Violence et racisme antifrançais dans le métro

Le métro francilien est de plus en plus dangeureux, spécialement pour les Françaises. Dans quelques années, à ce rythme, il sera impraticable.
Ci-dessous le cas d’un Africain agressant exclusivement des Blanches.

Assassinat d’Hervé Bouquignaud : un des suspects arrêté à la sortie de la mosquée de Cambrai

A lire ici la déclaration très embarrassée de l’association musulmane de Cambrai.

Paname et ses nêms…

Un Chinois s’est rendu jeudi à la police en s’accusant d’un triple homicide. 3 corps de ses compatriotes ont été retrouvés peu après dans un restaurant asiatique du IXème arrondissement à Paris.
Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme a indiqué avoir agi pour se venger d’un racket dont il aurait été la victime.
Les victimes ont été tuées à coup de couteau, dont une égorgée. Une arme de guerre a été retrouvée sur place.

Scandaleux et délirant !

Un pédophile a violé entre 2000 et 2008 huit filles et garçons âgés entre 10 et 16 ans près de Heist en Belgique. Il a été condamné en 2008 à 6 ans de prison. En 2010, le tribunal d’application des peines a décidé de l’autoriser à purger sa peine chez lui, en ayant l’obligation de porter un bracelet électronique. Il vit actuellement près de ses anciennes victimes.

Pourquoi un homme reconnu coupable de huit viols écope d’une peine de prison de six ans?

Que fait-il dehors après seulement trois ans derrière les barreaux?

Comble de l’horreur, comment a-t-il obtenu l’autorisation de s’installer près de ses anciennes victimes?

Exigeons le rétablissement de la peine de mort pour les assassins d’enfants!

Source

Meurtre de la policière : un suspect faisait le beau sur Canal + il y a quelques jours.

Vingt-sept personnes ont été interpellées hier dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat à l’arme de guerre, le 20 mai 2010, d’Aurélie Fouquet, policière municipale à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). La brigade criminelle et de la répression du banditisme (BRB) de la préfecture de police de Paris, recherche les responsables de l’équipe de braqueurs à l’origine du meurtre sauvage de cette jeune Française de 26 ans.

Les enquêteurs recherchent aussi activement Redoine Faïd (photo), soupçonné d’avoir joué un rôle important dans cette affaire. Quand la police s’est présenté à son domicile de Courbevoie (Hauts-de-Seine), hier matin, il s’était volatilisé… Redoine Faïd était au cœur de l’émission « Caïds des cités : le nouveau grand banditisme », diffusée sur Canal+ le 3 janvier dernier. Sans regrets, il racontait comment il avait attaqué un fourgon blindé à Villepinte, en juillet 1997. Le reportage montrait aussi comment il était encore adulé pour ses méfaits dans les quartiers multiethniques de Creil (Oise). Condamné au total à 31 ans de prison, Redoine Faïd avait bénéficié d’une libération conditionnelle début 2009…

Source

Fillette violée par une racaille le soir du 31 décembre.

Le billet dans lequel nous évoquions quelques faits qui illustrent la façon dont se fête le réveillon du nouvel an dans la « France d’après » sarközyste – n’en déplaise à Hortefeux -, ne recouvre hélas qu’une petite partie de la réalité.

Ajoutons-y par exemple cette sordide affaire : près de Montpellier, dans la nuit du 31 décembre, une fillette de 12 ans a été violée par un individu de 17 ans.
Celui-ci était « placé sous contrôle judiciaire pour une affaire d’incendie volontaire » (source).
Son origine ethnique n’a pas été précisée.

L’histrion Michaël Youn, cambriolé, puis insulté sur Twitter

Le pitre vulgaire, Michaël Youn (de son vrai nom Michaël Benayoun), a été cambriolé le 31 décembre et a tenté de récupérer quelques affaires…

Actuellement en vacances, Michaël Youn s’est ému de ce cambriolage –perçu comme un «viol»- et a lancé lundi plusieurs messages sur Twitter et sur sa page Facebook pour récupérer les affaires auxquelles il tient et qui ont été dérobées. «Beaucoup d’objets de valeur ont disparu mais peu importe…», écrit-il sur Twitter. «En revanche, quelques objets, d’une grande valeur sentimentale et sans aucun intérêt pour les cambrioleurs, nous ont été dérobés. Alors… Je tente… On sait jamais…(…) Je tente de faire appel aux cambrioleurs», explique-t-il. Continuer la lecture de « L’histrion Michaël Youn, cambriolé, puis insulté sur Twitter »

Le réveillon du nouvel an dans la « France d’après » sarkozyenne

Cette année, le pouvoir en place a décidé de cacher aux Français les chiffres de la criminalité du 31 décembre, et en particulier le nombre de voitures brûlées (environ 1150 chacune de ces deux dernières années).
Cependant, ça et là des faits ressortent, des nombres de véhicules incendiés sont révélés, et l’on comprend que – loin de la nuit « calme » qu’ont évoquée éhontément gouvernement et médias – le 1er janvier a eu un goût amer pour nombre de familles françaises abandonnées à la criminalité. Une voyoucratie dont on ne peut bien sûr évoquer les origines.

