Que les médias ne précisent-ils pas sur la tuerie de Waukesha aux Etats-Unis ?

Aux Etats-Unis, dans la ville de Waukesha (Wisconsin), avait lieu une « parade de Noël », dimanche 21 novembre. Les parades sont une activité fréquente et très populaire dans ce pays.
Mais celle-ci a tourné à la tragédie : une voiture a foncé à travers les barrières puis dans la foule, tuant 6 personnes, en blessant près de 50 autres, dont certaines très gravement, notamment des enfants.

France 3 a parlé d’une « voiture folle ». Biden et les siens ont évoqué un « incident ».

Le chef de la police locale a pourtant précisé que « le suspect avait foncé intentionnellement dans la foule. »

Le tueur s’appelle Darrell Brooks, c’est un « rappeur » multirédiciviste, militant du mouvement gauchiste antiblanc Black Lives Matter.
Les personnes qu’il a assassiné sont toutes blanches.

A gauche, le tueur, et sa maison d’« opprimé » (par les Blancs). A droite ses victimes.

L’AFP, reprise par les gros médias comme d’habitude, évoque sobrement la tragédie :

Une « parade de Noël endeuillée »…

Imagine-t-on un tel titre si un Blanc de droite avait foncé sur une foule et tué plusieurs Noirs ?

Et dans quelques semaines, tout cela sera oublié.

PS : pendant que les gros médias parlent encore de l’affaire « George Floyd » (Noir tué par un policier blanc dans des circonstances confuses), rappelons que 26% des homicides commis en 2020 aux États-Unis l’ont été par des Blancs non hispaniques, qui représentent encore 61,6% de la population, et que 50% des homicides commis l’ont été par des Afro-américains, qui ne représentent que 12,4% de la population (FBI).

Le jeune Américain patriote qui avait abattu deux antifas violents relaxé par la justice

Le jeune Kyle Rittenhouse lors de la lecture du verdict.

Le 23 août 2020, alors que les Etats-Unis étaient traversés par une vague de manifestations violentes cornaquées par l’extrême-gauche contre les Blancs (mouvement « Black lives matter« ), des tirs résonnèrent dans la ville de Kenosha (région des Grands Lacs).
Un peu plus tôt, alors âgé de 17 ans, Kyle Rittenhouse s’était équipé d’un fusil semi-automatique et avait rejoint des groupes de citoyens armés venus protéger les commerces, face aux dévastations des émeutiers noirs et gauchistes, qui avaient déjà pillé et incendié, les nuits précédentes.
Dans des circonstances présentées comme confuses, il avait ouvert le feu, tuant deux hommes et en blessant un troisième. Les médias de gauche (presque tous, donc) en avaient fait un symbole d’une droite sanguinaire.

« Je n’ai rien fait de mal, je me suis simplement défendu » avait plaidé le jeune homme, lors de son procès, assurant avoir tiré après avoir été pris en chasse et attaqué par ces trois hommes.
Les douze jurés d’un tribunal de l’Etat du Wisconsin viennent de lui donner raison et de le déclarer « non coupable » des cinq chefs d’accusation qui pesaient sur lui, au quatrième jour de leurs délibérations. La justice a été rendue.
En France, il eût droit au pire (cf les jeunes patriotes qui se sont défendus face à l’agression de Clément Méric et ses compères, et qui se retrouvent ignoblement incarcérés).
« Les démocrates [gauche américaine – NDCI] avaient accusé le jeune homme d’être un suprémaciste blanc, et d’avoir tiré sur des manifestants tout en bénéficiant de la complaisance de la police à cause de sa couleur de peau.  » (source) Tandis qu’une bonne partie du camp républicain l’avait défendu.

Le tribunal, s’appuyant sur les preuves et témoignages, a reconnu que le jeune homme s’était légitimement défendu face à trois agresseurs, trois « antifas » : Joseph Rosenbaum, le premier à avoir été abattu – qui avait poursuivi Rittenhouse et essayé de lui arracher son arme, probablement pour lui tirer dessus –, le deuxième, qui le frappait à la tête avec une planche à roulettes, et le troisième qui pointait vers lui… un pistolet.

