aujourd’hui sort justement un livre de Jean-Claude Martinez* : L’euthanasie, stade suprême du capitalisme.

Nous en reparlerons prochainement.

Livre disponible ici.
Ed. Via Romana, 198 pages, 19 euros.

4e de couverture :

« Ses tenants ont beau la magnifier comme le bouquet final d’un feu d’artifice des mille libertés, l’euthanasie n’est que le produit d’une économie et d’une politique. C’est parce que l’Europe de la récession, aux 20 millions de pauvres, est devenue un océan de chômage du fond duquel ne monte plus aucune étoile nouvelle, que le gouvernement de la France, financièrement acculée, choisit en effet «la piqûre pour tous». Comme une seringue d’or facilitant les équilibres budgétaires, dans un bouillon de culture qui sent le ranci des vieilles idéologies, du malthusianisme, de l’obscurantisme et du nihilisme.
Mais les idiots utiles de droite se préparent à vendre la seringue pour se faire piquer, pendant que ceux de gauche travaillent déjà à se la faire rembourser, sans jamais comprendre que le mal de celui qui veut mourir vient de plus loin que la maladie qu’il affronte. Car s’il a pris la vie en haine, c’est qu’il n’a plus la flamme d’un bonheur et s’il veut mourir, c’est pour cesser de ne plus pouvoir croire.
La loi sur l’euthanasie, loin d’être l’extase de la République, dans la fraternité compassionnelle des injections, n’est donc que la fuite en avant d’une société qui ne voulant pas voir les détresses qu’elle crée, préfère éliminer tous ceux qui viennent les lui rappeler. En leur faisant croire au passage qu’ils le lui ont demandé.
Continuer la lecture de « Les progrès effrayants de l’euthanasie »

Côté livres

Le monde en 2030 vu par la CIA est un livre qui n’échappera pas, entre autres, aux amateurs de géopolitique.
Il permet de voir sous quel rapport la CIA, à l’influence si grande dans la marche du monde, envisage les prochaines décennies.
« Le centre d’analyses stratégiques de la CIA a synthétisé toutes les informations en sa possession pour dessiner le monde en 2030 […] Un rapport à l’influence significative et qui envoie un message clair à Obama ».
302 p. 18 €. Disponible ici.

Rescapé du camp 14 est un livre de Blaine Harden. Né « dans un des redoutables camps de travail de Corée du Nord, il est le seul auteur connu d’une incroyable évasion […]
Un témoignage unique et hallucinant sur le pays le plus secret du monde, et notamment sur ces camps où sont enfermés à vie tous les opposants à la dynastie stalinienne. Un récit terrible, captivant et nécessaire. »
287 p. 19,5 €. Disponible ici.

 

Un nouveau livre choc d’Anne Kling

On peut dire qu’Anne Kling frappe fort avec son cinquième et nouveau livre : Menteurs et affabulateurs de la Shoah.
Vaste sujet !
Le livre vient de sortir et personne chez Contre-info ne l’a encore lu : nous vous signalons simplement sa parution, et sa disponibilité ici.
256 p. 18 €.

Anne Kling est l’auteur de divers livres à succès, dont le CRIF, un lobby au coeur de la République et Les révolutionnaires juifs, qui viennent d’être réédités pour l’occasion. Tous ses livres peuvent se trouver ici.

4e de couverture du nouveau livre :
Continuer la lecture de « Un nouveau livre choc d’Anne Kling »

« L’héritage de Vichy : ces 100 mesures toujours en vigueur »

Tel est le titre d’un ouvrage récemment paru, signé de Cécile Desprairies et qui entend détailler les mesures législatives qui n’ont pas été abolies après le coup de force gaullo-communiste, et qui sont toujours en vigueur.

L’activité législative de l’Etat français fut intense, pendant 4 ans, et dans de nombreux domaines, notamment sociaux. L’Etat nationaliste en place fit preuve d’une innovation remarquable.

Citons en vrac, et dans divers domaines :
accouchement sous X, fête du Travail, cantine d’entreprise, sport au bac, comités d’entreprise, médecine du travail, salaire minimum, Ordre des médecins, fête des mères, profession d’expert-comptable, périphérique parisien, etc.

Le ton du bouquin est parfois partisan, de façon malvenue, mais les faits sont là, et sont intéressants.

L’Héritage de Vichy, 240 p., illustré, Ed. Armand Colin, 27,50 euros. Disponible ici.