Sous le prétexte « antiterroriste », un nouveau texte facilitant l’espionnage de masse présenté mercredi en Conseil des ministres

Comme d’habitude, le Régime profite de l’émotion suscitée par la mort de Français (ici une policière égorgée à Rambouillet par un immigré clandestin qui avait tout de même bénéficié d’une régularisation…) – mort dont il est directement responsable par sa folle politique d’immigration – pour renforcer ses moyens de surveillance de masse à des fins politiques.
C’est-à-dire que ces violations inadmissibles des libertés (et au premier rang desquelles le respect de la vie privée), que les ancêtres des Français n’auraient jamais supportées, ont pour but non pas la sécurité des Français mais la conservation du Système politique en place, qui veut, en donnant libre cours à ses penchants totalitaires, simplement se protéger, en particulier des dissidents patriotes.

« Un projet de loi visant à «pérenniser» des mesures contenues dans la loi antiterroriste de 2017 et la loi renseignement de 2015 va être présenté mercredi en Conseil des ministres, a annoncé Gérald Darmanin au Journal du Dimanche.  […]

Un volet «technologique» est enfin développé, afin «d’être plus efficaces sur le terrain de la technologique qu’utilisent les terroristes», affirme Gérald Darmanin au JDD. «Le texte prévoit d’actualiser le recours aux algorithmes, c’est-à-dire le traitement automatique des données de connexion par la DGSI», poursuit-il. Le projet de loi prévoit en outre de faciliter l’interception des conversations par voie satellitaire et d’allonger la durée autorisée pour recueillir des données informatiques à deux mois. Les drones qui survolent des zones d’interdiction pourront également faire l’objet d’opération de brouillage. Le coordonnateur national du renseignement Laurent Nuñez a souligné samedi sur BFMTV «l’importance de cette technique avec des individus de plus en plus isolés dont les seules traces sont les traces numériques».

Continuer la lecture de « Sous le prétexte « antiterroriste », un nouveau texte facilitant l’espionnage de masse présenté mercredi en Conseil des ministres »

Tyrannie : une belle photo

Photo fascinante. En Belgique (mais nous avons les mêmes en France), alors que les zones de non-droit étrangères pullulent et que la criminalité et la barbarie augmentent chaque année, des policiers lourdement équipés agressent d’inoffensifs indigènes.
Pendant ce temps, les « élites » se retrouvent pour festoyer dans des salons feutrés ou des restaurants « fermés ».
Les régimes d’Europe occidentale, forts avec les faibles, sombrent dans une réalité kafkaïenne.

« je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique »

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’SI VOUS PERMETTEZ AUX POLITICIENS DE VIOLER VOS DROITS EN TEMPS DE CRISE ILS CRÉERONT DES CRISES POUR VIOLER VOS DROITS’

D’Erik L’Homme :

« Assujettissement aux écrans pour le travail et les loisirs, mainmise totale de l’Etat sur l’éducation des enfants, lyssenkisme au CNRS et dans les universités, pravdatisation des médias, réécriture à flux tendu de l’Histoire, assignations à résidence, déplacements sous surveillance, réunions et manifestations interdites, justice à géométrie variable, flicage des opinions, censure massive sous couvert de complotisme, état d’urgence ordinaire, et bientôt identification par QR code pour aller manger au restaurant ou boire un café, passeport vaccinal pour accéder aux lieux culturels et pour voyager…
Ça réjouit peut-être les communistes, les amateurs d’uchronies ou les fans de dystopies, mais moi je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique ! »

« Un Etat totalitaire est un Etat où tout ce qui n’est pas défendu est obligatoire. »
Curzio Malaparte, La Peau.

Au pays de Charlie : Dieudonné condamné à 9000 euros d’amende pour une chanson potache

Au pays de « Charlie Hebdo », de « la liberté », du « droit au blasphème », certains sujets demeurent parfaitement tabous et les ligues de répression des propos politiquement incorrect sont aux aguets, avec une justice soumise.

« La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation du polémiste Dieudonné M’Bala M’Bala à 9000 euros d’amende, pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement. L’humoriste était jugé pour complicité d’injure à caractère antisémite après la publication d’une vidéo et d’une chanson intitulées C’est mon choaaa.