Sur la video ci-dessous, on voit Rittenhouse poursuivit par des antifas. Il tombe à terre et on entend parmi ses poursuivants « Kill that dude ! « (« tuez ce mec ! ») :


Pour le profil de ces trois-là, on précisera, car les médias français ne le font pas, que Joseph Rosenbaum avait été condamné pour le viol de cinq enfants de 9 à 11 ans…
Le second, Anthony Huber, avait été condamné plusieurs fois pour violences conjugales et détention de drogue.
Le dernier, Gaige Grosskreutz, qui n’a été que blessé et qui pointait une arme sur le gamin, a aussi plusieurs condamnations, entre autres pour avoir tiré après usage de drogues.
Bref, des « antifas ».

La justice américaine est tout de même moins pourrie que la français

4 novembre 1956 : intervention soviétique à Budapest

Tout d’abord, rappelons que le 23 octobre 1956 avait commencé une insurrection pacifique.
Ce jour-là avait débuté par une manifestation pacifique d’étudiants, avant que les communistes ne tirent sur la foule.
L’information selon laquelle des manifestants avaient été tués s’était répandue rapidement et des émeutes avaient éclaté dans toute la capitale.

Ci-dessous 15 minutes de séquences vidéos tournées par des amateurs le 23 octobre 1956. Elles montrent que cette journée a commencé par une manifestation pacifique d’étudiants.

Après quoi la révolte s’était étendue rapidement en Hongrie et avait entrainé la chute du gouvernement.
Des milliers de personnes s’étaient organisées en milices pour affronter l’Autorité de protection de l’État (ÁVH) et les troupes soviétiques.

Ce jour du 4 novembre, donc, les chars soviétiques entrent à Budapest, après que le nouveau gouvernement – amené par la révolte populaire spontanée débutée 11 jours plus tôt contre la tyrannie communiste – a fait savoir qu’il voulait quitter le Pacte de Varsovie.
L’aviation et l’artillerie rouges bombardent des poches de résistance ou supposées telles.

Avec le soutien tacite des démocraties occidentales, l’URSS va écraser l’insurrection dans le sang et entamer une sévère répression.

Source : hungarianambiance.com

Le maléfique Colin Powell, ancien secrétaire d’État américain, « complètement vacciné », est mort du Covid-19, annonce sa famille

Ce militaire états-unien  était devenu conseiller à la sécurité nationale du président Ronald Reagan en 1987, et grenouillait depuis dans les hautes sphères politiques du pays.

A ce titre, en tant que chef d’État-Major des armées, il conduisit les troupes américaines et alliées lors de la guerre du Golfe (1990-1991).
George W. Bush le nomma en 2000 secrétaire d’État (responsable des Affaires étrangères et n°2 de l’Etat).

Le , il présenta devant le Conseil de sécurité des Nations unies un épais dossier à charge contre le régime de Saddam Hussein, contenant des fausses preuves relatives à l’existence d’armes de destruction massive en Irak. Dans ce discours, qui apparaîtra comme l’un des prologues de la guerre d’Irak, il affirma : « il ne fait aucun doute que Saddam Hussein possède des armes biologiques et la capacité de produire rapidement plus, beaucoup plus » ; puis il déclara : « [il n’y a] aucun doute dans mon esprit que Saddam travaille pour obtenir des composants clefs pour produire des armes nucléaires ».

A l’ONU, Colin Powell tenant une capsule présentée comme contenant de l’anthrax, tel qu’en produisait selon lui l’Irak.

A la suite de quoi, les Etats-Unis envahirent l’Irak de façon totalement illicite et laissèrent le pays dans un chaos qui dure encore.

Par la suite, Powell avait soutenu le candidat Obama, deux fois victorieux à la présidentielle américaine, puis Biden face à Trump vis-à-vis de qui il était très hostile.

Powell est officiellement mort, à l’âge de 83 ans, des suites du Covid, alors qu’il avait reçu toutes ses doses de vaccin, selon sa famille.

