Le Honduras ancre dans sa constitution la protection du mariage et de l’enfant à naître

Ce petit pays d’Amérique centrale n’a pas l’air de connaître la théorie marxiste du « sens de l’histoire », et c’est bien lui est dans le véritable « progrès » de la civilisation.

https://i2.wp.com/images.laprovence.com/media/2020-04/2020-04-08/generated_map_jpg_1586323160.png?w=840&ssl=1

« Le Parlement du Honduras a voté une modification à sa Constitution qui fera que tout amendement aux articles concernant le mariage et l’avortement ne pourra plus être voté aux seuls deux tiers de l’Assemblée, mais aux trois quarts. Avant d’être promulgué, cet amendement devra faire l’objet d’un second vote en novembre 2021. Selon Gènéthique :

Le Parlement du Honduras a voté hier une modification de sa Constitution, pour y sceller l’interdiction de l’IVG et du mariage homosexuel. « La pratique de toute forme d’interruption de la vie de l’enfant à naître, dont il faut respecter la vie à tout moment, est considérée interdite et illégale, peut-on lire désormais à l’article 67. Les dispositions légales qui seraient créées après l’entrée en vigueur du présent article et qui établiraient le contraire seront nulles et non avenues ». Le premier article modifié donne au fœtus « le même statut juridique qu’une personne ». Le second stipule que le mariage civil « ne peut être qu’entre un homme et une femme ».

Ce geste vient en partie en réaction à l’élargissement de l’accès à l’avortement en Argentine. Notez que le Honduras est l’un des six pays d’Amérique latine à interdire l’avortement totalement. » (source)

Joe Biden proposera la régularisation de 11 millions de clandestins dès son premier jour de fonction ! Alors qu’une vague d’immigration monte à travers le continent

Ce projet grave est évidemment un puissant appel d’air à la submersion des États-Unis par des migrants clandestins (qui méprisent donc les lois), alors qu’une vague d’immigration monte déjà vers le pays.
Des colonnes de milliers de personnes avancent à travers l’Amérique centrale vers la frontière états-unienne.
Ici, la frontière guatemala-honduras est carrément forcée :

« […] Le président élu a fait campagne pour offrir la citoyenneté à environ 11 millions de personnes qui vivent illégalement aux États-Unis, mais on ne savait pas à quelle vitesse il agirait tout en luttant contre la pandémie de coronavirus, l’économie et d’autres priorités. Les défenseurs des sans-papiers se souviennent que le candidat présidentiel Barack Obama avait promis un projet de loi sur l’immigration, avant sa victoire en 2009, mais il ne s’était pas attaqué à la question avant son deuxième mandat.
Continuer la lecture de « Joe Biden proposera la régularisation de 11 millions de clandestins dès son premier jour de fonction ! Alors qu’une vague d’immigration monte à travers le continent »

Capitole : l’homme ayant fouillé l’ordinateur de Nancy Pelosi a été retrouvé mort par balle

Christopher Stanton Georgia – capture d’écran Linkedin

Ça alors…

« Christopher Stanton Georgia, 53 ans, a été découvert mort dans le sous-sol de sa maison quelques jours après avoir été arrêté pour sa participation aux émeutes au Capitole, rapporte le Sun.

Il avait pénétré dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, publié une photo de son bureau et fouillé son ordinateur portable.

Son corps a été retrouvé samedi matin par sa femme dans le sous-sol de leur maison d’Alpharetta, en Géorgie. Elle a appelé le 911 pour informer que son «mari est mort» et qu’il y avait «du sang partout».

Continuer la lecture de « Capitole : l’homme ayant fouillé l’ordinateur de Nancy Pelosi a été retrouvé mort par balle »

Macron fait la leçon aux Etats-Unis, ridiculise la France et fait un numéro d’hypocrite formidable

A la suite de l’intrusion au Capitole de manifestants scandalisés, Emmanuel Macron a cru bon d’enregistrer une video à 3h du matin. Avec un commentaire (cucul et ridicule) en anglais…
Il a appelé à « ne rien céder » face à « la violence de quelques-uns » contre les démocraties.

Il est atterrant de le voir se mettre en scène avec non seulement le drapeau de l’Union européenne (ce qui est désormais hélas habituel) mais aussi le drapeau des Etats-Unis.
Imaginons Trump ou même Biden faisant une conférence de presse, sur les Gilets jaunes (ou les révoltes françaises à venir) avec le drapeau français en arrière plan ?!

