« Vaccin » : Macron se radicalise. On dirait un possédé

Alors que les « vaccins » proposés en France – s’ils ont des effets positifs face aux complications graves du Covid – n’empêchent nullement sa diffusion, favorisent probablement l’apparition de variants, et provoquent de nombreux effets négatifs fâcheux (voire tragiques, sans parler des effets à long terme par définition encore méconnus), le président ultravax Macron parle maintenant comme un illuminé :

Macron : « les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout »

Entretien révélateur d’Emmanuel Macron, avec les lecteurs du Parisien, dans lequel il laisse tomber partiellement la langue de bois, pour dire ce qu’il pense franchement, certes dans une langue grossière (imagine-t-on les rois ou même les anciens présidents de la République parler ainsi?) et brutale.
Voici l’extrait le plus significatif :

« En démocratie, le pire ennemi c’est le mensonge et la bêtise. Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale. D’ailleurs, la quasi-totalité des gens, plus de 90 %, y ont adhéré. C’est une toute petite minorité qui est réfractaire. Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l’emmerdant encore davantage« , a-t-il déclaré. « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné… » ».

Ce président parle bien de ses administrés, qui n’ont violé aucune loi…

Tout le fanatisme, toute l’inhumanité de ce type et de sa caste s’expriment ici clairement.
Les Français les subissent déjà très sensiblement avec cette « vaccination » presque obligatoire, tout comme les Gilets jaunes les avaient déjà subis de façon sanglante.
Boire un café, prendre un canon, c’est pour beaucoup de Français esseulés  le cœur de la vie sociale. Les confinements avaient déjà été tragiques, de ce point de vue, pour nombre d’entre eux. Le Régime n’en a cure.
Il n’y a de toute façon aucune rationalité, aucune décence, aucune humanité à attendre de gens qui veulent faire des injections – d’un produit dont les effets secondaires funestes à court terme ne sont pas rares et dont on ignore ceux à long terme – à des jeunes enfants qui ne risquent rien du Covid, et en particulier du variant Omicron, beaucoup moins dangereux que les autres pour la population en général.

Le port du masque pour les enfants relève d’ailleurs déjà d’une véritable maltraitance, aux graves conséquences psychologiques.

Par ailleurs, Macron et les siens veulent, dans une perspective purement politicienne et électorale, désigner à la majorité des électeurs (dont les boomers, qui s’abstiennent moins que les autres) une minorité à détester, un bouc-émissaire responsable de leurs malheurs.

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’CORSE-MACHIN On a enfin l'explication! POURQUOI 70.000LITS D'HOPITAUX ONT ÉTE FERMES EN QUINZE ANS? C'est la faute des non-vaccinés!’

Revenons tout de même sur quelques points :

• « D’ailleurs, la quasi-totalité des gens, plus de 90 %, y ont adhéré. » Présentation ignoblement mensongère : la plupart des Français qui ont été vaccinés l’ont accepté finalement sous la contrainte ! Soit pour préserver leur vie sociale ou un certain confort, soit carrément pour ne pas perdre leur travail et se retrouver à la rue.

• « j’ai très envie de les emmerder. » C’est typiquement le langage d’un gamin capricieux qui aurait accédé à un trône, le langage d’un petit tyran qui n’a aucune hauteur de vue, aucun sens du Bien commun, aucune dignité à vrai dire.

• « Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. »
Ici, on n’est pas obligé de croire Macron. Lui et son équipe n’ont cessé de mentir et de changer de posture depuis le début de l’apparition du Covid, faisant ce qu’ils avaient juré ne pas faire quelques temps plus tôt.
Et les contraintes déjà exercées relèvent déjà de la force, pour certains Français.

• « En démocratie, le pire ennemi c’est le mensonge et la bêtise ». Là, Macron fait de la langue de bois. La démocratie moderne, médiatique, est précisément basée sur le mensonge et sur la bêtise (d’une majorité de la masse).

