C’était un 28 février : le massacre républicain des Lucs-sur-Boulogne. Liste des 110 petits enfants assassinés

Les « valeurs de la République ».

En janvier 1794, le général Turreau, responsable des « colonnes infernales », écrivait à la Convention nationale (c’était donc officiel) : « il faut prendre de grandes mesures, il faut exterminer tous les hommes qui ont pris les armes, et frapper avec eux leurs pères, leurs femmes, leurs sœurs et leurs enfants. La Vendée doit n’être qu’un grand cimetière national. »

Le , tuant et incendiant sur leur passage, les colonnes des généraux républicains Cordellier et Crouzat se dirigent vers le village des Lucs-sur-Boulogne.
Mais sur le chemin, ils sont attaqués et mis en fuite par les troupes royalistes et catholiques de Charette.
Cependant, après sa victoire, Charette, obligé de pratiquer la guérilla, doit se retirer.
Martincourt, un lieutenant de Cordellier, s’en aperçoit et après avoir rallié plusieurs fuyards, se dirige vers le village des Lucs (alors divisé en deux paroisses : le Grand-Luc avec deux mille habitants et le Petit-Luc, avec une centaine d’habitants) avec l’intention d’y exercer des représailles.

Face à l’arrivée des colonnes, une partie de la population court se réfugier dans la chapelle du Petit-Luc alors qu’une autre partie a déjà été massacrée.
Les villageois ne sont guère en mesure de se défendre : la population présente compte principalement des vieillards, des femmes, des enfants dont 109 avaient moins de 7 ans.
L’abbé Voyneau, curé du Petit-Luc, se présente alors aux soldats sur le chemin de la Malnaye : ceux-ci se saisissent de lui, le torturent et l’éventrent.
Martincourt, le chef des Républicains, décide de ne pas faire de quartier. La chapelle étant trop petite pour contenir toute la population, les soldats ouvrent le feu sur les personnes à l’extérieur, puis afin d’économiser les cartouches, lancent une charge à la baïonnette massacrant et achevant les blessés. Les survivants se barricadent à l’intérieur de la chapelle, les Républicains incendient alors l’église.

Un soldat républicain, nommé Chapelain, écrit dans une lettre :

« Aujourd’hui journée fatigante, mais fructueuse. Pas de résistance. Nous avons pu décalotter à peu de frais toute une nichée de calotins. Nos colonnes ont progressé normalement. »

On retrouvera plus tard un document du curé du Grand Luc : « Lesquels noms ci-dessus — au nombre de 564 — des personnes massacrées en divers lieux de la paroisse du Grand-Luc, m’ont été référés par les parents échappés au massacre, pour être inscrits sur le présent registre, autant qu’il a été possible de les recueillir dans un temps de la persécution la plus atroce, les corps morts ayant été plus d’un mois sans être inhumés dans les champs de chaque village du Luc : ce que j’atteste comme trop véritable, après avoir été témoin oculaire de ces horreurs et exposé plusieurs fois à en être aussi la victime. Au Luc, ce 30 mars 1794. C. Barbedette, curé du Luc. »

Les noms des 109 enfants des Lucs-sur-Boulogne de moins de 7 ans, massacrés par les troupes républicaines, le 28 février 1794 :

Continuer la lecture de « C’était un 28 février : le massacre républicain des Lucs-sur-Boulogne. Liste des 110 petits enfants assassinés »

La France bat son triste record de déficit commercial en 2020…

Par Olivier Piacentini, essayiste dissident (ses livres ici) :

« Les chiffres de déficit commercial de la France sont tombés, et ils ne sont guère flatteurs pour notre pays : en 2020, le déficit commercial récurrent de la France s’est encore creusé, à près de 84 milliards, record battu après les 70 milliards de l’année 2019… Nos exportations reculent encore, nos importations se maintiennent, tous les indicateurs sont dans le rouge.

Ce chiffre traduit à lui seul la décadence totale de notre compétitivité, la disparition accélérée de nos industries. La faute à l’euro ? La faute à la crise sanitaire ? Ces deux facteurs participent sans doute à ce fiasco. Mais ils sont loin d’être les seuls.
Continuer la lecture de « La France bat son triste record de déficit commercial en 2020… »

En français, il faut dire « numérique » et non pas « digital »

En français, l’adjectif digital désigne ce qui à rapport aux doigts (« empreintes digitales » par exemple).
L’utiliser pour désigner ce qui touche à l’informatique ou à internet est un grossier anglicisme. On préfèrera par exemple, pour cet usage, l’adjectif numérique (les systèmes électroniques utilisant des calculs arithmétiques).