Macron fait penser à un gamin qui se déguise pour sauver le monde… Ridicule et humiliant pour la France.

De quoi se mêle-t-il ?
Il joue les démocrates mais n’est-il pas au courant qu’une large partie de la population américaine estime que l’élection est volée par la fraude ?
Bien sûr qu’il le sait, de même qu’il sait qu’il y a eu des fraudes massives, mais l’hypocrisie et la tricherie sont une seconde nature chez ces gens.

D’ailleurs, lui qui joue les vierges effarouchées devant une mini « émeute » de gens non armés, sait très bien comment est née sa République chérie (dans un bain de sang et dans les massacres), et comment elle est revenue par des émeutes violentes en 1848 et par d’autres massacres en 1944. Ce niveau de tartufferie est vraiment répugnant.

Etats-Unis : grande manifestation pro-Trump, le Capitole évacué et occupé

Ce 6 janvier au soir, la Chambre des Représentants et le Sénat américain étaient réunis (le Congrès) au Capitole, à Washington, pour « certifier » les résultats des élections présidentielles, sur lesquelles pèsent de très lourds soupçons de fraude par la Gauche (et que les magistrats ont refusé d’examiner).
Durant cette séance, le vice-président Mike Pence, trumpiste, avait une chance de relancer le jeu en demandant à ce que les résultats de l’Arizona, état-pivot, soient réexaminés là-bas. Il en avait le droit. Évidemment ça aurait un événement de grande ampleur. Mais il n’a pas eu le grand courage que réclamait cette décision.

Pendant ce temps, une grande manifestation de partisans de Trump se tenait non loin de là, exigeant que cesse le vol de l’élection présidentielle.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air

Ca a donné quelques jolies photos :

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, nuage, ciel, arbre, bandes et plein air

Et une idée pour de prochaines manifestations françaises face aux élites démoniaques :

Une partie d’entre eux a fini par pénétrer dans le Capitole lui-même, où les congressistes se sont barricadés puis ont été évacués.
Scènes surréalistes et stupeur internationale devant l’occupation de ce lieu suprême de la vie politique de la première puissance mondiale.

Un militant pro Trump (costumé en bison – bon, ce sont les Etats-Unis, il ne faut pas trop s’étonner) au bureau de présidence du Congrès, dans la salle évacuée.

On notera que les militants sont entrés sans armes qu’il n’y a eu que très peu de violence (malgré les tentatives de provocations d’antifas infiltrés, selon beaucoup).
En revanche, ils se sont fait rosser et pour certains, tirer dessus. Une femme, ancien militaire et militante pro-Trump, en est morte.

La presse ce matin, est unanime dans sa réprobation de ce qu’elle considère comme une action anti-démocratique, dénonçant parfois une tentative de coup d’Etat, ce qui est ridicule. Il est amusant de voir toute la bien-pensance engraissée par nos impôts s’égosiller en pleurs sur la « démocratie menacée aux États-Unis » pour une mini « émeute » sans autres dommages que des citoyens scandalisés tués parce qu’ils demandaient une vérification du processus de vote.
Les mêmes médias et influenceurs qui se pâmaient d’admiration pour les émeutes meurtrières, les pillages et les dégradations de « Black Live Matters »…

Pas une seule fois, les gros médias ne se risquent à admettre qu’il y a eu des fraudes, mais la réaction populaire n’est-elle pas au contraire un signe de vitalité démocratique (et qui fut particulièrement pacifique au regard de ce que nous montre l’Histoire) ?

En tout cas, les Etats-Unis semblent désormais irrémédiablement et profondément divisés. Biden et l’Etat profond vont gouverner librement (les Démocrates ont les mains libres institutionnellement – après avoir remporté le Sénat hier – et médiatiquement bien sûr) pendant 4 ans, mais une grande partie de la société va considérer cette nouvelle présidence comme illégitime à cause des fraudes, et chaque camp s’est radicalisé.
L’épisode d’hier, malgré les appels au calme de Trump qui a aussi envoyé la Garde nationale déloger les manifestants du Capitole, risquent d’embarrasser le sortant dans sa probable tentative de récupérer la présidence en 2024. A suivre.

Voir aussi :
Quels sont les enjeux de l’élection présidentielle américaine ?
Macron fait la leçon aux Etats-Unis, ridiculise la France et fait un numéro d’hypocrite formidable

Etats-unis : au Congrès, un Démocrate conclut sa prière par « amen, and a-women »

Un « pasteur » démocrate prononce une prière pour l’ouverture de la 117e session du Congrès états-unien.