Dans le même journal, Macron dit cette autre phrase, aussi importante :
« Ils viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen ».
Cet individu qui, comme ses prédécesseurs, offre la citoyenneté « française » à la terre entière, décide soudainement qui serait citoyen ou pas, selon qu’on lui plaise ou non.
Lui qui détruit l’identité française, surendette le pays, brade son industrie, s’acharne contre tous les restes de la civilisation, réprime le peuple et maintenant persécute les enfants avec le masque et les injections controversées, est particulièrement mal placé pour parler d’irresponsabilité (et de « solidité d’une nation »), et même de citoyenneté.
Cette phrase, dans la bouche d’un républicain particulièrement, ne peut qu’inquiéter. Dans la logique de la Révolution française, elle peut ouvrir la voie à une des persécutions graves. Macron envisage-t-il d’ouvrir des camps pour les non vaccinés ?!
On mettra d’ailleurs, pour montrer la valeur du personnage, sa déclaration sur les non citoyens en rapport avec ce qu’il disait en 2016, à propos de la déchéance de nationalité des terroristes : « on ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale ».
Cette provocation, si elle ne suscite pas une réaction populaire massive, pourrait ouvrir la voie à tous les abus de Macron et de ceux qui sont derrière lui : à commencer par une surveillance de masse plus poussée et une ségrégation sociale à la chinoise.

Karine Lacombe : le terrible échec de la prévision de la covidiste favorite des médias

https://i0.wp.com/www.francetvinfo.fr/pictures/NLTVr1ybT0_olfdKyxoS0CRhmSs/752x423/2021/08/12/phpR6Jc8x.jpg?w=840&ssl=1

Rappelons que Karine Lacombe, chercheur et infectiologue (liée à l’industrie pharmaceutique), a été très souvent invitée par les gros médias, depuis bientôt deux ans, pour parler du Covid et de la « vaccination » dont elle est une fervente propagandiste.
En mars 2020, elle s’est signalé par sa violente lutte contre l’hydroxychloroquine.

Il y a un an, le Libération publiait « plusieurs articles consacrés à Karine Lacombe, la qualifiant de « voix scientifique anti-fake news ». Le journal décrit sa mission comme « partager des informations sérieuses et précises sur le Sars-CoV-2 – ce que l’on sait et ce qu’on ne sait pas » et relève qu’elle est victime de « cyberharcèlement nauséabond » et de sexisme comme prix à payer pour son regard critique et son engagement. » (source)
Bref, une héroïne pour le Régime.
Le même jour Karine Lacombe déclarait de son côté : « Il suffit que la couverture vaccinale atteigne 50 à 60% pour que l’intégralité de la population soit immunisée ».

Ps : aujourd’hui, on en est à plus de 90% des Français majeurs.

Covid-19 : les injections à ARNm autorisées (et encouragées) pour les enfants de 5 à 11 !

Le très mal nommé « Comité consultatif national d’éthique » a approuvé ce 17 décembre  « la vaccination de tous les enfants de 5 à 11 ans ».

Une certaine Alexandra Benachi (?!), membre de ce Conseil bidon, a déclaré lors d’une conférence de presse en présentant cet avis qu’« il est important de vacciner les enfants et que cette vaccination soit bien suivie ».

Donc, même si elle dit en même temps qu’il ne faut pas que ce soit obligatoire et qu’il ne faut pas de passe sanitaire pour cette tranche d’âge, on sait qu’on ne peut la croire.
Les injections avec les traitements expérimentaux de Big Pharma, par contrainte, des 12-18 ans sont déjà une ignominie, d’autant que ces jeunes n’ont quasiment aucune chance de mourir du Covid.

Macron a déjà laissé entendre que la vaccination obligatoire des Français était à l’étude.
Ce Régime – soutenu par l’infernale génération des boomers toujours prête à sacrifier celles d’après par peur et pour son bien-être uniquement – semble n’avoir aucune limite et le pire est toujours à venir.
Il n’y a aucune force politique consistante pour s’opposer à lui.
Il faut absolument arrêter ce Régime par une mobilisation populaire vaste et sans concession (et sans récupérations douteuses).
Les nombreux personnes (de droite, catholiques de tradition, etc.), qui méprisaient ce régime mais ne se sont pas engagés politiquement contre lui ces dernières décennies commencent à payer directement l’addition, personnellement, et avec elles leurs enfants.

