Italie : la droite nationale-populiste arrive au pouvoir

Ce dimanche avaient lieu en Italie les élections législatives.

Comme attendu, elles ont vu la victoire du parti « Fratelli d’Italia » (« Frères d’Italie »), dirigé par Georgia Meloni, avec 26% des voix.

Elle devrait accéder au poste de président du Conseil des ministres (l’équivalent de Premier ministre) avec ses alliés de la Lega (dirigée par Matteo Salvini, en recul ces dernières années, avec 9%) et le parti Forza Italia de l’oligarque affairiste de « centre-droit » Silvio Berlusconi (8,3%). Leur coalition emporte un large succès et dispose de la majorité absolue dans les deux chambres du parlement italien.

On peut qualifier le parti de Meloni de « droite nationale », mais il n’est pas nationaliste (il ne propose par exemple pas la sortie de l’Union européenne ni une large remigration) et encore moins « néofasciste » comme se lamentent les gauchistes les plus atteints (alors que Meloni est tout à fait acquise à la démocratie). Mais ses origines remontent au Mouvement social italien (MSI), créé en 1946 et effectivement post-fasciste, qui a muté en Alliance nationale (et dont le chef, le pitoyable Gianfranco Fini, a tout renié) et dont « Fratelli d’Italia » est issu.
Le parti de Meloni a d’ailleurs conservé sans crainte le logo du MSI : une flamme tricolore.
Oui, le FN français prit le même emblème à sa création, en 1972.

Même si le programme et le discours de Georgia Meloni ne sont guère radicaux, elle est bien plus à droite que Marine Le Pen sur les questions de société, de famille, de religion. Ce qui n’est pas dur…

Aujourd’hui réjouissons-nous de l’évolution de l’Italie vers la vraie droite et dégustons quelques larmes de sales gauchistes.

Cette tarée gauchiste complaisamment relayée par France Inter raconte n’importe quoi… Hélas !

 

L’ethnisme contre le jihadisme – par Bernard Lugan

Djihadisme en Afrique | TV5MONDE - Informations

Editorial de Bernard Lugan dans le dernier numéro de son bulletin électronique l’Afrique réelle :

« Pour l’Occident, une société est « évoluée » dans la mesure où elle adopte ses « valeurs » : rapports égalitaires entre les hommes et les femmes, reconnaissance de l’homosexualité, LGBT, théorie du genre, démocratie, droits de l’homme etc.
Pour une grande partie des Africains, tout cela n’est que perversion. Pour les jihadistes il s’agit de diablerie. L’incompréhension est donc totale.
Un exemple : comme l’école occidentale est postulée fabriquer des mécréants, un jihad de purification est donc nécessaire contre elle. Voilà pourquoi Boko Haram enlève et tue les écoliers.
Nous sommes loin de l’ « école de la République » et de l’ « école émancipatrice », mais bien face à une incommunicabilité référentielle. Dans ces conditions, tout ce que nous pouvons faire contre le terrorisme jihadiste ouest africain est vu comme une croisade ou comme une nouvelle colonisation.

Continuer la lecture de « L’ethnisme contre le jihadisme – par Bernard Lugan »

C’était un 1er août…

1291: naissance de la Suisse. Les représentants des cantons de Schwyz, d’Uri, d’Unterwald et, selon la légende, Guillaume Tell, promettent de délivrer leur pays de l’emprise des Habsbourg : c’est le serment du Grütli.
Cet événement est considéré comme la naissance officielle de la Confédération helvétique.
Depuis 2006, les autorités s’évertuent à bannir toute participation ou rassemblement dit « d’extrême-droite » sur cette fameuse plaine, à cette date.

