Archives pour la catégorie 'Général – société – divers'

Le préfet qui a violemment réprimé la Manif pour tous, va être jugé pour fraude fiscale


Il n’a pas payé ses impôts, ni même déclaré ses revenus, pendant des années. L’ancien préfet de la région Ile-de-France Jean Daubigny, et ex-directeur de cabinet de Manuel Valls au ministère de l’Intérieur, sera jugé prochainement pour fraude fiscale, a-t-on appris ce mardi de source judiciaire, confirmant des informations de Mediapart et Europe 1.

Jean Daubigny est cité à comparaître, avec son épouse, le 28 avril devant le tribunal correctionnel de Paris, a-t-on précisé de même source. Il est soupçonné de ne pas avoir déclaré ses revenus entre 2011 et 2014, pour un montant d’impôts impayés de 190 000 euros. Selon Mediapart, son comportement remonterait à plus loin encore, mais les faits sont désormais prescrits.

En garde à vue, Daubigny s’est dit « dépassé »

Le couple avait été placé en garde à vue en novembre dernier, dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte en août par le parquet de Paris. Il s’était notamment dit « dépassé » par la gestion de ses impôts, affirmant qu’il n’était alors pas en capacité de s’en occuper, relate Mediapart. Quant à son épouse, elle ne s’occupe pas de ces affaires-là, avait-elle justifié en garde à vue selon Le Monde.

Jean Daubigny, ancien élève de l’ENA, a été préfet de La Réunion, puis des régions Champagne-Ardenne, Midi-Pyrénées, Bretagne ou encore Pays de la Loire. Il avait été nommé en mai 2012 directeur de cabinet de Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, avant de devenir préfet de Paris et de l’Ile-de-France en décembre 2012 jusqu’à sa retraite en avril 2015.

Source : L’Express

Mis en examen pour tentative de meurtre sur un policier, un militant antifasciste remis en liberté

Un militant antifasciste, mis en examen dans l’enquête sur l’attaque et l’incendie d’une voiture de police en mai 2016 à Paris, a été remis en liberté, après dix mois de détention provisoire.

La cour d’appel de Paris a ordonné la remise en liberté d’Antonin Bernanos, principal suspect dans l’affaire de la voiture de police incendiée quai de Valmy à Paris, avec placement sous contrôle judiciaire.

« C’est une remise en liberté parfaitement justifiée, comme l’avait déjà ordonné trois fois le juge des libertés et de la détention », a assuré à l’AFP Jérémie Assous, l’un de ses avocats.

« Les magistrats ont fait prévaloir le sens des textes, c’est une décision rationnelle », a ajouté maître Hugo Lévy, qui avait plaidé sa demande de libération devant la chambre de l’instruction.

Lire la suite

Nice : « les mariés du week-end »

Un seul couple de « mariés » français.

Devinez lequel !

Ce pays est fichu à moins d’une révolution.

En bref : une lettre piégée au FMI, le tireur de Grasse influencé par la culture américaine ?

Un courrier piégé explose au siège parisien du FMI : un blessé

Une assistante de direction a été touchée aux mains et au visage. Les enquêteurs n’excluent pas un lien avec la découverte la veille au ministère allemand des Finances d’un « mélange explosif ».

Plus d’information ici…

La vidéo menaçante du tireur présumé du lycée de Grasse

Scolarisé au lycée Alexis de Tocqueville à Grasse, le lycéen, âgé de 17 ans, avait posté une vidéo morbide sur Facebook.

Ce 16 mars, un lycéen de Grasse (Alpes-Maritimes) lourdement armé a ouvert le feu dans son établissement, le lycée Alexis de Tocqueville, et blessé légèrement trois personnes, dont le proviseur, avant d’être arrêté. Selon le ministère de l’Intérieur, le lycéen de 17 ans auteur des tirs était «a priori inconnu de la police». «Il était armé d’un fusil, d’un pistolet, d’un revolver et de deux grenades», a expliqué Beauvau.
Lire la suite

Allemagne : 5 millions d’€ d’amende pour un message « raciste »