L’OMS finalement pessimiste sur la vaccination pour vaincre l’épidémie

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’CNEWS.FR Covid-19 :I'OMS finalement pessimiste sur la vaccination pour vaincre la pandémie’

Oups. Une fois encore les « complotistes » avaient raison.
Et le professeur Raoult, qui prévenait il y a déjà 10 mois que l’idée même de vaincre une épidémie de maladies infectieuses non-immunisantes par la vaccination relevait de la science-fiction.
On le traitait de charlatan.

« En mai, le responsable sanitaire onusien avait affirmé que « la pandémie sera(it) terminée lorsque nous aurons atteint une couverture vaccinale minimale de 70% » de la population mondiale. Interrogé sur le fait de savoir si cet objectif valait toujours ou s’il devait être relevé, Hans Kluge a souligné que les nouveaux variants plus contagieux, principalement Delta, avaient changé la donne.

A l’époque, même si le variant détecté initialement en Inde sévissait déjà, «il n’y avait pas une telle émergence des variants plus transmissible et plus viraux», a-t-il fait valoir. «Donc je crois que cela nous amène au point où l’objectif essentiel de la vaccination est avant tout d’empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité», a-t-il souligné. » (source Cnews)

Il ne faut toujours pas compter sur les gros médias pour enquêter sérieusement sur ce virus et ce qu’il y a autour : son apparition, l’attitude du gouvernement vis-à-vis de l’hydroxychloroquine et le scandale de l’étude bidon du Lancet, les effets secondaires graves des « vaccins », l’opposition du gouvernement aux traitements médicamenteux (l’ivermectine aujourd’hui), la non création et même la suppression de lits d’hôpitaux, les conflits d’intérêts entre Big Pharma et le gouvernement, etc.

Grand succès des manifestations contre le « Pass sanitaire » samedi

A Paris, quatre cortèges différents ont défilé.

Ce samedi, des centaines de milliers de Français sont descendus dans la rue (plus exactement dans les rues de très nombreuses villes).
Une mobilisation remarquable, spécialement pour un mois de juillet, alors que des manifestations avaient déjà eu lieu les semaines précédentes.
Notons que loin de se fatiguer, le mouvement prend de l’ampleur : il y avait, selon les décomptes officiels, deux fois plus de manifestants cette fois qu’il y a deux semaines.

Contrairement à leurs habitudes, les gros médias reprennent les chiffres du ministère de l’Intérieur (205 000 manifestants), sans jamais préciser d’où vient ce chiffre ni mentionner le chiffre calculé par les organisateurs.
Ils présentent donc les choses de façon faussée – trahissant leur militantisme – et minimisent le phénomène.

Ce samedi, quelques heurts ont été signalés dans divers cortèges, à l’initiative de l’extrême-gauche et d’agents du ministère de l’Intérieur infiltrés. Il y a une stratégie de pourrissement du mouvement qui commence.
Le début de cette contestation populaire ressemble donc beaucoup à celui des Gilets jaunes : va-t-il évoluer et se terminer de la même façon ?

Réflexion sur la légitimité morale du vaccin contre le Covid

Vaccination : la campagne s'accélère - Ville De Port Saint Louis du Rhône

Tribune très intéressante, parue dans la Nef en décembre 2020, qui garde sa pertinence.

« Les vaccins contre le Covid 19 qui arrivent sur le marché ont été élaborés en un temps record et, pour certains, selon des techniques nouvelles dont les effets à long terme sont par définition inconnus. De tels vaccins tant attendus ne dispensent pas d’une juste réflexion morale, d’où le point de vue argumenté que nous sommes heureux de publier ici.

Le sujet du vaccin à ARN messager (ARNm) est sensible et mérite une évaluation morale particulière de la part de l’Église. D’autant plus se vérifie ici le lien entre évaluation éthique et nécessité de compréhension scientifique des processus vitaux se déroulant. D’autant plus semble se vérifier que les fondements de bioéthique sont inscrits au cœur même du vivant. C’est donc très précisément qu’il nous faut examiner la question, au cœur du fonctionnement de la cellule, au cœur du fonctionnement du coronavirus Covid 19, au cœur de celui du vaccin à ARN messager qui vient d’être mis sur le marché.

