Archives pour la catégorie 'Jihadisme'

Daech: la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi ne changerait pas la donne


La Russie affirme avoir probablement tué le chef du groupe État islamique Abou Bakr al-Baghdadi, lors d’une frappe ciblée près de Raqqa.

Éliminé ou pas? Tué par l’aviation russe ou pas? La possible mort du chef du groupe État islamique (EI) a été annoncée, ce vendredi, par Moscou … qui s’était déjà attribué celle du porte-parole de l’organisation, l’été dernier, contre toute véracité. Mais qu’elle soit avérée ou pas, la disparition du numéro 1 du groupe djihadiste changerait-elle quoi que ce soit?

Un coup symbolique, mais…

Sa disparition porterait bien sûr un coup symbolique à l’organisation terroriste. Abou Bakr al-Baghdadi a une aura religieuse auprès des militants, en raison de sa formation théologique à l’université islamique de Bagdad. Il a également par le passé occupé des fonctions opérationnelles militaires : « C’est pour cela qu’il a été emprisonné par les Américains en Irak en 2004 », rappelle pour L’Express Wassim Nasr*, spécialiste de la mouvance djihadiste.

Lire la suite

Un Ministre polonais : « Pas de terrorisme chez nous car nous refusons le multiculturalisme et la bien-pensance »

Le ministre de l’Intérieur polonais Mariusz Błaszczak a déclaré que la Pologne n’était pas menacée par des attaques terroristes, qu’ils étaient différents de l’Europe occidentale parce que « nous ne sommes pas engagés dans une politique multiculturelle et nous ne sommes pas politiquement corrects ».
« Le gouvernement actuel polonais a changé la politique du [précédent gouvernement], qui était basée sur une porte ouverte pour les réfugiés. En tant que tel, toutes ces erreurs qui ont abouti à des événements tragiques dans l’ouest de l’Europe n’ont pas affecté la Pologne », a déclaré Błaszczak.
Il a ajouté que la politique d’immigration de l’Europe devrait être modifiée.
Le chef du parti de loi et de justice (PiS) de Pologne, Jarosław Kaczyński, a déclaré qu’une guerre est menée contre l’Europe.

Lire la suite

Farid Ikken, le djihadiste de Notre-Dame, avait été récompensé par l’UE pour un article pro-migrants dénonçant le « racisme »

Le djihadiste à l’origine de l’attentat de Notre-Dame de Paris avait écrit, en sa qualité « d’étudiant en journalisme », un article dénonçant « le racisme » qui avait été récompensé par l’Union Européenne.

Farid Ikken, qui a vécu en Suède où il travaillait comme « journaliste », a reçu en 2009 le « Prix du Journalisme contre les Discriminations de la Commission Européenne ». Il entendait dénoncer le « racisme » dont souffraient les migrants clandestins, pour la plupart musulmans.

Le Commission Européenne avait précisé : « L’article de Farid traite des demandeurs d’asile qui n’ont pas le droit aux soins médicaux et qui sont donc forcés de rechercher par eux-mêmes ces soins, tout comme le personnel soignant qui accepte quand même de les donner. » (source)

Farid Ikken a notamment été actif au sein de médias d’état suédois, dont la radio nationale.

Source

L’Etat Islamique revendique les attaques simultanées de Téhéran

L’Etat Islamique a revendiqué les attentats et annonce à l’instant que l’attaque serait toujours en cours.

Résumé des faits : Plusieurs hommes armés se sont introduits à 10h30, heure locale, et ont ouvert le feu dans le Parlement. Selon les agences de presse, au moins deux personnes auraient été tuées et une quarantaine de personnes auraient été blessées. Dans le bâtiment, les forces de sécurité ont par ailleurs désamorcé une autre bombe.


Vidéo des assaillants dans le parlement iranien

Actuellement, les hommes armés sont retranchés dans la chancellerie du Parlement et auraient pris en otage au moins quatre personnes. L’agence Isna, citant un autre député, dit que toutes les portes du Parlement ont été verrouillées.

Revendication des attaques sur Téhéran par l’EI

Lire la suite

Notre-Dame : le terroriste serait « une chance pour la France » algérienne de 40 ans

Trois jours après l’attentat de Londres, et deux après celle de Melbourne en Australie, un policier a été agressé et blessé sur le parvis de Notre-Dame de Paris, ce mardi 6 juin. L’auteur se serait présenté comme « membre du califat » et a crié avoir agi « pour la Syrie ». Et ce n’est que le début du ramadan, une période propice aux attaques jihadistes.