A la fin, il ne se contente pas de dire amen, mais il ajoute a-women.

Puisque men signifie hommes en anglais, il se dit, dans sa folie gauchiste, qu’il faut aussi en donner pour les femmes (women).
Mais bien sûr amen (mot hébreu) repris depuis toujours par les chrétiens) signifie simplement « ainsi soit-il ».

On a affaire à un fou doublé d’un ignare, qui illustre bien le stade de délire auquel est arrivé la gauche dans son aspect féministe.

Xi Jinping encourage les pays du G20 à adopter une appli sur le statut COVID – avec isolement contraint à la clef

Le régime communiste chinois, incarnation du totalitarisme moderne, est source d’inspiration pour le reste des régimes « démocratiques » (en réalité plouto-oligarchiques).

Coronavirus: China's Hangzhou proposes permanent health tracking app - Business Insider

« La Chine communiste cherche à répandre son système de crédit social au niveau mondial. Le président chinois Xi Jinping a proposé aux dirigeants des pays les plus puissants de la planète, le week-end dernier, lors du sommet virtuel du G20, de mettre en place des passeports de santé numériques Covid-19 utilisant des codes QR, dans le cadre d’un plan visant à relancer les voyages internationaux et à assurer le « flux ordonné des personnes ». Le tout, bien évidemment, dans le cadre d’une « harmonisation des politiques et des normes » au niveau international.

La Chine a donc proposé un mécanisme mondial de reconnaissance mutuelle des certificats de santé basés sur les résultats des tests d’acide nucléique sous la forme de codes QR acceptés au niveau international, et fonctionnant au moyen d’une application pour Smartphone.

Continuer la lecture de « Xi Jinping encourage les pays du G20 à adopter une appli sur le statut COVID – avec isolement contraint à la clef »

Aux abris ! « l’Amérique est de retour, prête à guider le monde » annonce Joe Biden

Il en a profité pour annoncer les grandes lignes de sa politique étrangère, au cas où il prenait effectivement la tête des Eats-Unis. Son introduction est très claire :
« C’est une équipe qui reflète le fait que l’Amérique est de retour, prête à guider le monde et pas à s’en retirer », a-t-il affirmé.
Il signale ainsi le virage qu’il entend faire prendre à la politique étrangère américaine. Joe Biden a également assuré qu’il ne souhaitait pas que sous sa présidence les Etats-Unis s’engagent dans des « conflits inutiles ».
Il faut peser les mots : il ne fera pas de guerre sans qu’elle soit utile à ceux dont il sert les intérêts.
Comme nous l’écrivions il y a quelques jours, la nation états-unienne « se prend depuis des décennies pour le « gendarme du monde » et n’hésite pas à agresser d’autres pays, voire à provoquer des déstabilisations graves de régions entières du monde (comme avec la guerre contre l’Irak), afin d’étendre son empire, d’exporter un modèle politique démocratique (propice aux manipulations et à la domination de la Finance), de servir la politique étrangère de l’Etat d’Israël ou de répondre aux intérêts de l’« État profond » américain. »
Or, Donald Trump avait rompu avec cette manie d’ingérence belliqueuse (voir son bilan comparé).
L’arrivée de Biden au pouvoir serait une nouvelle inquiétante pour la planète.
PS : plusieurs membres-clef du nouveau cabinet de Biden sont des politiciens, vieux routards du Système américain, liés à l’Etat profond, tels qu’Antony Blinken ou John Kerry.
Biden a par ailleurs choisi comme nouveau « secrétaire du Trésor des États-Unis » (ministre de l’Economie) Janet Yellen (74 ans), qui fut dirigeante de la FED (banque fédérale américaine, organisme détenu par des acteurs privés) : on est là en pleine oligarchie, c’est clairement l’Etat profond qui reprend la main.

Le point sur l’élection américaine, et ses enjeux

Plus de deux semaines après le scrutin, l’élection présidentielle aux Etats-Unis n’a pas encore abouti, et il n’est pas dit que Joe Biden en sorte vainqueur. Mais voyons d’abord en quoi elles peuvent concerner le reste de la planète.