Quelle est donc tout d’abord sa nature ? S’agit d’un vaccin au sens traditionnel ?
Continuer la lecture de « Réflexion sur la légitimité morale du vaccin contre le Covid »

Pourquoi le « Pass sanitaire » est scandaleux

  • Le «pass sanitaire» sera disponible dès le mois de juin en France

Il est important d’avoir conscience que Macron a franchi une étape cruciale avec son « Pass sanitaire » (même là, un anglicisme…).

Ses compères gouvernementaux ont affirmé pendant des mois qu’il n’y aurait pas de « vaccination obligatoire » face au Covid-19, mais c’est maintenant tout comme : pour aller dans les lieux culturels, les cafés et restaurants, les grands centres commerciaux, etc., et même pour certains afin de pouvoir se rendre à leur travail,  de nombreux Français auront le choix entre des certificats de vaccination ou des tests PCR valables 48h et plus remboursés !

Une démarche totalitaire dans laquelle le pouvoir – perversion suprême déjà pratiquée chez les bolcheviques – force des citoyens (ici les employeurs, les restaurateurs, etc.) à contrôler eux-mêmes leurs concitoyens.

Les gros médias ont préparé l’opinion publique en suggérant pendant des semaines cette idée de vaccination obligatoire et en répétant ad nauseam que le variant Delta était très contagieux, plus contagieux que les versions précédemment servies. Or, ces médias ne rappellent jamais une autre donnée : s’il est plus contagieux, le variant Delta est officiellement moins virulent, moins létal. Cette omission systématique relève purement et simplement de la manipulation mentale, en vue de faire paniquer la population pour qu’elle accepte des mesures normalement inacceptables.

Quant à la vaccination, sans entrer dans le détail des controverses, il est parfaitement légitime, pour soi et les siens (surtout les jeunes), de s’en méfier : ces vaccins ou thérapies sont toujours en phase d’évaluation – on ne connaît pas les effets à terme (il y a des controverses en particulier pour les thérapies à ARN) – et sont proposés par des entreprises déjà multi-condamnées pour de graves scandales médicaux.

Par ailleurs, si ces vaccins sont efficaces et que les populations à risque sont déjà largement vaccinées, pourquoi craindre un engorgement des services de réanimation ?

Evidemment, il ne faut pas compter sur la « droite » sécuritaire pour comprendre quelque chose aux enjeux et proposer de véritables solutions. Robert Ménard illustre à merveille cette vision des choses :

 

Ce que Ménard et d’autres n’ont pas perçu, c’est qu’accepter ce système de Pass [sic] sanitaire et cette vaccination quasi-obligatoire, c’est précisément renoncer à une vie normale !

C’est la même chose pour l’insécurité ; prenons cet exemple.
La France devient petit à petit un coupe-gorge à cause de l’immigration massive qui, en plus, menace de lui faire perdre définitivement son identité.
Que proposent la gauche et la droite pour « retrouver une vie normale » ? Prendre le problème à la racine avec une très large remigration ? Non.
Elles proposent de mettre un policier derrière chaque citoyen, d’espionner son activité sur internet et installer des caméras absolument partout. Et elles osent présenter cela – ce que nos ancêtres lointains comme proches n’auraient jamais toléré – comme la « vie normale » !
Mais, à défaut de régler le problème de l’insécurité, cela permet au régime en place de surveiller et de réprimer plus facilement les dissidents.
Fin de la parenthèse.

Si le quart de ce que vont coûter les mesures gouvernementales avait été consacré plutôt à la création de nouveaux lits en réanimation, les mesures antisociales imposées depuis l’automne 2020 auraient été clairement inutiles et injustifiables.

Par ailleurs, le gouvernement fait mine d’ignorer l’existence de médicaments tels que l’ivermectine (pas chère…), dont de nombreux échos évoquent l’efficacité dans le traitement du Covid.

Mais il est légitime de penser qu’il y a des buts cachés. Les théories ne manquent pas.
En tout cas, ce qui se passe depuis mars 2020 et qui culmine avec ce « Pass sanitaire » constitue un formidable exercice d’ingénierie sociale et de contrôle social.

Il est capital de s’opposer au maximum à ce projet de société digne de la Chine communiste.
Il y a du potentiel de résistance, comme le montrent les très nombreuses manifestations qui ont lieu à travers la France samedi (plusieurs dizaines de milliers de personnes à Paris), en plein mois de juillet.