Philippines : l’Etat Islamique vandalise et brûle la cathédrale Maria Auxiliadora de Marawi

Alors que les jihadistes de l’Etat Islamique ont pris la ville de Marawi depuis près de deux semaines, l’agence de presse du groupe (Amaaq), diffuse une vidéo de ses combattants détruisant et brûlant la cathédrale de la ville. L’armée philippine assiège la ville, mais en dépit de violents combats, les terroristes n’ont toujours pas été délogés.

Le général Haftar accuse le Qatar de financer Al-Qaïda en Libye

Le Qatar est probablement le pays qui finance le plus les mouvements jihadistes dans le monde. Syrie, Somalie, Libye, Irak, Yémen, Liban, Iran, Afghanistan, Pakistan, les pétrodollars qataris se retrouvent dans toutes zones ou se révoltent des jihadistes sunnites. Même Hilary Clinton avait dénoncé en 2009 dans un télégramme diplomatique la « très mauvaise coopération » du Qatar dans la lutte contre le financement du terrorisme.

Khalifa Haftar, commandant en chef de l’Armée nationale libyenne, a accusé les autorités qataries de soutenir des groupes terroristes, indique Sky News Arabia.

Selon le communiqué du général, « l’armée libyenne enregistre le séjour de citoyens du Tchad, du Soudan et d’autres pays africains et arabes, qui ont pénétré dans le territoire de la Libye du fait de la perte de contrôle des frontières ».

« Ils ont reçu de l’argent du Qatar et d’autres pays et d’éléments terroristes (…) liés à l’organisation terroriste », souligne Khalifa Haftar.

Source

Allemagne : arrestation d’un migrant syrien de 17 ans sur le point de commettre un attentat

Ce mineur syrien était arrivé illégalement en Allemagne avec la vague d’immigration massive de l’année 2015 (suite à l’affaire Aylan Kurdi). Depuis, il vivait dans un centre pour les clandestins mineurs au nord de Berlin. Il a été arrêté aujourd’hui par les forces spéciales allemande, après avoir envoyé un message d’adieu à un membre de sa famille. Selon les autorités, il prévoyait une attaque sur la ville de Berlin.

Source : NBC

Philippines : l’Etat Islamique s’empare de Marawi, une ville de 200 000 habitants

Les combats éclatent le 23 mai 2017, à Marawi, une ville de 200 000 habitant. Ce jour-là, l’armée philippine lance un raid contre une maison soupçonnée de servir de cache à l’État islamique. En représailles, une centaine de djihadistes lancent un assaut sur la ville de Marawi. Les assaillants font parie du groupe Maute et de la faction d’Abou Sayyaf ralliée à l’EI. Ils incendient des maisons, des bâtiments officiels, la prison municipale, une église, une université. Les djihadistes contrôlent la rue principale de la ville et hissent leur drapeau noir au sommet de l’hôpital. Ils s’emparent aussi de deux prisons et une centaine de détenus se retrouvent en cavale. Des exécutions de civils chrétiens auraient également été commises. Dans la soirée, le président philippin, Rodrigo Duterte, proclame alors la loi martiale dans la Région autonome en Mindanao musulmane.

Lire la suite

Une GoPro sur un combattant de l’État islamique filme une attaque ratée contre les Kurdes


Vidéo impressionnante et sans filtre d’une attaque désastreuse pour les jihadistes (visiblement peu expérimentés) contre une position kurde au nord de Mossoul. La vidéo dévoile une situation chaotique pour les djihadistes qui semblent pris de panique alors qu’ils engageaient l’assaut. La confusion mêlée à un manque de préparation, les force à battre en retraite sous les tirs de roquettes. Le djihadiste-caméraman sera touché par un tir ennemi et décédera par la suite.

Un fiché S armé interpellé à proximité de la base aérienne 105 à Evreux. Le parquet antiterroriste est saisi

Des armes ont été retrouvées vendredi dans un fourré aux abords de la base militaire d’Évreux (Eure) où un ancien soldat de l’armée de terre, fiché S et surveillé pour sa radicalisation, a été interpellé au petit matin, selon une source proche de l’enquête.
«Un fusil à pompe, deux revolvers à poudre et des munitions» ont été découverts dans la journée à proximité de cette base aérienne, où cet ex-militaire de 34 ans avait été arrêté vers 5h30, a précisé cette source. Le parquet antiterroriste s’est saisi du dossier, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information de Paris-Normandie. Une enquête a été ouverte pour «entreprise individuelle terroriste», «introduction frauduleuse sur une zone militaire» et «infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste».
Lire la suite

Terrorisme 27 avril 2017 : Saint-Benoît, Strasbourg et Londres

Le terroriste arrêté aujourd’hui à Londres

Encore une journée où des jihadistes sur le point de passer à l’acte ont été arrêtés in extremis. Le salafisme à tendance jihadiste est une idéologie, qui, même après l’improbable (à court terme) destruction du groupe État Islamique, continuera de se diffuser dans la population sunnite.