1793 : phénomène unique dans l’histoire, ce sont les élus d’un Peuple souverain qui, le 1er août 1793, à l’unanimité votent une loi de déportation et de destruction totale par le feu et par le fer d’un pan entier d’un territoire, la Vendée (à cheval sur le Poitou, l’Anjou et la Bretagne) dont ils sont les représentants. Déçus des résultats obtenus par l’application de cette première loi génocidaire, ils votent à l’unanimité une seconde loi d’extermination de la population le 1er octobre 1793.
Ces deux lois votées à l’unanimité par des révolutionnaires convaincus, en conscience, de leur bon droit et de leur devoir de salut public, sont publiées au Journal officiel de l’époque. Elles sont sans ambiguïté, tant au niveau de la destruction des biens que de l’élimination de la population. Les mots parlent d’eux-mêmes : « Soldats de la Liberté. Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre : le salut de la patrie l’exige ; l’impatience du peuple français le commande ». Quelques jours plus tard, des ordres précisent que par « Brigands » on entend tous les habitants résidents de Vendée et qu’il faut de préférence éliminer les femmes, « Sillons reproducteurs », et les enfants, « Car futurs brigands ». Ainsi, les Vendéens ont été exterminés, non pas pour ce qu’ils ont fait ou pour ce qu’ils croient, mais pour ce qu’ils sont, du simple fait qu’ils existent.

Union européenne : les pays européens achètent leur matériel militaire hors d’Europe

F35, de Lockheed Martin

Il y a quelques mois, l’Allemagne – bien qu’élément central de la funeste Union européenne –  a commandé 35 avions F35 chez Lockheed Martin (USA). Pourtant, le Rafale français rivalise aisément avec le F35, et coûte moins cher.

Maintenant, c’est la Pologne qui achète d’un côté 250 chars Abrams (moins bon que le Leclerc français) aux Etats-Unis et de l’autre commande à la Corée 1000 blindés K2, autant de pièces K9 de 155mm, ainsi que 50 chasseurs FA50 !

Bref, l’Union européenne ne correspond à aucune solidarité réelle (le couple franco-allemand existe généralement au détriment de la France), et le fait que Macron, avec son idéologie cosmopolite et décadente, indispose des pays plus normaux que le nôtre, se paye cher.

Mort d’un deuxième Français de droite en Ukraine

Sébastien Landes, dit « le Français », est tombé en Ukraine, à l’âge de 28 ans.

Parachutiste dans l’armée française, il avait servi en Irak et en Syrie. Il avait séjourné ensuite au Koweït, puis en Syrie, cette fois pour le compte de la DGSE.
Revenu à la vie civile, Sébastien s’est engagé en avril 2022 comme éclaireur au sein du bataillon nationaliste ukrainien Karpatska Sich.
Ses frères d’armes disent de lui qu’il était un nationaliste et un combattant exemplaire.

Source

Assassinat de l’ex Premier ministre japonais Shinzo Abe

Abe shinzo
Shinzô Abe (Wikimedia Commons)

Celui qui fut un remarqué Premier ministre du Japon de 2012 à 2020 a été abattu par balle, par un homme aux motivations flous, alors qu’il prononçait un discours électoral (bien qu’il soit retraité). Il était âgé de 67 ans.
Il était « nationaliste », au sens large, ce qui était une nouveauté remarquable et remarquée dans un pays traumatisé par sa défaite en 45 et par la culpabilisation qu’il subit.

« Cet homme était un conservateur convaincu sur les questions sociétales et un néo-libéral sur le plan économique. Ses croyances idéologiques ont ainsi posé de nombreux problèmes au Japon ou à l’étranger. Il était par exemple favorable à la révision de l’article 9 de la constitution japonaise. Celle-ci dit clairement que le Japon « renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme règlement des conflits internationaux. ». La constitution empêche encore aujourd’hui le Japon d’avoir une armée. Mais elle a été contournée au fil du temps avec, entre autres, la création des Forces d’Autodéfense Japonaise (FAD).
(…)
Face à ce flou juridique que pose les forces d’autodéfense, Shinzô ABE voulait modifier l’article 9. Mais devant une opinion publique défavorable à ce changement, il n’a pas pu aller au bout de son projet. Des lois ont néanmoins été publiées pour élargir le champ d’action de ces forces, et ainsi il a pu réinterpréter l’article 9 sans pour autant être anticonstitutionnel.
De plus il se rendait régulièrement au sanctuaire Yasukuni. Ce lieu symbolique a été érigé en hommage aux victimes Japonaises pendant des conflits. Mais depuis 1978 le nom de quatorze criminels de guerre jugés lors des procès de Tokyo pour crimes contre l’humanité ou de guerre avait été rajoutés dont le plus connu Hideki TÔJÔ. Pour les anciennes colonies du Japon comme la Chine ou la Corée, la visite annuelle des Premiers Ministres japonais à ce sanctuaire est perçue comme un déni de la souffrance subie par les populations locales et des crimes commis par les troupes japonaises.
(…)
En dépit de ce qui a pu être dit plus haut, l’ancien Premier Ministre conserva tout au long de son mandat une popularité assez importante. (…) » (source : Journal du Japon)

