Archives pour la catégorie 'Flicage, répression'

Sécurité rentière : dès cet été, des drones vous surveilleront sur les autoroutes

Dans le Sud-Ouest, les CRS chargés de la surveillance des autoroutes ont commencé à tester l’utilisation de drones pour détecter les comportements de conduite dangereux. Une initiative qui pourrait être généralisée pour les grands départs en vacances cet été.

Les radars rapportent gros, mais n’ont pas d’impact sur la mortalité routière

Les radars rapportent gros, mais n'ont pas d'impact sur la mortalité routièreSelon la Cour des comptes, les radars deviennent chaque année plus rentables pour les caisses de l’Etat mais ne remplissent pas leur but initial (officiel) qui est de réduire le nombre de décès sur les routes françaises.

« Les amendes de la circulation et du stationnement routiers ont rapporté plus de 1,8 milliard d’euros à l’État français en 2016, un montant en hausse de 11,6 % par rapport à 2015, selon le dernier rapport de la Cour des comptes.

Cette nette progression est notamment liée à la multiplication des radars (feux rouges, chantiers, embarqués), l’intensification des PVé (Procès verbaux électroniques) et l’amélioration du taux d’encaissement des amendes, notamment celles qui sanctionnent les véhicules immatriculés à l’étranger ou les véhicules professionnels.

Lire la suite

Lyon : le bastion social évacué par la police

Dans le deuxième arrondissement de Lyon, un immeuble désaffecté était occupé par des patriotes, pour venir en aide aux Français nécessiteux. Alors que les municipalités mettent à disposition des centaines de logements gratuits pour les migrants, il n’aura pas fallu attendre longtemps avant que la police (aux ordres) intervienne pour expulser les militants.
Communiqué du groupe : « Un Bastion Social qui tombe, c’est cent qui vont s’ouvrir ! Deux heures d’intervention policière, des dizaines de camion, des béliers et disqueuses… Tout ça pour évacuer notre réquisition solidaire qui offre des logements rénovés aux Français. Nous allons trouver un nouvel hébergement pour Denise et tous les nôtres dans le besoin ! »
La page Facebook avec les photos et les vidéos : ici

Facebook veut utiliser la caméra de votre smartphone pour vous espionner

Le réseau social Facebook souhaiterait utiliser le smartphone des utilisateurs pour espionner et mesurer grâce à la caméra, leurs réactions à des messages, des commentaires et des publicités, ressort-il de brevets délivrés à Facebook par l’Office américain des brevets.
Grâce aux expressions du visage enregistrées par la caméra, la technologie pourrait estimer l’état d’esprit de l’utilisateur et Facebook pourrait ainsi sélectionner des messages publicitaires adéquats.

Selon le consultant CB Insights, ce brevet accordé en mai permettrait maintenant au réseau social de déterminer vos émotions via l’analyse d’images de la caméra de votre smartphone.

« Lorsque l’utilisateur réagit positivement ou avec joie au contenu affiché, Facebook peut décider de lui présenter des messages similaires », souligne CB Insight. Quand par contre, l’attitude  de l’utilisateur est négative ou triste, des messages de ce genre pourraient être évités.

Lire la suite

Antiterrorisme : le gouvernement veut mettre l’état d’urgence dans le droit commun

Une fois de plus, le gouvernement privilégie des mesures sécuritaires opposables à tous les Français (dont les patriotes), plutôt que de traiter le problème à la racine. Un pansement de plus sur une jambe de bois pleine de bandages.

Le gouvernement d’Edouard Philippe se prépare à aller très loin dans la logique sécuritaire. Afin de sortir de l’état d’urgence, il a concocté un avant-projet de loi « renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure » qu’il a transmis au Conseil d’Etat, mercredi 7 juin. Selon le texte soumis le matin même au Conseil de défense, et dont Le Monde s’est procuré une copie, ce sont quasiment toutes les mesures de l’état d’urgence qui vont se retrouver dans le droit commun.