Ne sachant pas comment réagir face à la « libération de la parole raciste » (NDCI : l’opposition à une politique migratoire suicidaire) sur les réseaux sociaux, le gouvernement allemand a trouvé son credo : flicage, suppression et répression. A noter que les messages « dont la légalité est discutable », doivent également être supprimés sous une semaine ! On peut craindre que, sans décision de justice pour venir « éclairer » la censure, les grandes multinationales (Facebook, Google, Twitter etc…) n’hésiteront pas à supprimer tous les messages opposés à l’accueil du tiers-monde en Europe. Concernant le montant des amendes, 50 millions pour les réseaux sociaux et 5 millions pour l’utilisateur, c’est tout simplement délirant…

On peut lire dans les colonnes du Monde :

Infliger des amendes pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros aux entreprises et sanctionner personnellement leurs responsables à hauteur de 5 millions d’euros : c’est la principale mesure du projet de loi de lutte contre les messages haineux sur les réseaux sociaux, présenté mardi 14 mars par le ministre de la justice allemand, Heiko Maas.

Le texte, l’un des plus sévères d’Europe, prévoit que les messages manifestement illicites (incitation à la haine, négationnisme, etc.) devront être supprimés dans les vingt-quatre heures, et dans la semaine pour les contenus dont la légalité est discutable, sous peine d’amende. Les réseaux sociaux devront également faire en sorte que les contenus déjà supprimés ne soient pas republiés en ligne – un sujet au cœur d’un récent procès, en Allemagne, dans lequel le tribunal a finalement donné raison à Facebook après la plainte déposée par un réfugié syrien, victime de harcèlement en ligne.

Les syndicats et les grands patrons d’accord pour s’opposer à la protection du travail des Français

Les frères ennemis main dans la main pour refuser vigoureusement de protéger le travail des Français sur les chantiers. Alors que les dirigeants des multinationales n’ont jamais caché vouloir réduire les coûts et prioriser l’embauche étrangère, les syndicats font mine de vouloir protéger les travailleurs face à l’avidité des grands groupes. Mais lorsqu’une mesure de bon sens s’impose, les ennemis d’un jour se réunissent pour lutter ensemble contre le patriotisme économique.

Paris – Le débat sur la « clause Molière », qui vise à imposer le français sur les chantiers dans certaines régions, a pris de l’ampleur mardi à quelques semaines de la présidentielle avec la prise de position du Medef et de plusieurs syndicats qui dénoncent une mesure « nationaliste ».

Plusieurs régions principalement de droite (Ile-de-France, Hauts-de-France, Normandie, Auvergne-Rhône-Alpes…), mais aussi des villes ou départements (Haut-Rhin), ont imposé l’usage de la langue de Molière sur les chantiers dont ils sont maîtres d’oeuvre.

Lire la suite

L’inventeur du « Flyboard » contraint de quitter la France

« J’ai déjà refusé des avances de l’armée américaine ; 180 pays me font un pont d’or pour aller chez eux… Si je devais partir, ce serait à contrecœur ».
Encore un génie français obligé de quitter son pays à cause d’un harcèlement administratif idiot et d’un inintérêt de la part des autorités. 

C’est le rêve de chacun depuis de nombreuses années : devenir l’homme volant, comme dans les films de science-fiction ou d’anticipation. Depuis peu, un homme et son équipe ont mis au point le « Flyboard Air », un engin volant propulsé par du kérosène qui permet à un homme de se tenir debout au-dessus du sol. Sous le capot : 1000 chevaux et une vitesse de pointe estimée à 150 km/h.

Lire la suite

Uruguay : la légalisation du cannabis n’a pas fait diminuer le trafic et les crimes

Alors que le débat sur la légalisation du cannabis en France revient fréquemment sur le devant de la scène médiatique, Anne Dolhein pour Reinformation.tv nous parle de l’exemple uruguayen :

Le directeur national de la police en Uruguay, Mario Layera, a déclaré lors d’un entretien avec la radio El Espectador que la loi de légalisation de la marijuana n’a pas eu pour effet de réduire le trafic de stupéfiants : pire, ce trafic accru a eu pour conséquence une augmentation des assassinats. Alors qu’il est de bon ton de réclamer la dépénalisation du cannabis pour faire disparaître la délinquance et la criminalité liées à la distribution de cette drogue dite « douce », les faits viennent démontrer que c’est l’inverse qui est vrai. L’Uruguay commence à avoir une certaine expérience dans le domaine, puisque sa loi de libéralisation date de 2013, sous la présidence Mujica.