Notez le début du dernier paragraphe de l’extrait de ce magazine en ligne spécialisé sur le Japon : « En dépit de ce qui a pu être dit plus haut ».
Les sales gauchistes qui tiennent ce magazine reprochent au défunt homme politique ce qui fait qu’ils aiment le Japon : une politique qui donne un pays dynamique, ayant gardé son identité, son originalité, et s’est préservé de l’immigration massive.
Ils sont incohérents et stupides, comme d’habitude.

États-Unis : la Cour suprême redonne aux États la possibilité d’interdire l’avortement !

Formidable nouvelle (pour une fois) !
La culture de mort en prend un coup,  de même que le mythe du « sens de l’histoire » gauchiste, contre lequel on ne pourrait aller selon… la gauche.

Evidemment, ce n’est pas une complète victoire de la morale la plus élémentaire (ne pas tuer l’être humain le plus innocent qui soit) : dans de nombreux états américains, des bébés innocents vont continuer à être tués dans le ventre de leur mère, parfois jusqu’à la veille de l’accouchement !

Mais c’est un grand cap qui vient d’être franchit.
Dans certains états, les bébés seront donc protégés des infanticides pré-nataux, et les mères ne commettront pas un acte qui les blessera terriblement elles-mêmes pour le reste de leur vie.

« Dans une volte-face historique, la Cour suprême des États-Unis à majorité conservatrice a enterré ce vendredi 24 juin un arrêt qui, depuis près d’un demi-siècle, garantissait le droit [sic] des Américaines à avorter mais n’avait jamais été accepté par la droite religieuse.
Cette décision ne rend pas les interruptions de grossesse illégales, mais renvoie les États-Unis à la situation en vigueur avant l’arrêt emblématique «Roe v. Wade» de 1973, quand chaque État était libre de les autoriser ou non. » (source)

Pour reprendre la façon de parler des « progressistes » (en particulier les gros médias), la France est désormais « en retard » sur les Etats-Unis dans la défense de la vie.

Immigration et mensonges politiciens : chaos au stade de France et centaines d’agressions en marge du match Liverpool-Madrid

Samedi soir avait lieu au Stade de France, dans l’enclave colonisée de Seine-Saint-Denis, la finale d’un important tournoi européen de football (Ligue des champions) entre les clubs de Liverpool (Grande-Bretagne) et Madrid. Il devait avoir lieu à Saint-Pétersbourg mais Macron avait insisté pour qu’il fût déplacé ici…
Le résultat est une image de la France largement dégradée aux yeux du monde, et à juste titre :

La partie a débuté avec 36 minutes de retard, de nombreux Anglais qui avaient payé leur place est fait le déplacement n’ont pu entrer, des centaines de personnes ont été agressées et volées, des milliers d’autres – innocentes – ont été gazées par la police.

Bienvenue dans la « France d’après » !

« […] Annoncé à guichets fermés, le stade du 93 n’est pas rempli dans le virage sud, celui où ont pris place les supporteurs des Reds. Des milliers d’entre eux font encore la queue devant les grilles, où la tension est à son comble. Des fans anglais de tous âges commencent à paniquer à l’idée de manquer les premières minutes du spectacle, pour lequel certains ont déboursé des sommes folles. Rapidement, la pression devient intenable pour les stewards, en sous-nombre, présents au premier point de filtrage situé à deux cents mètres du parvis du Stade de France. Les supporteurs des Reds, en nombre, passent en force après plusieurs heures d’attente et créent la première zone de tension. Situation identique un peu plus loin aux tourniquets censés contrôler les billets. D’autant plus que plusieurs centaines d’individus sans ticket se sont mêlés à la foule. Les resquilleurs refoulés bloquent le passage aux détenteurs de places et la foule s’entasse dangereusement aux portes U, X, Y et Z.