Il rejoint Donald Rumsfeld, mort en juin dernier, et qui avait été « secrétaire à la Défense » (2001-2006) sous le même Bush. Rumsfeld avait été lui-aussi l’un des principaux propagandistes de la guerre contre l’Irak, mentant éhontément.
Parallèlement à ses activités politiques, le machiavélique Rumsfeld était un « homme d’affaires » qui fut PDG des groupes pharmaceutique G.D. Searle (devenu Pfizer) et Gilead Sciences…

Rupture du contrat avec l’Australie : pourquoi la France n’est plus respectée

En 2016, après deux ans de négociations, la France et l’Australie signaient un contrat d’un montant de 56 milliards d’euros…
La France devait fournir 12 sous-marins, fabriqués par son grand groupe industriel autrefois appelé DCN (pour « Direction des constructions navales », héritière des arsenaux fondés par Richelieu), et renommé en 2017, de façon pitoyable, « Naval Group ». Un nom anglais – quel comble pour les arsenaux français – symbole du renoncement français, qui n’aura pas porté chance à la France pour les marchés internationaux.

Il y a quelques jours, on a appris que l’Australie déchirait le contrat pour finalement se fournir auprès des Etats-Unis, dans le cadre d’une alliance à trois – avec l’Angleterre –, ourdie dans l’ombre, destinée à renforcer leur influence dans la zone « indo-pacifique », particulièrement face à la Chine.
Cette trahison envers la France, au-delà de conséquences économiques lourdes, est un très violent camouflet diplomatique et géostratégique. Un geste de mépris grave envers la France, que le ministre Le Drian a bien pris comme tel, de la part d’« amis ».

Le monde politicien s’émeut et semble s’étonner.
Pourtant, ce coup de tonnerre n’a rien d’illogique.

D’abord, il est abusif de présenter les Etats-Unis comme  « amis » de la France, comme on l’entend parfois.
Continuer la lecture de « Rupture du contrat avec l’Australie : pourquoi la France n’est plus respectée »

C’était un 1er août…

1291: naissance de la Suisse. Les représentants des cantons de Schwyz, d’Uri, d’Unterwald et, selon la légende, Guillaume Tell, promettent de délivrer leur pays de l’emprise des Habsbourg : c’est le serment du Grütli.
Cet événement est considéré comme la naissance officielle de la Confédération helvétique.
Depuis 2006, les autorités s’évertuent à bannir toute participation ou rassemblement dit « d’extrême-droite » sur cette fameuse plaine, à cette date.

1793 : phénomène unique dans l’histoire, ce sont les élus d’un Peuple souverain qui, le 1er août 1793, à l’unanimité votent une loi de déportation et de destruction totale par le feu et par le fer d’un pan entier d’un territoire (à cheval sur le Poitou, l’Anjou et la Bretagne) dont ils sont les représentants. Déçus des résultats obtenus par l’application de cette première loi génocidaire, ils votent à l’unanimité une seconde loi d’extermination de la population le 1er octobre 1793.
Ces deux lois votées à l’unanimité par des révolutionnaires convaincus, en conscience, de leur bon droit et de leur devoir de salut public, sont publiées au Journal officiel de l’époque. Elles sont sans ambiguïté, tant au niveau de la destruction des biens que de l’élimination de la population. Les mots parlent d’eux-mêmes : « Soldats de la Liberté. Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre : le salut de la patrie l’exige ; l’impatience du peuple français le commande ». Quelques jours plus tard, des ordres précisent que par « Brigands » on entend tous les habitants résidents de Vendée et qu’il faut de préférence éliminer les femmes, « Sillons reproducteurs », et les enfants, « Car futurs brigands ». Ainsi, les Vendéens ont été exterminés, non pas pour ce qu’ils ont fait ou pour ce qu’ils croient, mais pour ce qu’ils sont, du simple fait qu’ils existent.