« L’année dernière, nous avons connu les niveaux historiquement les plus élevés de saisies de cannabis en provenance d’autres régions. Cela nous permet de comprendre que le marché clandestin et le trafic vers l’Uruguay n’ont pas été modifiés de manière notable », a déclaré le haut responsable de la police.

Lire la suite sur Reinformation.tv…

Crise diplomatique entre la Turquie et l’Europe

Une crise diplomatique a éclaté entre la Turquie et plusieurs pays européens (Suisse, Autriche, Allemagne et surtout Hollande), car ces derniers ont empêché la tenue de réunions de soutien dans le cadre du référendum qui aura lieu en Turquie, référendum qui devrait donner plus de pouvoir au président actuel Erdogan. Cette crise politique appelle deux remarques.

1- La Turquie n’est pas membre de l’Union Européenne grâce aux nationalistes. Il faut savoir que cela fait des décennies que la Turquie et les dirigeants de l’UE souhaitent que ce pays devienne membre à part entière de l’Union européenne. Si ça n’a pas été fait, c’est grâce aux nationalistes et à l’opinion publique qui s’y sont toujours opposés, car si l’on avait laissé les dirigeants européens faire, cela ferait belle heurette que les 80.000.000 de Turcs seraient européens. Pour preuve, on lira cet article de 2004 -parmi beaucoup d’autres- dans lequel le Président Français de l’époque, Jacques Chirac, disait que son voeu « le plus cher » (sic) était l’entrée de la Turquie au sein de l’UE. Evidemment, son homologue allemand de l’époque, Gerhard Schröder, approuvait, les deux larrons disant que les opposants « étaient de mauvaise foi ! » On notera, pour l’anecdote, comment ces gens sont visionnaires car, disait par exemple Jacques Chirac, « je suis persuadé que le problème se posera avec moins de passion » dans 10 ou 15 ans (autrement dit, aujourd’hui, NDLR). Il faut bien préciser que seuls les nationalistes avaient les bons arguments pour s’opposer à la Turquie, à savoir que ce pays géographiquement n’est pas en Europe (il est en Asie mineure), qu’il a ni la même histoire, ni la même culture et ni la même religion que l’Europe qui est Chrétienne et donc qu’il n’a rien à faire au sein de l’UE.

2- Plutôt que d’interdire des réunions (avec les ministres turcs), les pays européens feraient mieux de penser à la remigration ! Les raisons qui poussent les pays européens à interdire ces meetings au sujet d’un référendum en Turquie ne nous regardent pas. En effet, la peur des pays européens est que ce référendum donne plus de pouvoir au président turc actuel (Erdogan), ce qui aujourd’hui les effraie ! En quoi, la situation politique d’un pays, sis en Asie Mineure, nous regarde-t-elle ? Ce qui se passe en Turquie ne concerne que les Turcs, arrêtons de vouloir régenter le monde entier. Par contre, cette affaire révèle l’importance de la diaspora turque en Europe puisque le résultat du référendum semble en partie se jouer dans nos pays, tant les Turcs, souvent bi-nationaux (et donc votant également aux élections en Europe) y sont nombreux, et ce alors que la Turquie est peuplée de quatre-vingt millions d’habitants ! Or, le fait même que des meetings se tiennent prouvent que ces gens se fichent complètement de leur pays d’accueil et ne soucient que de ce qui se passe dans leur pays d’origine. Ils n’ont donc pas à rester en Europe et doivent aller vivre dans le pays qu’ils aiment !

Journée mondiale des femmes : l’égalité dangereuse (et ridicule)

En cette journée de matraquage médiatique intensif, un billet rafraichissant de Pauline Mille pour Reinformation.tv :

C’est parti pour vingt quatre heures. A l’occasion de la journée mondiale des femmes, les médias promeuvent bruyamment ce qu’ils nomment l’égalité hommes femmes. Or, derrière le ridicule de la célébration se cache une idée dangereuse.