Comment la situation a-t-elle dégénéré ?

Profitant des failles d’un dispositif de contrôle et de sécurité clairement sous-dimensionné, des jeunes difficilement assimilables à des fans de Liverpool ou du Real escaladent les grilles hautes de plus de 4 mètres. Puis se ruent vers les escaliers pour rallier les tribunes, coursés par des agents dépassés. Des fans de Liverpool font eux-mêmes la police en interceptant des fraudeurs. Quant aux forces de l’ordre, déployées en nombre insuffisant, elles font usage de gaz lacrymogène pour casser les attroupements et tenter de ramener le calme aux abords de l’enceinte. Tout en adoptant parfois un comportement discutable face à des supporteurs anglais simplement désireux d’entrer dans le stade, comme le montrent des vidéos sur les réseaux sociaux. Des femmes, des enfants et des personnes en fauteuil roulant ont les yeux rougis par le gaz. Un quinquagénaire nous interpelle en montrant son billet : « Écrivez bien que ce ne sont pas les supporteurs de Liverpool qui ont mis la pagaille, ce sont des gens d’ici qui n’ont pas de tickets et qui tentent de rentrer. » À ses côtés, un autre fan, plus jeune, montre sa main ensanglantée et explique s’être fait agresser. « Certains se font voler leurs billets et on se fait gazer, c’est une honte ! » Un père de famille montre l’arcade sourcilière ouverte de son jeune fils, à qui on a arraché sa place. Le chaos est total. Du côté de la police et du ministère de l’Intérieur, on assure que beaucoup de fans de Liverpool sans billet ont voulu frauder. Un argument plus que discutable. La police britannique de Merseyside-Liverpool, présente au stade, a évoqué des « circonstances choquantes » et défendu le comportement « exemplaire » des supporteurs des Reds pendant la rencontre, « la pire » à laquelle elle dit avoir jamais eu affaire en termes d’organisation. […] » (source)

Des hordes d’Afro-Maghrébins ont tenté d’entrer dans le stade, qui est effectivement sur leur territoire et non plus en France, et ont attaqué les visiteurs étrangers. De nombreuses photos et videos en témoignent, pour la grande rage de Darmanin :

Le ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, n’hésite pas à mentir brutalement – transformant les racailles immigrées en supporters anglais – pour protéger le Grand-Remplacement :

Le ministre de l’Intérieur, l’inénarrable traître Darmanin, n’hésite pas à raconter n’importe quoi lui non plus :

Pourtant, il a évidemment accès aux informations de la police. D’autres les répercutent :

Au total, il y aura 105 interpellations (et 39 gardes à vue), qui ne concerneront qu’ « un ou deux » Britanniques d’après le Figaro.

Nous partageons ce constat :

Peut être une capture d’écran de Twitter de 1 personne et texte qui dit ’Thomas Joly @ThomasJoly60 L'acharnement de Moussa #Darmanin à nier l'implication de la racaille du 93 dans le désastreux épisode du #StadedeFrance samedi (diversion grotesque des faux billets) démontre une réelle solidarité ethnique avec tous ces allogènes. Il faut le remigrer lui-aussi. 20:17 mai 22 Twitter Web App’

Mais à côté de sa remigration, il faudra tout de même que Darmanin paye ses crimes, ici ou dans son pays d’accueil en cas d’accord.

L’enfer du confinement chinois

« Aucun écrivain de science-fiction dystopique n’aurait imaginé tomber aussi juste. Les témoignages que publie Le Parisien [sur abonnement – NDCI], ce dimanche 22 mai, glacent le sang, et ce n’est pas une métaphore abusive. Le journal s’est rendu à Roissy, à l’arrivée d’un vol en provenance de Shanghaï. Accueillis avec une émotion comparable à celle de la fin d’une prise d’otages ou d’une longue détention, les expatriés racontent ce qui pourrait bien devenir notre quotidien un de ces jours.