La « cancel culture » chez les jeunes Britanniques : 52% disent avoir cessé de parler à quelqu’un en raison de leur position politique

L’étude ne le précise pas mais il s’agit bien sûr de jeunes de gauche. Nous avons les mêmes en France (en moins grande quantité peut-être). Ces gens qui exaltent « l’ouverture », « le dialogue », « la tolérance » mais en pratique ne supportent pas que l’on est une autre vision des choses qu’eux. Ils en deviennent asociaux et parfois inhumains.
Le gauchisme est, de toute façon, une maladie de l’esprit.

https://i0.wp.com/lincorrect.org/wp-content/uploads/2021/04/Woke.png?w=840&ssl=1

« Les Britanniques craignent de plus en plus d’exprimer des opinions controversées et la plupart des jeunes ont déjà coupé les ponts avec quelqu’un en raison de ses opinions politiques, selon une étude.
Continuer la lecture de « La « cancel culture » chez les jeunes Britanniques : 52% disent avoir cessé de parler à quelqu’un en raison de leur position politique »

Bernard Lugan : « pourquoi il est illusoire de s’obstiner à continuer de croire qu’une « pacification des mémoires » avec l’Algérie et le Rwanda est possible »

Trois traîtres à la France : Darmanin, Stora et Macron

« Emmanuel Macron s’obstine à refuser de voir que la France, l’Algérie et le Rwanda ne parlent pas de la même chose quand est évoquée la question mémorielle. Pour Paris, l’histoire est une science permettant de connaître et comprendre le passé. Pour Alger et pour Kigali, il s’agit d’un moyen servant à légitimer les régimes en place à travers une histoire « arrangée ». L’incommunicabilité étant totale, les dés sont donc pipés dès le départ. D’où le naufrage du « Rapport Stora » et du « Rapport Duclert ».

L’Algérie et le Rwanda ne veulent en effet pas d’une « pacification des mémoires » au sens où l’entend la France puisque toute normalisation passerait obligatoirement par des concessions mémorielles qui feraient exploser les fausses histoires sur lesquelles reposent les « légitimités » des deux régimes.
Le président algérien Tebboune l’a d’ailleurs plus que clairement reconnu quand il a déclaré que « la mémoire nationale ne saurait faire l’objet de renonciation, ni de marchandage ».
En définitive, la France recherche une paix mémorielle fondée sur une connaissance scientifique des évènements du passé quand l’Algérie et le Rwanda exigent son alignement sur leurs propres histoires fabriquées.
Continuer la lecture de « Bernard Lugan : « pourquoi il est illusoire de s’obstiner à continuer de croire qu’une « pacification des mémoires » avec l’Algérie et le Rwanda est possible » »

Royaume-Uni : les universités cesseront de pénaliser l’orthographe pour réduire l’écart entre Blancs et Noirs

L’hostilité envers le Blanc et l’égalitarisme gauchistes n’ont pas fini de charrier leur lot d’ignominies et d’absurdités !

Image dans Infobox.
L’université de Hull, Grande-Bretagne.

« Les étudiants universitaires ne seront pas pénalisés pour leurs fautes d’orthographe, de grammaire et de ponctuation aux examens, car cela serait “élitiste”.

Les universitaires ont été informés que le fait d’insister sur un bon anglais écrit constituait une discrimination à l’égard des minorités ethniques et de ceux qui ont fréquenté des écoles “peu performantes”.

Le Bureau des étudiants souhaite réduire l’écart entre la proportion d’étudiants blancs et noirs qui obtiennent de bons diplômes et réduire les taux d’abandon parmi les étudiants les plus pauvres.

Continuer la lecture de « Royaume-Uni : les universités cesseront de pénaliser l’orthographe pour réduire l’écart entre Blancs et Noirs »

Canal de Suez : un seul navire s’échoue et l’économie mondiale craint de sombrer…

 

« Il est parfois des incidents, a priori anodins, qui en disent long sur ce que devient le monde. Un seul exemple ? Le porte-conteneurs Ever Given, propriété d’un armateur japonais dont la société est basée à Taïwan, qui vient de s’échouer dans le canal de Suez. Rien de susceptible, en bonne logique, de faire les gros titres des médias. Et pourtant…

Ainsi ce monstre des mers est-il en train de bloquer une bonne partie du commerce international, sachant que le canal en question, creusé en 1869 par Ferdinand de Lesseps – comme quoi les Français n’ont pas fait que de vilaines choses en Afrique –, assure à lui seul le transit de 12 % des échanges de la planète, soit 19.000 bateaux par an. Et un unique naufrage de créer un gigantesque embouteillage de près de deux cents navires de semblable tonnage ; ironique, n’est-il pas ?