D’abord, très concrètement, cette nation se prend depuis des décennies pour le « gendarme du monde » et n’hésite pas à agresser d’autres pays, voire à provoquer des déstabilisations graves de régions entières du monde (comme avec la guerre contre l’Irak), afin d’étendre son empire, d’exporter un modèle politique démocratique (propice aux manipulations et à la domination de la Finance), de servir la politique étrangère de l’Etat d’Israël ou de répondre aux intérêts de l’« État profond » américain.
Presque tous les pays peuvent donc se sentir concernés – même indirectement – par ce qui se passe à Washington.
Or, Donald Trump avait annoncé pendant sa campagne de 2016 vouloir rompre avec cette manie d’ingérence belliqueuse et il avançait, de fait, un certain isolationnisme. Force est de constater, qu’en dépit de ses déclarations tonitruantes et de certaines rodomontades qui peuvent inquiéter, son bilan n’est pas comparable avec celui de ses prédécesseurs, même s’il est toujours excité contre l’Iran, pour plaire à Israël.

Par ailleurs, les États-Unis sont, depuis la 2e Guerre mondiale surtout, le cœur du mondialisme, du cosmopolitisme et de tout ce que l’on peut y rattacher : uniformisation culturelle, abrutissement télévisuel, brassage ethnique, mouvement homosexualiste, théorie du genre…
Continuer la lecture de « Le point sur l’élection américaine, et ses enjeux »

États-Unis : des déclarations d’impôts révèlent que l’association caritative contre le cancer de Joe Biden a dépensé des millions en salaires, zéro en recherche

Ce type et son camp sont des escrocs.

« Une organisation caritative de lutte contre le cancer, créée par Joe Biden, ne donne pas d’argent à la recherche et consacre la majeure partie de ses contributions aux salaires de son personnel, comme le montrent les dossiers fédéraux.

Continuer la lecture de « États-Unis : des déclarations d’impôts révèlent que l’association caritative contre le cancer de Joe Biden a dépensé des millions en salaires, zéro en recherche »

Etats-Unis : les journalistes « démocrates » font des listes d’opposants

C’est aux Etats-Unis mais cela illustre bien l’hypocrisie, la folie haineuse et le totalitarisme de la gauche, qui sont bien internationales.

Cette Jennifer Rubin est « journaliste » pour les questions politique et d’« éducation » au Washington Post, quotidien propriété de Jeff Bezos (le patron du monstrueux Amazon).

Voici ce qu’elle s’est autorisé à écrire sur twitter, alors que de lourds soupçons de fraude planent sur le scrutin :

« Chaque Républicain [pro-Trump – NDCI] promouvant le refus d’une élection ou appelant à ne pas suivre la volonté des électeurs ou faisant des allégations de fraude sans fondement ne devrait jamais travailler en bureau, rejoindre un conseil d’administration, trouver un poste à l’université ou être accepté dans une société « polie ». Nous avons une liste ».

 

Un Américain blanc pro-Biden confronté à ses amis… (video)

Un Américain blanc affichant un drapeau pro Joe Biden pense que cela va le protéger des hordes afro-gauchistes en train de piller la ville. « Soyez pacifiques » dit-il… et ils répondent que c’est du suprémacisme blanc que d’expliquer a des « minorités » comment elles doivent manifester, qu’ils se foutent de son « avis de cul blanc ». Il finit par se faire frapper et voler son téléphone.

4 novembre 1956 : intervention soviétique à Budapest

Ce jour, les chars soviétiques entrent à Budapest, après que le nouveau gouvernement – amené par une révolte populaire spontanée débutée le 23 octobre contre la tyrannie communiste – eut fait savoir qu’il voulait quitter le Pacte de Varsovie.
L’aviation et l’artillerie rouges bombardent des poches de résistance ou supposées telles.

Avec le soutien tacite des démocraties occidentales, l’URSS va écraser l’insurrection dans le sang et entamer une sévère répression.

Ci-dessous 15 minutes de séquences vidéos tournées par des amateurs le 23 octobre 1956. Elles montrent que cette journée a commencé par une manifestation pacifique d’étudiants, avant que les communistes ne tirent sur la foule.

Ce jour-là les nouvelles s’étaient répandues rapidement et des émeutes avaient éclaté dans toute la capitale.
La révolte s’était étendue rapidement en Hongrie et avait entrainé la chute du gouvernement.
Des milliers de personnes s’étaient organisées en milices pour affronter l’Autorité de protection de l’État (ÁVH) et les troupes soviétiques.

Source : hungarianambiance.com