Depuis hier soir on promène sur les radios et télévision un assortiment de femmes tantôt revendicatrices tantôt propres sur elles et férues de statistiques pour dénoncer les injustices résiduelles censément dues à la société patriarcale dont elles seraient les victimes et réclamer l’égalité dans la vie politique, dans l’entreprise, dans l’intégralité du champ social. C’est bruyant, et cela se donne pour un impératif indiscutable, mais ce n’est pas très malin.

Entre la journée mondiale du pop corn et celle de la plomberie

Cette idée de journée mondiale des femmes, d’abord, me navre, elle me choque même profondément. Pire, elle me fatigue. Mercredi dernier, j’ai déjà fêté la journée mondiale du compliment, vendredi la journée jaune, samedi celle du tennis, je prévois samedi prochain de célébrer dignement la journée mondiale de la plomberie et dimanche celle de la courtoisie au volant. Qu’on me permette donc de souffler pour me préparer en vue de samedi en huit et la journée mondiale du sommeil. Il faut savoir qu’il y a 460 journées mondiales par an. Je ne vais pas vous les détailler mais Rabelais s’en réjouirait. Rien que pour janvier il y a la journée du braille, de la Corse, sans pantalon, des migrants et des réfugiés, du pop corn, des câlins, de la douane, pour février la journée des zones humides, sans téléphone mobile, de la baleine, de l’ours polaire, de la justice sociale. Et pour la suite de l’année du moineau, du macaron, de la trisomie 21, du fromage, de la visibilité trans, du cirque, de l’hémophilie, du rire, du soleil, du lait, de la mer, de la mini jupe, du tricot, du baiser, du tigre, de la frite, du chat, du chien, du rhinocéros, de la non violence, de la poste, du lavage des mains, de l’ostéoporose, de la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes, de l’orgasme, du climat, de l’égalité des chances, du bégaiement, des stagiaires. Perdre les femmes dans ce grand fourre-tout ridicule ne paraît pas très flatteur.

Lire la suite

L’étrange PV de l’affaire Théo

Cet étonnant PV peut-être un moyen malhonnête pour disculper des collègues policiers d’Aulnay, mais il peut aussi ouvrir d’autres horizons aux enquêteurs de l’IGPN…

L’article de Marianne dans son intégralité :

Un PV troublant, rédigé par un brigadier d’Aulnay et rapportant des actes de viol et de torture entre trafiquants de drogue, a été remis au commissaire dès le lendemain de l’affaire Théo.

Ce procès-verbal mérite toute l’attention. Annexé à la procédure ouverte après les violences subies par Théodore Luhaka, 22 ans, il est daté du lendemain des faits, le 3 février 2017, et rapporte des propos entendus quinze jours plus tôt. Deux lectures sont possibles. La première, c’est de considérer que son contenu nous éclaire sur les méthodes employées par les dealers pour préserver l’omerta dans les quartiers où prime le business. La seconde est plus ennuyeuse pour les forces de l’ordre, puisqu’elle consisterait à regarder cette pièce comme un moyen de diversion destiné à jeter la suspicion sur les accusations de viol pesant sur le fonctionnaire de police, intervenu cet après-midi là pour contrôler plusieurs personnes aux abords d’un point de deal à Aulnay-sous-Bois (93).

Lire la suite

France : une presse gavée d’argent public !

Résultat de recherche d'images pour "médias presse"Le Ministère de la Culture a rendu publiques les aides à la presse versées en 2015.

On découvre avec effarement les sommes que l’Etat prend aux citoyens pour financer des médias mondialistes qui ne sont plus assez lus pour survivre, et sont maintenus sous perfusion pour distiller leur venin !

Voici le début de la liste :

AUJOURD’HUI EN FRANCE 7770562
LIBERATION 6499414
LE FIGARO / lefigaro.fr 6456112
LE MONDE / lemonde.fr 5438216
LA CROIX / la-croix.com 4405474
OUEST FRANCE 4094071
L’HUMANITE 3590875
LA DEPECHE DU MIDI 1656519
LES ECHOS / lesechos.fr 1643837
LE PROGRES / LA TRIBUNE 1609400
LE PARISIEN 1572941
L’EQUIPE 1485067
PRESSE OCEAN 1341811
LE DAUPHINE LIBERE 1195057
L’EST REPUBLICAIN 1193079

Lire la suite

Robotique : les progrès continuent

De nouvelles générations de robots particulièrement mobiles arrivent.

