Lyon : questionné sur l’insécurité, le sous-préfet en vadrouille sanitaire se dérobe et fait abusivement contrôler un citoyen par la police (video)

Cet imbuvable et lâche sbire du régime – qui pavoise au milieu des Français tranquilles et les laisse se faire agresser ailleurs – se moque des règles qui incombent théoriquement à sa fonction : il prend position politiquement et discrimine les citoyens en fonction de leur étiquette politique. Il commet aussi un abus d’autorité en ordonnant ainsi un contrôle d’identité.
Des méthodes de voyous qui en disent long.
Les citoyens honnêtes sont traités comme de la racaille et réciproquement.
Il est bon que cela ait pu être filmé.

Les journalistes et politiciens parlent sans cesse d’« Etat de droit », mais c’est une plaisanterie : ceux qui sont censés faire respecter le droit le piétinent. Les militants dissidents l’ont expérimenté depuis longtemps.

La police contrôle les « pass sanitaires » en terrasse (video)

Cette séquence devrait choquer toute âme française qui n’a pas été victime de la sidération médiatique.
Depuis quelques jours, nous entrons dans le « monde d’après » : une société totalitaire et orwellienne.
Plus que jamais il faut ouvrir les yeux, s’organiser politiquement et agir.

Chasse aux sorcières : le parquet de Paris – qui manque de travail apparemment – s’en prend au général Delawarde

L'auteur d'une alerte à la bombe au commissariat de Versailles placé en garde à vue

Le général Delawarde est passé à la télévision pour la dernière fois, hier. 
Dans l’émission de Morandini, pressé par des petits procureurs hystériques, il a « mal » répondu.

Aussitôt, la LICRA, organisme communautariste de traque des propos « politiquement incorrects », s’est jeté sur cette affaire anodine. Et donc, sans perdre de temps, alors qu’aucune enquête n’est menée sur tout un tas de délits graves, faute de moyens et de temps, le Parquet de Paris a annoncé ouvrir une enquête :

« Le parquet de Paris a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête concernant un ex-général, Dominique Delawarde, signataire de la tribune dite « des généraux », accusé d’avoir proféré des propos antisémites.
Le parquet de Paris a ouvert ce jour une enquête des chefs de diffamation publique et provocation à la haine et à la violence à raison de l’origine ou de l’appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion. L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).  […] » (source)
Ce beau monde pense-t-il qu’avec ces réactions disproportionnées, gravement liberticides et hystériques, ils vont convaincre les Français – du lambda au général – que « la communauté » n’a justement aucun pouvoir ?

Le gifleur de Macron incarcéré directement, pour 4 mois !

La gifle du jeune Français Damien Tarel à Emmanuel Macron a donné lieu à un fonctionnement exceptionnellement « efficace » de la « justice » : comparution immédiate du prévenu, puis condamnation à 18 mois de prison, dont 4 fermes, avec incarcération immédiate.

Incomparable avec le sort des agresseurs et violeurs immigrés (d’en bas ou d’en haut) qui encombrent chaque jour les tribunaux. Grosso modo : quand ils sont attrapés, s’ils finissent par passer au tribunal, puis s’ils sont exceptionnellement condamnés à la de la prison, il leur arrive d’en faire effectivement quand la peine est supérieure à 12 mois fermes. Sinon, ils n’y vont pas, « faute de place ».

Pour un jeune Français – qui n’apparait pas a priori comme gauchiste –, le traitement est bien différent.

L’égalité républicaine probablement.

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Quand j'ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un électeur, j'étais rempli de dégoût Damien Tarel Poète Gifleur’

« Indochine »… comme en Chine ! Des caméras analysant le bon port du masque lors d’un concert

https://i0.wp.com/images.rtl.fr/~r/880v587/rtl/www/1183916-la-ville-de-cannes-teste-un-dispositif-intelligent-de-detection-du-port-du-masque.png?w=840&ssl=1

« Indochine » : ce n’est pas cette ancienne colonie française, mais ce groupe de variété qui sévit en France depuis les années 80.

Musicalement, ça a toujours été une honte (les cuistres appellent ça du « rock »…)
Mais là, c’est autrement plus grave : profitant que le public de cette troupe de guignols est particulièrement décérébré, il a été prévu un « test grandeur nature » d’ingénierie sociale à l’occasion de leur prochain concert.
Vous aimez la dictature communiste en Chine ? Vous raffolerez d’Indochine en live :

Continuer la lecture de « « Indochine »… comme en Chine ! Des caméras analysant le bon port du masque lors d’un concert »

La Chine étend son « crédit social » à l’international

http://

« Officiellement annoncé en 2014, le système de crédit social chinois fonctionne de mieux en mieux, et de plus en plus. En posant des caméras partout, en développant toujours plus de QR-Codes et en incitant à la délation, le Parti Communiste Chinois (PCC) crée Le Meilleur des Mondes. Quand il s’agit de surveillance, le credo est le suivant : toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort.