Continuer la lecture de « Au pays de Charlie : Dieudonné condamné à 9000 euros d’amende pour une chanson potache »

Un message d’Hervé Ryssen

Des nouvelles d’Hervé Ryssen, prisonnier politique depuis septembre, écrivain emprisonné au pays de Charlie pour ses opinions politiquement incorrectes.
Il y a quelques jours il était condamné encore, pour deux affaires épouvantables (une image humoristique partagée sur Twitter, et une vidéo évoquant le rôle des Juifs dans le bolchevisme et ses millions de morts).
Il a été condamné à une amende et à verser de l’argent aux habituelles associations de traque et de répression des Français politiquement incorrects. Choquant, mais ça aurait pu être pire : le procureur (si quelqu’un a son nom, nous sommes preneurs) réclamait huit mois ferme !

Le dernier message (12 février) d’Hervé Ryssen :

Continuer la lecture de « Un message d’Hervé Ryssen »

Vers Rennes : récit de villageois persécutés par la gendarmerie à l’occasion de l’enterrement d’un homme ruîné par l’Etat

Photo d’illustration. Capture d’écran Google map.

L’écrivain Alexandre Jardin rend un témoignage atterrant sur les tragédies qu’entraînent les mesures abusives de la République et l’inhumanité de celle-ci (qu’elle transmet à son personnel) :

« Récit d’un ami bouleversé, à l’instant.
Vendredi dernier à côté de Rennes, dans un village, un homme a été enterré dans l’émotion générale. Maraîcher, il ne parvenait plus à vendre à sa clientèle fermée par l’Etat. Ruiné, il sentait son couple fragilisé.
Il se pend.
En sortant du cimetière, le maire fait ouvrir le café en face car il fait froid. Besoin général de fraternité. Les gens ont des masques. L’émotion est palpable.
Six voitures de gendarmerie déboulent et parlent mal aux gens. Quelqu’un a dû dénoncer. Six véhicules en mission pour mater le village en désarroi.
Choqué, l’élu demande un peu de tenue devant les enfants orphelins de père, vu les circonstances. Le gendarme aboie, traite sans déférence l’élu du peuple, fait prendre l’identité des citoyens présents. Tout sera envoyé au procureur. On traite les villageois en état de choc comme des gangsters, à la sortie d’un enterrement.
Continuer la lecture de « Vers Rennes : récit de villageois persécutés par la gendarmerie à l’occasion de l’enterrement d’un homme ruîné par l’Etat »

La police colle des tas d’amendes aux automobilistes coincés dans les embouteillages juste après 18h

Toute la bêtise et l’inhumanité politico-administrative républicaine en une anecdote. Les pouvoirs publics français n’œuvrent nullement pour le bien des Français, il faut en être bien conscients.

« [Ainsi] des opérations de police sur le périphérique parisien ont eu lieu peu après 18h le 31 janvier, pour verbaliser en cas de non-respect du couvre-feu sans attestation. Les forces de l’ordre ont arrêté « environ un véhicule sur cinq ». «Sans motif de sortie valable, les conducteurs sont verbalisés […] avec la « tolérance zéro » comme consigne», ajoute Actu Paris.

Et évidemment ces contrôles aggravent les bouchons.

Le gouvernement veut rendre indispensables les téléphones tactiles et pister ouvertement les Français

C’est une nouvelle qui n’a pas eu autant d’écho que l’affaire du passeport sanitaire. Pourtant, c’est la même chose !
Le téléphone portable tactile (smartphone en anglais) sera désormais obligatoire si l’on veut accéder aux lieux accueillant du public. En attendant que la liste des lieux équipés s’allonge…
On attend toujours la réaction de la classe politique…

« Le gouvernement va rendre obligatoire l’installation de « QR codes » dans les lieux accueillant du public. Sont ainsi concernés tous les bars, tous  les restaurants et les salles de sport. Les Maisons France Service seront également équipées prochainement.

Continuer la lecture de « Le gouvernement veut rendre indispensables les téléphones tactiles et pister ouvertement les Français »

Les géants du numérique organisent une censure mondiale des patriotes et personnes de droite

La véritable « tentative de coup d’État » n’a pas eu lieu au Capitole, elle est là !