Continuer la lecture de « Canal de Suez : un seul navire s’échoue et l’économie mondiale craint de sombrer… »

« Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple »

Peut être une image de 1 personne et barbe

Coup de gueule pertinent de Jonathan Sturel, après le cirque du couple mal marié devant les caméras américaines, bavant sur la famille royale dont lui est issu.

« Il y a plein de choses à dire sur ce pitoyable guignol, mais rien ne pourrait être plus précis que cette simple déclaration : Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple.
Dans quelques années, il divorcera de cette opportuniste et on aura la confirmation de ce que l’on sent déjà, à savoir qu’elle lui vampirise l’esprit au point de le pousser à renier et trahir son sang, son rang, son milieu et sa position. Rappelons qu’il y a encore quelques mois, cet effroyable abruti dénonçait le… «racisme systémique», ah ! quelle surprise !
Ce type blanc, de sang royal, européen de la plus ancienne souche possible, se retrouve, flanquée de sa roulure bigarrée, devant une milliardaire afro-américaine woke, à assister au spectacle pitoyable de la mise en pièces, par sa femme et avec la complicité de la grosse noire, de sa famille, de son sang, de ce qu’il est lui-même et qu’il incarne dans sa chair. Et il ne bronche pas, ce crétin ! Il acquiesce même, il valide tout cet abruti !
La famille royale paie son inconsistance.
Continuer la lecture de « « Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple » »

Suède : 7 personnes blessées à l’arme blanche. L’auteur serait un réfugié afghan de 22 ans, arrivé en 2018 et déjà condamné

Sans commentaires.

« A Vetlanda, une petite ville de province de 12 000 habitants, à environ 80 kilomètres de la ville de Jönköping, l’alarme avait été donnée vers 15h00 locales (15 heures à Paris). L’attaque s’est déroulée à cinq endroits séparés de quelques centaines de mètres, selon la police. Sur des images diffusées par la télévision suédoise SVT, on voit un des blessés mis sur un brancard, dans un banal quartier résidentiel. Les blessures sont de niveaux divers, selon les premiers éléments. » Le Parisien

« L’agence Associated Press rapporte que l’homme était armé d’une hache. » (La Presse)
Continuer la lecture de « Suède : 7 personnes blessées à l’arme blanche. L’auteur serait un réfugié afghan de 22 ans, arrivé en 2018 et déjà condamné »

Italie : Matteo Salvini et sa Ligue s’allient avec les partis du Système et récoltent des miettes

Le nouveau gouvernement italien rassemblé pour prêter serment, au palais du Quirinal, le 13 février. (source : site du gouvernement italien)

Le populisme, sympathique mais sans doctrine et se laissant totalement happer par le jeu politicien démocratique, ne saurait régler les problèmes des nations.
Voyez le cas de la Ligue (Lega) dirigée par Matteo Salvini, en Italie.
Il y a peu, elle touchait du doigt la domination du jeu politique italien, maintenant elle se retrouve l’adjointe des crapules qui détruisent l’Italie tout en se goinfrant depuis des décennies.

« Après la démission du premier ministre Giuseppe Conte le 26 janvier dernier, due à la perte du soutien au parlement du parti centriste Italia Viva, le président de la République, le démocrate-chrétien Sergio Matarella a choisi Mario Draghi comme nouveau premier ministre.
Draghi est l’ancien vice-président de la branche européenne de la banque d’affaires judéo-américaine Goldman Sachs, qui avait trafiqué les comptes de la Grèce.
Ensuite, comme président de la Banque d’Italie (2005-2011), il a constamment plaidé pour l’austérité, la baisse des salaires des fonctionnaires et les privatisations.
Devenu ensuite patron de la BCE (de 2011 à 2019), il a poussé la Grèce à la même politique, soumettant le pseudo-révolutionnaire Alexis Tsipras, qui s’était fait élire sur un programme d’affranchissement de l’UE et de l’euro et qui a fini par vendre les ports grecs, notamment à la Chine.
Continuer la lecture de « Italie : Matteo Salvini et sa Ligue s’allient avec les partis du Système et récoltent des miettes »