Aujourd’hui, tous les citoyens chinois sont répertoriés dans la base de données, et sont notés. Ce système de crédit social que l’on dit souvent « orwellien », est double : nous avons d’un côté la surveillance individuelle, et de l’autre la surveillance des entreprises.

Comment cela fonctionne-t-il pour les citoyens ?

En France, nous avons par exemple l’habitude du permis à points pour la conduite.
Continuer la lecture de « La Chine étend son « crédit social » à l’international »

Réactions (Mélenchon, Lecointre…) à la lettre ouverte de militaires : entre le ridicule et le malhonnête

La lettre ouverte signée par des milliers de militaires, dont un bon nombre d’officiers (certains en activité, c’est courageux car ils seront « saqués »), a suscité de nombreuses réactions. C’est surtout Mélenchon qui, par ses réactions outrées, a créé la polémique. Ce dernier essaie peut-être de faire oublier quelque chose d’embarrassant : le fait qu’on ait découvert que l’islamiste qui a assassiné une policière à Rambouillet partageait ces derniers temps sur son compte facebook des articles de « la France insoumise », son parti communiste et remplaciste.
Mélenchon aurait braillé pour qu’on dissolve des organisations nationalistes pour moins que cela…

Cet horrible rouge se moque de l’incohérence. Comme tous les Républicains à vrai dire, comme tous les partisans de la Révolution française, il brandit certains principes pour écraser les opposants, mais n’hésite pas à les piétiner dans son intérêt :

Peut être une capture d’écran de Twitter de 2 personnes et texte qui dit ’Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon Dans la constitution de 1793 qui fonde la République, l'insurrection est un droit et un devoir. Vous ne pouvez pas empêcher des gens comme moi de penser que les attitudes d'insurrection personnelle sont la garantie pour que vive la flamme de la République. #StopLawfare Il est interdit par la Constitution française d'attenter à la forme républicaine de l'État. L'appel à l'insurrection est punie par les articles 412-4 et 412-6 du code pénal. #ConfPresseJLM Translate Tweet 10:16 7:18 19 Twitter Web App 190 Retweets 44 Quote Tweets 640 ikes’

Ce corniaud fait mine de croire que les militaires mécontents sont lassés de la République, ce qui est absurde. Malheureusement.

Passons au Chef d’Etat major des Armées, le général Lecointre.
Cette serpillère à politiciens antifrançais comme Macron a réagi très vivement contre ses camarades.
Continuer la lecture de « Réactions (Mélenchon, Lecointre…) à la lettre ouverte de militaires : entre le ridicule et le malhonnête »

Sous le prétexte « antiterroriste », un nouveau texte facilitant l’espionnage de masse présenté mercredi en Conseil des ministres

Comme d’habitude, le Régime profite de l’émotion suscitée par la mort de Français (ici une policière égorgée à Rambouillet par un immigré clandestin qui avait tout de même bénéficié d’une régularisation…) – mort dont il est directement responsable par sa folle politique d’immigration – pour renforcer ses moyens de surveillance de masse à des fins politiques.
C’est-à-dire que ces violations inadmissibles des libertés (et au premier rang desquelles le respect de la vie privée), que les ancêtres des Français n’auraient jamais supportées, ont pour but non pas la sécurité des Français mais la conservation du Système politique en place, qui veut, en donnant libre cours à ses penchants totalitaires, simplement se protéger, en particulier des dissidents patriotes.

« Un projet de loi visant à «pérenniser» des mesures contenues dans la loi antiterroriste de 2017 et la loi renseignement de 2015 va être présenté mercredi en Conseil des ministres, a annoncé Gérald Darmanin au Journal du Dimanche.  […]

Un volet «technologique» est enfin développé, afin «d’être plus efficaces sur le terrain de la technologique qu’utilisent les terroristes», affirme Gérald Darmanin au JDD. «Le texte prévoit d’actualiser le recours aux algorithmes, c’est-à-dire le traitement automatique des données de connexion par la DGSI», poursuit-il. Le projet de loi prévoit en outre de faciliter l’interception des conversations par voie satellitaire et d’allonger la durée autorisée pour recueillir des données informatiques à deux mois. Les drones qui survolent des zones d’interdiction pourront également faire l’objet d’opération de brouillage. Le coordonnateur national du renseignement Laurent Nuñez a souligné samedi sur BFMTV «l’importance de cette technique avec des individus de plus en plus isolés dont les seules traces sont les traces numériques».