Celui-ci a été élaboré par Boston Dynamics, filiale de Google :

Ca peut sembler beau et positif, à première vue. Mais il faut se les imaginer patrouiller dans les rues dans quelques années, voire vous traquer si vous êtes un dissident. Sans parler d’une évolution à la Terminator…

La formation des gendarmes français va être délocalisée… En Espagne !

La vision court-termiste des politiques de sécurité en France est affligeante… Ce qui est plus étonnant, c’est que nous soyons obligés de louer des infrastructures en Espagne pour former nos militaires…

C’est par un communiqué diffusé de la place Beauvau, que l’on apprend qu’un projet de « coopération de formation des élèves gendarmes » français a été mis sur les rails.

« Celui-ci prévoit que la France utilise, à titre payant, des infrastructures de formation en Espagne pouvant héberger une compagnie de 120 élèves-gendarmes pendant les 8 mois de leur instruction initiale, à partir du deuxième semestre 2017 », peut-on lire dans le texte.

La formation des élèves sera assurée par des gendarmes français. Enfin, le communiqué précise qu’une « mission exploratoire sera menée à Madrid dans les semaines à venir » afin d’en « préciser les modalités. »

Lire la suite

C’était un 28 février : le massacre républicain des Lucs-sur-Boulogne. Liste des 110 enfants assassinés.

lucsLe , tuant et incendiant sur leur passage, les colonnes des généraux républicains Cordellier et Crouzat se dirigent vers le village des Lucs-sur-Boulogne.
Mais sur le chemin, ils sont attaqués et mis en fuite par les troupes royalistes et catholiques de Charette.
Cependant, après sa victoire, Charette, obligé de pratiquer la guérilla, doit se retirer.
Martincourt, un lieutenant de Cordellier, s’en aperçoit et après avoir rallié plusieurs fuyards, se dirige vers le village des Lucs (alors divisé en deux paroisses : le Grand-Luc avec deux mille habitants et le Petit-Luc, avec une centaine d’habitants) avec l’intention d’y exercer des représailles.

Face à l’arrivée des colonnes, une partie de la population court se réfugier dans la chapelle du Petit-Luc alors qu’une autre partie a déjà été massacrée.
Les villageois ne sont guère en mesure de se défendre : la population présente compte principalement des vieillards, des femmes, des enfants dont 109 avaient moins de 7 ans.
L’abbé Voyneau, curé du Petit-Luc, se présente alors aux soldats sur le chemin de la Malnaye : ceux-ci se saisissent de lui, le torturent et l’éventrent.
Martincourt, le chef des Républicains, décide de ne pas faire de quartier. La chapelle étant trop petite pour contenir toute la population, les soldats ouvrent le feu sur les personnes à l’extérieur, puis afin d’économiser les cartouches, lancent une charge à la baïonnette massacrant et achevant les blessés. Les survivants se barricadent à l’intérieur de la chapelle, les Républicains incendient alors l’église.

Un soldat républicain, nommé Chapelain, écrit dans une lettre :

« Aujourd’hui journée fatigante, mais fructueuse. Pas de résistance. Nous avons pu décalotter à peu de frais toute une nichée de calotins. Nos colonnes ont progressé normalement. »

On retrouvera plus tard un document du curé du Grand Luc : « Lesquels noms ci-dessus — au nombre de 564 — des personnes massacrées en divers lieux de la paroisse du Grand-Luc, m’ont été référés par les parents échappés au massacre, pour être inscrits sur le présent registre, autant qu’il a été possible de les recueillir dans un temps de la persécution la plus atroce, les corps morts ayant été plus d’un mois sans être inhumés dans les champs de chaque village du Luc : ce que j’atteste comme trop véritable, après avoir été témoin oculaire de ces horreurs et exposé plusieurs fois à en être aussi la victime. Au Luc, ce 30 mars 1794. C. Barbedette, curé du Luc. »

Les noms des 109 enfants des Lucs-sur-Boulogne de moins de 7 ans, massacrés par les troupes républicaines, le 28 février 1794 :

Lire la suite



Close
Rejoignez Contre-info sur facebook et restez informé facilement !
Merci de cliquez sur le bouton Facebook ci-dessous (puis cette fenêtre ne s affichera plus)
Connect!