Ceux qui recourent à cet anglicisme s’exposent à des quiproquos potentiellement embarrassants :

Macron, qui ne souhaite pas joyeux Noël aux Français, s’applique pour le Nouvel An Chinois

Le président de la République « française » a enregistré une vidéo soignée pour souhaiter un bon « nouvel an lunaire », « placé sous le signe du buffle », à ses « compatriotes » [sic] attachés à cette tradition asiatique (en l’occurrence Chinois, Coréens et Vietnamiens).
C’est le même homme qui refuse depuis des années de souhaiter aux Français un « joyeux Noël », tradition pourtant encore largement partagée dans notre pays.
Ce discours de Macron est lui, réellement « lunaire », comme on dit.

« Vous êtes nombreux » (ah, finalement ils sont nombreux ?) « à faire vivre ce lien » « avec une grande partie de l’Asie du Sud-Est », « ce lien qui nous permet de tisser ensemble les fils de notre histoire commune ». Notez que cette dernière phrase est un charabia incohérent, typique de Macron, qui veut faire croire que « les liens » d’immigrés non-assimilés avec leur patrie « rendent plus fort notre pays ». Le multiculturalisme, c’est-à-dire le morcellement culturel d’une nation favoriserait par on ne sait quel tour de passe-passe un renforcement de celle-ci.
Obsession cosmopolite qui fait proférer les plus grossières absurdités.
Macron termine en beauté avec une faute de français, en « souhaitant [ses] meilleurs vœux ». Or, on ne souhaite pas des vœux (les vœux sont eux-mêmes des souhaits), on les présente. Pourtant, combien de communicants ont-ils relu son discours ?

Macron s’acharne sur Twitter en présentant ses vœux en chinois, coréen et vietnamien. Mais Noël n’a pas droit à une simple mention, même en français.

Source

Le coût de la détention du terroriste Salah Abdeslam : 433 000 euros par an !

En lisant cela, nous serons sûrement un certain nombre à penser à une solution alternative définitive et beaucoup plus économique, concernant cette « chance pour la France » comme disent les politiciens du Système…

« […]  Incarcéré et placé à l’isolement au centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis (Essonne) depuis 2016, Salah Abdeslam, qui est accusé d’avoir pris part aux attentats du 13 novembre, fait l’objet de mesures de sécurité drastiques. Selon la réponse du ministère de la Justice à la question écrite du député Sébastien Chenu (RN), le coût de la détention du terroriste par les services pénitentiaires s’élève à 433.000 euros par an, soit environ 36.000 euros par mois.

Continuer la lecture de « Le coût de la détention du terroriste Salah Abdeslam : 433 000 euros par an ! »

Facultés : les étudiants et profs gauchistes essayent d’imposer la langue gauchiste soi-disant « inclusive »

« Elle a beau constituer ce « péril mortel » pour notre langue dénoncé par l’Académie française, l’écriture inclusive s’impose dans les universités, tant chez des élèves que des professeurs bien décidés à imposer ce nouveau mode permettant « de rendre les femmes plus visibles dans la langue », selon les termes de Mélanie Luce, présidente de l’UNEF. Une enquête publiée dans Le Figaro met en lumière les moyens de pression utilisés contre les réfractaires. Cela va du traditionnel qualificatif de « réactionnaires » ou « conservateurs » à des demandes de professeur.e.s à leurs élèves de réécrire tout leur mémoire.

« Elle nous a fortement recommandé d’avoir recours à l’écriture inclusive. J’ai dû reprendre absolument tout ce que nous avions écrit et ajouter des points partout, je pétais un câble. J’aurais préféré me concentrer sur le contenu », témoigne, dans l’enquête, cette étudiante de 19 ans, ajoutant : « Nous avons compris qu’en le faisant, cela ferait plaisir à la professeure et que nous aurions une bonne note. » D’autres professeurs annoncent d’emblée la couleur, ils ne répondent pas aux mails n’utilisant pas l’écriture inclusive.

Continuer la lecture de « Facultés : les étudiants et profs gauchistes essayent d’imposer la langue gauchiste soi-disant « inclusive » »

Greta Thunberg publie brièvement par erreur un document lui indiquant quoi poster sur les réseaux sociaux

https://i2.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/Greta_Thunberg_at_the_Parliament_%2846705842745%29.jpg/1024px-Greta_Thunberg_at_the_Parliament_%2846705842745%29.jpg?resize=840%2C533&ssl=1
Greta Thunberg au Parlement européen. Elle est invitée partout, en particulier dans les instances mondialistes.