Lire la suite

Allemagne : arrestation, perquisition et amende pour avoir partagé une photo « anti-migrants » sur facebook

Une femme allemande âgée de 62 ans a été condamnée à une amende 1.350 euros par la justice après avoir partagé et aimé l’image d’une blague anti-migrants sur sa page Facebook. A mesure que la colonisation s’accélère, la répression des opposants se durcit. Les politiques occidentaux semblent bien déterminés à contrôler totalement les derniers espaces de liberté (virtuels) des peuples blancs.

La résidente de Berlin âgé de 62 ans Jutta B. de Lichtenberg a été arrêtée à son domicile et perquisitionnée par la police après avoir partagé une photo sur Facebook intitulée « Avez-vous quelque chose contre les réfugiés? ». Pour avoir partagé l’image, qui comprenait des commentaires désobligeants sur les migrants, la dame a été condamnée à une amende 1.350 euros, rapporte le journal allemand Berliner Morgenpost.

Lire la suite

Suède : Une femme de 70 ans risque 4 ans de prison pour avoir dit sur Facebook que des migrants « mettaient le feu aux voitures, urinaient et déféquaient dans les rues »

Trouvé sur Breiz Atao : Une femme de 70 ans de Dalarna est poursuivie pour « incitation à la haine » après avoir indiqué sur Facebook que les migrants urinaient, déféquaient dans la rue et brûlaient les voitures.

Breitbart (source) :

Selon l’accusation, la femme a « exprimé des opinions inacceptables au sujet des migrants » sur Facebook. Elle est en effet accusée d’avoir utilisé le réseau social en juillet 2015 pour poster des commentaires « diffamants », affirmant que les migrants « mettaient le feu aux voitures, urinaient et déféquaient dans les rues ». Les juges suédois affirment que les messages de l’accusée violent les lois nationales sur « l’incitation à la haine », un délit puni de quatre ans de prison. L’accusée a admis avoir écrit les messages mais nié avoir commis un délit.

Une élue FN suspendue par le parti pour islamophobie et homophobie…

Après le naufrage de mercredi, Il devrait pourtant y avoir des préoccupations plus importantes à la direction du néo-FN… 

Trouvé sur Le Figaro : « Catherine Blein est désavouée, elle ne sera pas candidate aux législatives », a expliqué Odile de Mellon, secrétaire départementale du FN dans les Côtes-d’Armor, jugeant « évident » qu’une procédure d’exclusion soit engagée.

Le site internet BuzzFeed a révélé aujourd’hui que Catherine Blein s’était répandue pendant plusieurs années en propos anti-musulmans, anti-juifs et anti-homosexuels sur ses comptes Facebook et Twitter.

« Honte à l’islam qu’il faut éradiquer de notre sol par ‘principe de précaution' », écrivait-elle ainsi sur Twitter le 28 juin 2015, selon le site.

Lire la suite

Sécurité rentière : le signalement des contrôles routiers bientôt interdit

Ce n’est pas nouveau, la sécurité routière est un prétexte pour taxer un peu plus les Français. Désormais, c’est le terrorisme qui est un prétexte pour maintenir cet impôt à un niveau suffisamment rentable pour la République.

Le Ministère de l’Intérieur vient de notifier à la Commission européenne un projet de décret visant à interdire la « diffusion de message de nature à signaler la présence des forces de l’ordre dans des périmètres définis par ces autorités ». Seront concernés les « contrôles sensibles, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou la criminalité organisée, de la recherche de détenus évadés ou de personnes enlevées », ainsi que l’ensemble des opérations de sécurité routière. Fini, les groupes Facebook dédiés au signalement de contrôles routiers ? Et surtout les signalements faits via des applications d’aide à la conduite comme Waze et Coyote ? Si le décret est publié, la réponse sera « oui ».

LMPT : le Général Soubelet admet que des directives pas « très flatteuses pour notre démocratie » ont été transmises aux gendarmes mobiles

Mensonges sur les chiffres des manifestations de la Manif pour Tous, méthodes violentes souhaitées par la préfecture de police de Paris, Soubelet ne fait que confirmer ce que la « fachosphère » et les Français sincères dénonçaient alors.