Quelques exemples de faits significatifs qui se sont déroulés dans la nuit du 31 au 1er :
– Au Blanc-Mesnil (93), l’animateur d’une soirée a été laissé pour mort après avoir été tabassé par une dizaine de personnes. Elles lui reprochaient d’avoir refoulé l’une d’entre elles. Le DJ est actuellement entre la vie et la mort. (source)
– A Paris, une jeune femme russe de 21 ans rentrant de soirée a été kidnappée, rouée de coups et violée à plusieurs reprises avant d’être relâchée au matin. (source)
– A Rennes, le pronostic vital d’un jeune homme est engagé après qu’il a été frappé d’un coup de couteau dans la région du coeur. Une altercation entre deux groupes de jeunes sur fonds d’injures envers jeunes filles est à l’origine du drame. (source)
– A Paris, dans le quartier immigré de Clichy, une mère de famille a été tuée et sa fille blessée par un chauffard. Cette famille danoise était venue passer le réveillon dans la capitale. (source)
– Au moins 16 membres des forces de l’ordre ont été blessées et 500 personnes interpellées, alors qu’un dispositif policier exceptionnel avait été déployé. (source)

C’est ça la fête, pour la « France d’en bas » dans la « France d’après » !

Au moins « 30.000 armes illégales circulent dans les banlieues »

Un jour, elles sortiront peut-être toutes ensemble… Pour le malheur des Gaulois.

« «On nous expliquait que les kalachnikovs, très peu nombreuses en France, passaient surtout de main en main, mais il faut bien se rendre à l’évidence : plus on en saisit, plus on en voit surgir de nouvelles dans des affaires spectaculaires, de Paris à sa banlieue en passant par Lyon, Grenoble ou Marseille.» (…)
Un préfet de haut rang fait ce pénible constat : les armes de guerre se diffusent de plus en plus dans l’Hexagone.»

(…) Dans les services spécialisés du ministère de l’Intérieur, le chiffre de 30.000 armes illégales circule sous le manteau. Une estimation réalisée d’après les saisies opérées par les services. Explication : «Les forces de l’ordre mettent la main sur environ 4000 armes par an, principalement en banlieue, or nous savons que l’essentiel du stock échappe à la police, qui ne saisit peut-être que 10 % à 15 % du total», estime un commissaire de la PJ.

Source & détails

Ca se passe comme ça, en France, au 21ème siècle.

Un « campement » (sans plus de détails, bien sûr), en Ile-de-France, où pendant des années plusieurs personnes sont victimes de tortures, esclavagisme, proxénétisme, viols ou autres choses. Les policiers locaux buvaient l’apéro régulièrement avec le chef de camp.

« Se déroule actuellement devant les assises de Seine-et-Marne à Melun le procès du campement de l’horreur. 12 accusés, six hommes et six femmes comparaissent dans l' »affaire Sabrina », esclave violée, prostituée, torturée dans un campement de Seine-et-Marne durant trois ans.

Maurice fut prisonnier pendant trois ans dans ce même campement, sa fille a dénoncé, lundi 29 novembre, l’absence d’aide de la police pour délivrer son père. A l’instar de Sabrina, Maurice, 58 ans, homme fragile se déplaçant aujourd’hui en fauteuil roulant, a été séquestré, frappé, torturé, entre 2003 et 2006 dans le campement de Bois Fleuri à Claye-Souilly, au bord de la Nationale 3. »

Source et suite
Merci à Jules G.

France occupée : une caserne de pompiers attaquée

C’est une première, assez peu médiatisée d’ailleurs. A Chanteloup-les-Vignes, une horde de « racailles » ivre de haine a attaqué la caserne des pompiers. Peut-être en réaction à une opération policière anti-drogue récente.

«Il y a trois ans, une poignée d’imbéciles avait bien brûlé une ambulance sur le parking, mais là, comme un commando, ils nous ont attaqués de tous côtés, à coups de pavés, de boules de pétanque et de cocktails Molotov», a raconté l’un des portes-parole des pompiers au Figaro.

La petite douzaine de soldats du feu qui occupent cette caserne, imbriquée dans la cité, se croyait protégée par ses hauts murs et son portail métallique bien verrouillé. «Mais sous la pluie de projectiles, il a fallu se barricader», se souvient l’un d’eux. Les voyous tentaient d’empêcher les pompiers d’éteindre les cocktails Molotov qui s’enflammaient dans la cour.

Source

La corde du chantage à l’antisémitisme va bien finir par s’user…

tant ça devient grotesque.
Ici, une jeune femme soupçonnée d’agression supporte mal un contrôle de police, s’estimant probablement au-dessus de ce traitement, et tente un chantage à l’antisémitisme (procédé extrêmement courant) face des policiers choqués.
L’un d’entre eux, immigré, se défend d’ailleurs en expliquant qu’il ne peut pas être raciste, puisqu’il n’est pas « blond aux yeux bleux »…
Quel pays !

Source