Saint-Benoît à la Réunion

Deux policiers, légèrement blessés, et le forcené suspecté de radicalisation hospitalisés au CHU. Les hommes du GIPN ont été pris pour cible par l’individu qu’ils venaient interpeller. Le forcené était armé d’un fusil à pompe. Lire la suite…

Strasbourg

Il envisageait de se faire passer pour un réfugié, a indiqué jeudi le parquet de Francfort, en charge de l’enquête. Un étudiant allemand de 24 ans, soupçonné d’avoir d’avoir été impliqué dans la préparation d’attentat, a également été interpellé. Lire la suite…

Londres

Un homme armé de couteaux a été arrêté ce jeudi dans le quartier de Westminster. Il est suspecté d’avoir voulu commettre un attentat, affirme la police britannique. Lire la suite…

Clement Baur et Mahiedine Merabet, les deux suspects arrêtés à Marseille

Clement Baur et Mahiedine Merabet, les deux suspects arrêtés à Marseille

Les deux hommes « radicalisés », arrêtés mardi matin à Marseille par les services antiterroristes, avaient l’intention de commettre un attentat « dans les tout prochains jours », a déclaré le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl. « Les deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française, avaient l’intention de commettre à très court terme, c’est-à dire dans les tout prochains jours, un attentat sur le sol français », a précisé le ministre lors d’un point presse, à cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle.

Les investigations, « grâce aux perquisitions toujours en cours, ont apporté des éléments permettant de matérialiser ce projet d’attentat terroriste », a-t-il ajouté, sans plus de précision sur la ou les cibles des deux suspects. « Des opérations de sécurisation et de déminage sont en cours » dans le IIIe arrondissement de Marseille où les deux hommes ont été arrêtés « entre 10 et 11 heures », a-t-il également précisé. « A quelques jours d’une échéance électorale majeure pour notre pays, je veux rappeler que tout est mis en oeuvre pour assurer la sécurité de ce rendez-vous majeur pour notre démocratie », a assuré Matthias Fekl.
Lire la suite

On attend les réactions indignées des chancelleries occidentales après le massacre de civils par les rebelles syriens

Au moins 126 personnes, dont 68 enfants, ont été tués samedi alors qu’ils attendaient dans des bus. Les habitants venaient de sortir de leurs villages, assiégés depuis cinq ans. Les images d’Abd Alkader Habak témoignent.

À Rachidine, une localité proche d’Alep, dans le nord de la Syrie, 75 bus attendaient samedi en milieu d’après-midi sur le bas-côté de la chaussée. À bord, plusieurs milliers d’habitants des villages chiites de Foua et Kafraya qui venaient d’être évacués, après avoir été assiégés pendant plusieurs années par des rebelles sunnites. La fin d’un long cauchemar. En même temps, des insurgés et des habitants de Madaya et Zabadani, près de Damas, devaient eux aussi sortir de leurs localités, assiégées cette fois par le régime, avant de prendre la route vers la province d’Idleb au nord-ouest de la Syrie.

Mais un kamikaze à bord d’une camionnette piégée a lancé son engin de mort contre les évacués de Foua et Kafraya. Scènes d’horreur autour des bus. Outre une centaine de morts, dont 68 enfants, parmi les habitants des deux villages chiites, des travailleurs humanitaires et des insurgés ont également péri dans cet attentat, l’un des pires en six ans de guerre civile. L’ONU s’est dite «horrifiée». De son côté, le pape François a dénoncé «une ignoble attaque». L’attentat n’a pas été revendiqué, mais il porte la marque des groupes djihadistes, puissants dans leur fief d’Idleb.

Source : Le Figaro

Attentat de Stockholm : au moins 3 morts et des blessés, le terroriste est toujours recherché

Le terroriste recherché

Le drame s’est produit peu avant 13 heures GMT (15 heures, heure de Paris) à proximité du grand magasin Åhlens. Celui-ci est situé au coeur de la capitale, au croisement de la grande artère Klarabergsgatan et de la rue piétonne la plus fréquentée de Stockholm, Drottningsgatan. Le camion a foncé sur la foule, avant de s’encastrer dans la vitrine d’un magasin.  Source