 Trop souvent, les décisions de l’exécutif divisent, séparent et dressent parfois les Français les uns contre les autres. Parmi les plus récentes, la plus emblématique a été la loi concernant le mariage pour tous. (…) Sans rentrer dans le débat de fond, qui demeure tout en étant juridiquement tranché, était-il raisonnable, responsable et utile de commencer ces cinq ans par un projet de loi de cette nature ? Ce « pour tous » a été un contresens. Car cette loi a profondément divisé notre pays, conduit l’État à prendre une posture parfois équivoque et à ne pas dire la vérité, notamment sur les chiffres de la mobilisation à l’occasion des manifestations. Elle a conduit à une radicalisation dans chaque camp. Finalement, cette disposition législative qui a mobilisé le pays et des énergies considérables a-t-elle apporté une plus-value significative à l’ensemble de la société ?

Lire la suite

Clip de campagne : le CSA interdit les drapeaux et la Marseillaise par crainte du nationalisme

L’étau se resserre chaque jour un peu plus autour de la liberté de parole et de communication dans l’espace public. Le CSA, organe de maintien de la propagande en France, en arrive même à interdire le drapeau tricolore et la Marseillaise dans un clip pour une élection nationale ! Situation inédite ! Un organisme d’Etat prohibe les emblèmes du régime qu’il est censé défendre. Les mondialistes, qui nous gouvernent, craignent plus que jamais une révolte des Français.

Le CSA a fixé des règles très strictes pour les clips de campagne des candidats à l’élection présidentielle…

Des règles toujours plus contraignantes. Le CSA a communiqué hier aux 11 candidats à l’élection présidentielle les nouvelles règles qui devront s’appliquer pour leurs clips de campagne qui seront diffusés à la télévision à partir du 10 avril prochain, début de la campagne “officielle”.

D’après des informations de nos confrères de l’Opinion, les règles drastiques comprendraient l’interdiction “de faire apparaître tout emblème national ou européenainsi que la Marseillaise, qui n’aura pas le droit d’être diffusée dans les clips de campagne.

Crainte du nationalisme

Le CSA justifie ces interdictions par la peur que les candidats ne misent sur un nationalisme délirant, selon une source citée par le quotidien.

Source

Effrayant : les députés LR veulent coupler vidéoprotection et reconnaissance faciale

Une nouvelle étape va finir par être franchie par notre système technique totalitaire. Elle était prévisible, dès lors que nous sommes de plus en plus épiés par des caméras (personne n’aurait trouvé cette idée tolérable il y a 30 ans) et que les progrès techniques sont ce qu’ils sont…
Le tout se fait toujours sous le prétexte de « lutter contre le terrorisme ».
Un terrorisme qui se révèle finalement bien pratique pour certains : il leur permet ainsi de fliquer de façon ahurissante la population, celle-ci étant prête à abandonner des pans toujours plus larges de ses libertés et de sa dignité, par peur (de dangers qu’on n’essaie pas de régler véritablement, au contraire).

Nextinpact rapporte ainsi que « Dans une épaisse proposition de loi, Éric Ciotti et une ribambelle de députés LR entendent asséner de nouveaux tours de vis sécuritaires. Parmi les mesures, un système de reconnaissance faciale dans les mains du renseignement et ce afin de prévenir les faits de terrorisme.

Cette proposition de loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure et la justice est très riche. Elle vise notamment à incruster dans le droit commun plusieurs pouvoirs issus de l’état d’urgence. Aucune nouveauté là-dessus, la tendance est constatée depuis de longs mois. Nous reviendrons sur d’autres points plus ambitieux, mais avant, on remarquera surtout un article relatif à la reconnaissance faciale.

Le député Éric Ciotti et ses collègues veulent injecter une nouvelle disposition dans le Code de la sécurité intérieur pour autoriser « le recueil en temps réel de l’image d’une personne » à des fins d’exploitation biométrique. L’objectif ? Prévenir les faits de terrorismes.