Continuer la lecture de « L’enfer du confinement chinois »

Nigeria : une jeune chrétienne mortellement lapidée par des étudiants musulmans pour « blasphème », manifestations en soutien aux meurtriers

Autres peuples, autres mœurs…
Mais jusqu’à quand « autres peuples » ?

Manifestation après la lapidation d'une étudiante chrétienne au Nigeria

« Des centaines de personnes ont manifesté samedi à Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, pour protester contre l’arrestation de deux étudiants à la suite du meurtre d’une étudiante chrétienne accusée de blasphème, selon des habitants. […]
À l’origine des deux arrestations, une scène insoutenable, filmée puis publiée sur les réseaux sociaux. Jeudi 12 mai, dans le nord-ouest du Nigeria, une jeune étudiante de confession chrétienne a été lapidée à mort, puis brûlée, par ses camarades de classe. Ces derniers l’accusent d’avoir publié un commentaire «blasphématoire» sur les réseaux sociaux, considéré comme offensant à l’égard du prophète Mahomet. Les faits se sont déroulés dans l’État de Sokoto, où est appliquée la charia parallèlement au droit commun, comme dans d’autres états du nord musulman conservateur du Nigeria.
Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre l’étudiante morte, le visage en sang, vêtue d’une robe rose allongée au sol entourée de dizaines de grosses pierres jetées par ses agresseurs.
Continuer la lecture de « Nigeria : une jeune chrétienne mortellement lapidée par des étudiants musulmans pour « blasphème », manifestations en soutien aux meurtriers »

Une journaliste palestinienne chrétienne abattue par la police israélienne


Shireen Abu Akleh (née en 1971 dans une famille de chrétiens arabes de Bethléem, de rite grec-melkite-catholique) a été tuée par balle par les Forces de défense israéliennes alors qu’elle couvrait une offensive de « Tsahal » à Jénine. Elle était présente lors d’un raid qui, selon l’armée israélienne, visait à capturer des personnes suspectées de terrorisme.
Elle avait pourtant une tenue bien identifiable de journaliste :

Image

Ses funérailles ont donné lieu à des violences et des images choquantes, la police israélienne chargeant les porteurs du cercueil (reprochant à des participants au défilé de leur avoir jeté des pierres) :

Chine communiste : une politique covidiste exemplaire (du point de vue de l’oligarchie occidentale)

Le totalitarisme communiste qui sévit en Chine semble servir depuis quelques années de modèle aux démocraties de nombreux pays.

Jetons donc un coup d’œil à la façon dont les choses se passent à Shangaï, avec une politique covidiste vraiment effrayante, au-delà de ce que les Français ont déjà subi. Pour l’instant.

Pour visionner ce petit reportage (18 min), cliquer ici.

Suède : après les émeutes, la Première ministre affirme que l’intégration a échoué et que l’immigration nourrit la criminalité organisée

« La Suède n’a pas réussi à intégrer les nombreux immigrés qu’elle a accueillis au cours des deux dernières décennies, ce qui a donné naissance à des sociétés parallèles et à la violence des gangs, a déclaré jeudi le Premier ministre Magdalena Andersson, qui a lancé une série d’initiatives pour lutter contre le crime organisé.

De nombreux Suédois ont été choqués au début du mois par les violentes émeutes qui ont fait plus de 100 blessés parmi les policiers. La violence a éclaté après qu’un politicien suédois-danois a brûlé le Coran lors d’un rassemblement et a cherché à en organiser d’autres dans plusieurs quartiers dominés par les immigrés.

Continuer la lecture de « Suède : après les émeutes, la Première ministre affirme que l’intégration a échoué et que l’immigration nourrit la criminalité organisée »

Mali : la Russie franchit une étape dans sa lutte contre la France

Depuis quelques années, la Russie cherche à s’implanter en Afrique, particulièrement en Afrique centrale francophone (Mali, Centrafrique…) et à y installer son influence, au détriment de la France.
Pour ce faire, le Kremlin n’hésite pas à faire des petits coups tordus… Mais, apparemment, un niveau a été franchi avec une tentative de grave incrimination de l’armée française, avec un massacre « sous faux drapeau ».