Henri Ménestrel

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, foule et plein air
A Paris, plusieurs dizaines de milliers de manifestants, en plein mois de juillet

 

L’univers covidique (approche philosophique)

https://i0.wp.com/images.bfmtv.com/l4JzQwpyFd_-CnpnEndNSTe2al4=/0x106:2048x1258/2048x0/images/Personnes-portant-des-masques-dans-les-rues-de-Nantes-le-20-fevrier-2021-1024797.jpg?w=840&ssl=1

L’abbé Gabin Hachette (FSSPX) présente ses réflexions suite à la lecture du livre Faire face – Le visage et la crise sanitaire.

Une analyse précieuse.

« Martin Steffens et Pierre Dulau voient dans notre époque actuelle un moment clé, celui du passage à un nouveau type de société en prenant occasion d’un prétexte sanitaire : l’apparition du virus « Sars-CoV-2. », le covid. Prétexte, oui, car derrière l’avalanche d’informations quotidiennes, les deux auteurs remarquent que les faits constatés et rigoureusement établis sont très souvent « ou bien rares, ou bien nombreux et discordants ». Il y a beaucoup de flou dans cette période : « les effets du virus sur la santé ne furent jusqu’à présent jamais tels que les remèdes envisagés dussent passer pour incontestables. Le doute demeure quant à savoir si les remèdes choisis (confinements, couvre-feux, annonces spectaculaires, pénalisation des écarts, restrictions radicales des libertés fondamentales…) ne sont pas pires que les mauxLe sentiment de « s’être fait avoir » traverse aujourd’hui l’esprit du plus honnête des hommes. » Si la présence d’un virus est évidemment constatée, il serait ridicule de l’équiparer à la peste noire ou au choléra, nous ne voyons pas de cadavres joncher les rues ni la population mondiale diminuer sensiblement. Richard Horton, le rédacteur en chef du Lancet, l’indiquait d’ailleurs en septembre 2020, « le covid-19 n’est pas une pandémie », loin de toucher le peuple entier, il n’est grave presque exclusivement que chez certaines personnes âgées ou fragiles. Ce qui donne de l’importance à ce virus, c’est que « les gouvernements choisirent de compenser par l’imagination et le conditionnement ce que l’expérience sensible ne pouvait offrir. Afin que la catastrophe n’eût pas lieu, on frappa catastrophiquement les esprits. » Par la peur instillée et les mesures de distanciation sociale, la société s’est trouvée radicalement modifiée.

Continuer la lecture de « L’univers covidique (approche philosophique) »

Ardennes covidées : grand banquet organisé pour le départ du sous-préfet…

Quel champagne acheter pour les Fêtes ? - Dilettantes - Dilettantes

Pendant que les Français sont privés de vie sociale et que les restaurants et cafés sont fermés, on a fait la java, en mairie, pour le départ de la « sous-préfète » [sic]. Belle démonstration de tartufferie républicaine.

« Qui a dit que la bamboche était terminée ? Jeudi 21 janvier, à Rethel (Ardennes), on fête le départ de la sous-préfète, Mireille Higinnen-Bier, en poste depuis 2018. Deux ans de bons et loyaux services que la municipalité souhaite honorer. La ville organise alors un pot de départ à l’Atmosphère, une salle de spectacle de la commune. Une soixantaine d’invités sont conviés. Tout le gratin local est réuni : les acteurs du monde économique, le préfet, les élus, le procureur de la République… Petits-fours, mignardises et champagne sont servis aux convives pour le goûter. » (source)

#JeNeMeConfineraiPas… De nombreux internautes s’opposent à un éventuel reconfinement

Alors même que les frontières sont grandes ouvertes, facilitant la circulation de tous les virus et trafics possibles, le gouvernement s’appréteraient à reconfiner les Français chez eux, autrement dit à les emporisonner chez eux.

Néanmoins, pour cette fois-ci, les Français semblent moins moutonniers et certains disent clairement qu’ils n’obéiront pas à ces atteintes à la liberté, si l’on en croit 20 minutes. On ne peut que se réjouir de tels comportements !