Un système de reconnaissance en temps réel

Dans le mécanisme imaginé, les services du renseignement pourraient coupler aux systèmes de vidéoprotection, un dispositif en temps réel de reconnaissance automatique des visages.

Lire la suite

Hollande aurait fait surveiller ses adversaires politiques

Et un scandale de plus, un ! Alors qu’Hollande ne cesse de répéter qu’il est attaché aux libertés fondamentales et aux valeurs de la démocratie, un livre de journalistes d’investigation au Canard enchaîné, suggère que le président use de méthodes de barbouze pour surveiller ses adversaires politiques.

Trouvé sur FDS : François Hollande est-il pour quelque chose dans la déconfiture de certains de ses adversaires politiques ? C’est ce que suggère un livre à paraître, Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat (éd. Robert Laffont), des journalistes d’investigation au Canard enchaîné. Que contient cet ouvrage ?

D’après les bonnes feuilles publiées par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, il décrit un vaste système de surveillance de ses adversaires mis en place par François Hollande depuis son arrivée à l’Élysée. Ce “cabinet noir” aurait eu pour objectif de discréditer les concurrents du président à l’élection présidentielle, en particulier Nicolas Sarkozy et  Manuel Valls, son propre Premier ministre. Les auteurs écrivent ainsi, de manière éloquente, à propos des “affaires” et révélations sur la vie privée des candidats : “Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande”.

Lire la suite

Le CSA rappelle à l’ordre Jean-Pierre Pernaut pour des propos sur les migrants


Selon l’instance de contrôle (NDCI : le comité de censure), les propos du présentateur de TF1 peuvent «encourager un comportement discriminatoire».

« Plus de places pour les sans-abris mais, en même temps, les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France ». Ce commentaire de Jean-Pierre Pernaut, prononcé au JT de 13h de TF1, le 10 novembre, en clôture d’un reportage sur les sans-abris, ne passe pas auprès du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Mercredi, l’instance de contrôle a adressé un rappel à l’ordre au présentateur et à sa chaîne.

« Après examen de la séquence, le Conseil a regretté la formulation choisie par le journaliste, estimant que celle-ci était de nature à sous-entendre que les migrants seraient privilégiés par les autorités publiques par rapport aux personnes sans domicile fixe. Il a donc considéré que ces propos pouvaient encourager un comportement discriminatoire », écrit le CSA dans un communiqué.

Source

Allemagne : 5 millions d’€ d’amende pour un message « raciste »

Ne sachant pas comment réagir face à la « libération de la parole raciste » (NDCI : l’opposition à une politique migratoire suicidaire) sur les réseaux sociaux, le gouvernement allemand a trouvé son credo : flicage, suppression et répression. A noter que les messages « dont la légalité est discutable », doivent également être supprimés sous une semaine ! On peut craindre que, sans décision de justice pour venir « éclairer » la censure, les grandes multinationales (Facebook, Google, Twitter etc…) n’hésiteront pas à supprimer tous les messages opposés à l’accueil du tiers-monde en Europe. Concernant le montant des amendes, 50 millions pour les réseaux sociaux et 5 millions pour l’utilisateur, c’est tout simplement délirant…

On peut lire dans les colonnes du Monde :

Infliger des amendes pouvant aller jusqu’à 50 millions d’euros aux entreprises et sanctionner personnellement leurs responsables à hauteur de 5 millions d’euros : c’est la principale mesure du projet de loi de lutte contre les messages haineux sur les réseaux sociaux, présenté mardi 14 mars par le ministre de la justice allemand, Heiko Maas.

Le texte, l’un des plus sévères d’Europe, prévoit que les messages manifestement illicites (incitation à la haine, négationnisme, etc.) devront être supprimés dans les vingt-quatre heures, et dans la semaine pour les contenus dont la légalité est discutable, sous peine d’amende. Les réseaux sociaux devront également faire en sorte que les contenus déjà supprimés ne soient pas republiés en ligne – un sujet au cœur d’un récent procès, en Allemagne, dans lequel le tribunal a finalement donné raison à Facebook après la plainte déposée par un réfugié syrien, victime de harcèlement en ligne.