Maintenant que certaines multinationales ont atteint un poids énorme et pour certaines un statut de monopole, elles dévoilent un agenda idéologique et politique.
Il y avait des prémices ces derniers mois mais, avec la fin très disputée et chahutée de la présidence Trump, il vient d’y avoir une brusque accélération.
Le compte Twitter du président des Etats-Unis (près de 90 millions d’abonnés, et son principal moyen de communication) vient d’être purement et simplement fermé, comme celui de peut-être plusieurs  millions d’utilisateurs pro-Trump.
Un réseau social alternatif (« Parler »), fondé sur une plus grande liberté d’expression, se montrant un concurrent potentiel, vient d’être brutalement « mis au secret » par les gros groupes mondialistes (Google et Apple en interdisent désormais le téléchargement sur les smartphones, Amazon qui fournissait son hébergement l’a subitement supprimé). Etc.

Continuer la lecture de « Les géants du numérique organisent une censure mondiale des patriotes et personnes de droite »

France : le Conseil d’Etat valide le fichage des opinions politiques, syndicales ou religieuses, des données de santé, des identifiants sur les réseaux sociaux, etc.

Dans la quasi-indifférence des gros médias et bien sûr sans opposition politique importante, c’est une nouveauté légale grave qui vient de passer.

« La police et la gendarmerie pourront ficher les opinions politiques, appartenances syndicales et données de santé au nom de la sûreté de l’État, a confirmé lundi le Conseil d’État, rejetant les requêtes de syndicats qui dénonçaient la « dangerosité » de ces fichiers. La plus haute juridiction administrative a considéré que les trois décrets contestés, qui élargissent les possibilités de fichage, ne portaient pas une atteinte disproportionnée à la liberté d’opinion, de conscience et de religion ou à la liberté syndicale. […]
Les décrets, publiés le 4 décembre après un avis favorable du Conseil d’État, autorisent policiers et gendarmes à faire mention des « opinions politiques », des « convictions philosophiques et religieuses », et de « l’appartenance syndicale » de leurs cibles, alors que les précédents textes se limitaient à recenser des « activités ». » (source)

Jusqu’à présent, le Régime fichait les gens – les patriotes en particulier –, selon leurs activités réelles, notamment des activités militantes basiques, classiques et innocentes. Et cela pouvait se traduire par une discrimination administrative arbitraire et pénible envers des citoyens parfaitement honorables (interdiction de détenir des armes, de passer des concours, vexations aux frontières, etc.) avec la fameuse « fiche S ».
Le Régime franchit une étape importante en expliquant qu’il va maintenant ficher largement, simplement en fonction des opinions réelles ou supposées, en espionnant massivement les Français ou étrangers à papiers français.
En attendant probablement les « internements préventifs ». Il pratique déjà les « arrestations préventives ».

Comme prévenu, et nous l’expliquons ici depuis 2009, la République a un irrépressible penchant totalitaire (et ce depuis sa fondation, lors de la sanguinaire Révolution française), qu’elle suit à grande vitesse ces dernières années accompagnant l’avancée de l’idéologie mondialiste (facilitée par l’affaiblissement des résistances politiques nationalistes : « la force des méchants réside dans la faiblesse des bons » disait en substance saint Pie X) et aidée par le progrès technique.
Toujours sous le même prétexte de « sécurité » publique, le Régime entend répertorier les opinions « politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales » de ceux qui peuvent menacer – même simplement en puissance, par leur simple « non suivisme » – non pas la sécurité du peuple, mais sa sécurité à lui.
N’organise-t-il pas justement lui-même, ce Régime, depuis des décennies, sciemment et avec entêtement, la mise en danger des Français par l’immigration de masse ou des pratiques techniques ou agro-alimentaires nocives ?

Singapour : les données de l’appli anti-Covid accessibles à la police

Il y aurait comme un air de « Big Brother » à Singapour. Comme de nombreux autres pays dont la France, la cité-État a déployé une application de traçage des cas contacts face à l’épidémie de Covid-19. Officiellement, ses données ne devaient pas être utilisées avec un autre objectif que la lutte contre la propagation du coronavirus. Mais le ministre de l’Intérieur, Desmond Tan, a annoncé lundi au Parlement que les données seraient accessibles à la police.

Comment tracer sans fliquer la population était une question essentielle en France comme dans de nombreux pays. L’application promettait de ne pas utiliser les données collectées à d’autres fins que sanitaires. Mais cet engagement semble avoir volé en éclats. Lundi, Desmond Tan a annoncé que les informations pourraient être utilisées dans des affaires criminelles ou pour la « sécurité des citoyens » (sic). Concrètement, la « Singapour Police Force » a bien le droit d’accéder aux données, en vertu du Code de procédure pénale.