Continuer la lecture de « Sous le prétexte « antiterroriste », un nouveau texte facilitant l’espionnage de masse présenté mercredi en Conseil des ministres »

Tyrannie : une belle photo

Photo fascinante. En Belgique (mais nous avons les mêmes en France), alors que les zones de non-droit étrangères pullulent et que la criminalité et la barbarie augmentent chaque année, des policiers lourdement équipés agressent d’inoffensifs indigènes.
Pendant ce temps, les « élites » se retrouvent pour festoyer dans des salons feutrés ou des restaurants « fermés ».
Les régimes d’Europe occidentale, forts avec les faibles, sombrent dans une réalité kafkaïenne.

« je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique »

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’SI VOUS PERMETTEZ AUX POLITICIENS DE VIOLER VOS DROITS EN TEMPS DE CRISE ILS CRÉERONT DES CRISES POUR VIOLER VOS DROITS’

D’Erik L’Homme :

« Assujettissement aux écrans pour le travail et les loisirs, mainmise totale de l’Etat sur l’éducation des enfants, lyssenkisme au CNRS et dans les universités, pravdatisation des médias, réécriture à flux tendu de l’Histoire, assignations à résidence, déplacements sous surveillance, réunions et manifestations interdites, justice à géométrie variable, flicage des opinions, censure massive sous couvert de complotisme, état d’urgence ordinaire, et bientôt identification par QR code pour aller manger au restaurant ou boire un café, passeport vaccinal pour accéder aux lieux culturels et pour voyager…
Ça réjouit peut-être les communistes, les amateurs d’uchronies ou les fans de dystopies, mais moi je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique ! »

« Un Etat totalitaire est un Etat où tout ce qui n’est pas défendu est obligatoire. »
Curzio Malaparte, La Peau.

Au pays de Charlie : Dieudonné condamné à 9000 euros d’amende pour une chanson potache

Au pays de « Charlie Hebdo », de « la liberté », du « droit au blasphème », certains sujets demeurent parfaitement tabous et les ligues de répression des propos politiquement incorrect sont aux aguets, avec une justice soumise.

« La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation du polémiste Dieudonné M’Bala M’Bala à 9000 euros d’amende, pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement. L’humoriste était jugé pour complicité d’injure à caractère antisémite après la publication d’une vidéo et d’une chanson intitulées C’est mon choaaa.

Continuer la lecture de « Au pays de Charlie : Dieudonné condamné à 9000 euros d’amende pour une chanson potache »

Un message d’Hervé Ryssen

Des nouvelles d’Hervé Ryssen, prisonnier politique depuis septembre, écrivain emprisonné au pays de Charlie pour ses opinions politiquement incorrectes.
Il y a quelques jours il était condamné encore, pour deux affaires épouvantables (une image humoristique partagée sur Twitter, et une vidéo évoquant le rôle des Juifs dans le bolchevisme et ses millions de morts).
Il a été condamné à une amende et à verser de l’argent aux habituelles associations de traque et de répression des Français politiquement incorrects. Choquant, mais ça aurait pu être pire : le procureur (si quelqu’un a son nom, nous sommes preneurs) réclamait huit mois ferme !

Le dernier message (12 février) d’Hervé Ryssen :

Continuer la lecture de « Un message d’Hervé Ryssen »

Vers Rennes : récit de villageois persécutés par la gendarmerie à l’occasion de l’enterrement d’un homme ruîné par l’Etat

Photo d’illustration. Capture d’écran Google map.

L’écrivain Alexandre Jardin rend un témoignage atterrant sur les tragédies qu’entraînent les mesures abusives de la République et l’inhumanité de celle-ci (qu’elle transmet à son personnel) :

« Récit d’un ami bouleversé, à l’instant.
Vendredi dernier à côté de Rennes, dans un village, un homme a été enterré dans l’émotion générale. Maraîcher, il ne parvenait plus à vendre à sa clientèle fermée par l’Etat. Ruiné, il sentait son couple fragilisé.
Il se pend.
En sortant du cimetière, le maire fait ouvrir le café en face car il fait froid. Besoin général de fraternité. Les gens ont des masques. L’émotion est palpable.
Six voitures de gendarmerie déboulent et parlent mal aux gens. Quelqu’un a dû dénoncer. Six véhicules en mission pour mater le village en désarroi.
Choqué, l’élu demande un peu de tenue devant les enfants orphelins de père, vu les circonstances. Le gendarme aboie, traite sans déférence l’élu du peuple, fait prendre l’identité des citoyens présents. Tout sera envoyé au procureur. On traite les villageois en état de choc comme des gangsters, à la sortie d’un enterrement.
Continuer la lecture de « Vers Rennes : récit de villageois persécutés par la gendarmerie à l’occasion de l’enterrement d’un homme ruîné par l’Etat »