C’est encore une fois la preuve que derrière l’adolescente vaillante et innocente érigée en icône mondiale de l’écologisme sauce mondialiste, il y a toute une organisation, un réseau. Des méthodes de comploteurs.

« […] Greta Thunberg a accidentellement partagé un document – qu’elle a appelé « boîte à outils » – détaillant une liste de « messages suggérés » concernant les manifestations agricoles en Inde. Comme le relaye le New York Post ce jeudi 4 février, cette liste donnerait des conseils sur les prochains tweets à poster. Le document indiquerait à la militante de repartager et mentionner des célébrités qui tweetent sur le même sujet. C’était d’ailleurs le cas de la chanteuse Rihanna qui s’était interrogée en partageant un reportage de CNN sur des coupures d’Internet qui ont eu lieu durant des protestations : « Pourquoi ne parlons-nous pas de cela ?! » Pire encore, il serait demandé à Greta Thunberg de mettre en lumière les manifestations prévues devant les ambassades indiennes, relaye le New York Post.

Continuer la lecture de « Greta Thunberg publie brièvement par erreur un document lui indiquant quoi poster sur les réseaux sociaux »

L’horrible centre Pompidou va être rénové pour plus de 200 millions d’euros

https://i1.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9c/Exterior_of_the_Centre_Georges-Pompidou_20171223-1.jpg/1280px-Exterior_of_the_Centre_Georges-Pompidou_20171223-1.jpg?resize=840%2C559&ssl=1

Ce bâtiment illustre bien l’époque : perte totale du sens du beau, cuistrerie, fatuité…

Le « Centre Beaubourg » ou « Centre Pompidou » a été le grand projet architectural du président du même nom, et fut inauguré en 1977.
Véritable viol architectural dans ce vieux quartier du centre de Paris, il était aussi l’importante étape de la révolution culturelle contemporaine.

Cette espèce d’usine devenait vétuste, ses fameux tuyaux énormes se dégradaient, et il contenait toujours beaucoup d’amiante.

Hélas, plutôt que d’en profiter pour finir enfin avec cette « expérience » culturelle déjà ringarde (brièveté caractéristique des modes), le ministre de la Culture Roelyne Bachelot a décidé de le rénover (il sera fermé de 2023 à 2027). Coût : 200 millions d’euros. Enfin, coût estimé pour être plus exact.

Paris : des centaines d’étudiants font désormais la queue dans les distributions alimentaires. Le rêve macronien.

« Des images ahurissantes ! Vous n’êtes pas dans un pays du tiers monde ou dans une nation tant critiquée par nos élites politico-médiatiques comme le Venezuela ou l’Iran mais en plein Paris dans le 13ème arrondissement !

Avec la disparition des emplois pour étudiants et l’appauvrissement de nombreux foyers, des centaines d’étudiants en sont à faire la queue dans la rue pour accéder à des distributions alimentaires.

Des images qui sont bien loin des rêves que vendait Emmanuel Macron en 2017 quand il peignait une France à la sauce Silicon Valley… » (source)

Sur la chaîne “Disney +”, Peter Pan, La Belle et le clochard ou Les Aristochats ne sont désormais plus accessibles depuis les profils “enfants” en raison de clichés jugés racistes

La plateforme de diffusion à la demande de Disney a décidé de supprimer du profil “enfant” de grands classiques, dont certaines scènes pourraient être perçues par certains comme étant « racistes ». Un message d’avertissement s’affiche au lancement depuis un profil “adulte”.
Symptôme d’une société devenant folle sous l’action de la gauche.

Image

Continuer la lecture de « Sur la chaîne “Disney +”, Peter Pan, La Belle et le clochard ou Les Aristochats ne sont désormais plus accessibles depuis les profils “enfants” en raison de clichés jugés racistes »

Le très sanitaire François Bayrou surpris sans masque à l’aéroport

La duplicité des politiciens du Système en une photo.

Le professionnel de la politique François Bayrou, centriste toujours du côté du manche et actuellement « Commissaire au Plan », veut que tout le monde soit masqué, que tout le monde soit vacciné, et fait du zèle pour davantage de contraintes sanitaires parfois visiblement absurdes.

Mais ça, c’est pour le bas peuple. Quand ça le concerne, c’est autre chose.

Il a été pris en photo à l’aéroport d’Orly, se tenant sur sa chaise comme il le fait à l’assemblée, sans son masque :