Si son usage se faisait en théorie sur la base du volontariat, son usage devrait bientôt être rendu obligatoire pour aller au supermarché ou au travail. C’est déjà indispensable pour se rendre dans certains lieux. La suppression de l’application peut donc considérablement compliquer la vie des habitants de Singapour.

Source : (…) Le Point

Interview du Professeur Fourtillan, qui avait été interné de force après ses déclarations « incorrectes » sur la crise et l’Institut Pasteur

Il y a quelque semaines, le professeur Fourtillan, lanceur d’alerte à propos de certains vaccins notamment, était interné de force. Relâché, il revient sur cet épisode extrêmement inquiétant pour l’avenir de la société française, qui se sovietise à grande vitesse.

Un nouveau satellite peut observer à l’intérieur des bâtiments

Tokyo. Image issue de Capella Space.

Une nouvelle assez effrayante.

« Il y a quelques mois, une société appelée Capella Space a lancé un satellite capable de prendre des images radar claires de n’importe où dans le monde, avec une résolution incroyable – même à travers les murs de certains bâtiments.
Et contrairement à la plupart des nombreux satellites de surveillance et d’observation en orbite autour de la Terre, son satellite Capella 2 peut prendre une image claire de nuit ou de jour, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau. […]
Mercredi, Capella a lancé une plate-forme permettant aux clients gouvernementaux ou privés de demander des images de tout ce qui se trouve dans le monde – une capacité qui ne fera que devenir plus puissante avec le déploiement de six satellites supplémentaires l’année prochaine. Est-ce effrayant du point de vue de la confidentialité? Sûr.
Continuer la lecture de « Un nouveau satellite peut observer à l’intérieur des bâtiments »

Internement forcé du Pr Fourtillan, intervenant dans le documentaire Hold up et lanceur d’alerte à propos des vaccins

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et barbe
Jean-Bernard FOURTILLAN, professeur émérite connu notamment pour son apparition récente dans le documentaire « Hold-up » mais aussi pour ses travaux de recherche sur la maladie de Parkinson et d’Alzheimer, a été interné ce jeudi dans un hôpital psychiatrique d’Uzès, contre son gré !
Cela coïncide, ont noté certains, avec sa récente plainte conte l’institut Pasteur.
C’est le préfet du Gard, Didier Lauga, qui aurait ordonné son internement d’office, sous prétexte que sa santé mentale nécessiterait des soins psychiatriques…
Une méthode typiquement communiste que la République utilise aussi régulièrement contre des dissidents.

 

Vers la fin des sites et blogs de réinformation ?

L’horrible ministre de la « Justice », le multi-millionnaire gauchiste Eric Dupont-Moretti (avocat célèbre pour avoir défendu des accusés de pédocriminalité dans le bizarre procès d’Outreau, nous n’en dirons pas plus ici) commence à accomplir ce pourquoi il a été nommé.

Ce « fier » défenseur d’islamistes et de tout un tas de crapules est un partisan de la liberté pour tous… sauf pour ceux qui contestent l’idéologie dominante, par patriotisme, amour de la famille ou piété chrétienne. Là, même plus de liberté d’expression, de critique.

Sous le prétexte hypocrite de « lutter contre la haine », tout propos s’éloignant du « politiquement correct » risque de valoir à son auteur perquisition ou arrestation sur son lieu de travail, garde-à-vue de 48h et passage directement devant le juge :

On ne pourra bientôt plus du tout critiquer l’invasion migratoire (et le génocide par substitution qu’elle entraîne), la promotion de l’homosexualité, le rôle des lobbies, etc. A moins de s’exprimer de façon très elliptique.
Ce n’est ni plus ni moins que du terrorisme judiciaire.
Quand nous parlons ici régulièrement de totalitarisme du Régime, ce n’est donc pas une image ou une figure de style.
La solution – pour éviter ce qui est littéralement une justice expéditive – est d’avoir « une carte de presse », c’est-à-dire le statut officiel de journaliste, ce qui est bien sûr hors de portée (vues les conditions) de la plupart des rédacteurs de blogs ou sites de réinformation, et a fortiori des simples citoyens qui manifestent sur facebook ou Twitter (ou dans les commentaires d’un site) leur désapprobation, leur étonnement ou leur ironie vis-à-vis de tel ou tel sujet que le gouvernement ne veut pas qu’on touche.

Nous approchons de la phase finale !