Condamné à 5 ans de prison en juin, le rappeur « Rohff » est libéré après 5 mois de détention

Voilà qui est révélateur des orientations du système judiciaire français…

 

« C’est officiel ! Après cinq mois passé derrière les barreaux, Rohff est sorti de prison. C’est sur Instagram que le rappeur a annoncé la bonne [sic] nouvelle.

Le 6 juin dernier, Rohff a passé une terrible journée qui a sûrement changé le reste de sa vie. En effet, la cour d’appel de Paris a condamné le rappeur à 5 ans d’emprisonnement pour des violences aggravées commises en 2014 dans la boutique parisienne de son rival Booba, prénommée Unkut. […] » (vu dans Non Stop People).

A comparer avec la répression que peuvent connaître les Gilets jaunes et militants nationalistes, dont les peines sont généralement accomplies intégralement…

via fdesouche

Le Mans (72): Karim jugé pour avoir lardé Blandine d’une trentaine de coups de couteau dont 19 au niveau du visage

 

« Le Mans. Coiffeuse lardée de coups de couteau : lourdes réquisitions

L’avocat général a requis, ce vendredi 22 novembre 2019, 30 ans de réclusion criminelle à l’encontre de Karim, 25 ans, jugé après s’être « acharné » à coups se couteau sur son ex-petite amie.

Froideur, détachement, contrôle. Voilà les mots qui reviennent sans cesse à propos de l’accusé. Depuis Le jeudi 21 novembre 2019, le Manceau, âgé de 25 ans, est jugé pour avoir tenté de tuer son ex-petite amie. De bien sale manière. […] »

Source Ouest France

Perpignan (66) : Christelle, poignardée à mort par Nabile devant son fils de 9 ans

 

« […] Il est 22 heures passées, ce vendredi 5 juillet 2019, dans une petite résidence à la périphérie de Perpignan. Kevin et Elodie, voisins et amis de Christelle, l’entendent hurler et s’apprêtent à intervenir quand son compagnon Nabile ouvre la fenêtre et crie: « Kévin, c’est bon, tu peux appeler la police, je l’ai tuée, j’ai tué ma femme ». […]
le premier fils de Christelle, neuf ans, a assisté à la scène d’une pièce à côté […]
Continuer la lecture de « Perpignan (66) : Christelle, poignardée à mort par Nabile devant son fils de 9 ans »

« François » dénonce (en pipotant) la « chanson de Roland » !

« François » ne sait plus quoi aller chercher pour critiquer l’Occident et les catholiques traditionalistes (qu’il évoque comme « intégristes », équivalent aux « intégristes islamistes », des djihadistes quoi…).

Lu chez Riposte catholique :

« Le 18 novembre dernier, le pape François a reçu en audience les participants à la réunion organisée par l’Istituto para el Dialogo Interreligioso de la Argentina (IDI), et il a notamment salué trois des dirigeants de cet organisme, le Père Guillermo Marco, le responsable musulman Omar Abboud et le rabbin Daniel Goldman, tous trois vice-présidents de l’IDI. Le Souverain Pontife a prononcé une allocution dont voici un extrait traduit à partir de la version anglaise (il n’existe pas de version française comme c’est de plus en plus souvent le cas désormais…).
Continuer la lecture de « « François » dénonce (en pipotant) la « chanson de Roland » ! »

C’était un 22 novembre…

Gamins alsaciens attendant les troupes françaises à Strasbourg

1918 : Après la signature de l’armistice à Rethondes, entrée des troupes françaises à Strasbourg, après près de 50 ans d’occupation allemande. Elles étaient arrivées en Alsace le 16. Les « provinces perdues » fêtent leur retour à la mère-patrie.
Concernant la dureté de l’occupation allemande (probablement plus dure pour les régions françaises touchées que celle de la 2e Guerre), on peut lire les atrocités allemandes, de John Horne et Alan Kramer.

1946 : les journalistes Pierre-Antoine Cousteau (livres et bio ici) et Lucien Rebatet (livres et bio ici) sont condamnés à mort (ils seront graciés, puis élargis dix ans plus tard).

1963 : mort à Hollywood du romancier et essayiste anglais Aldous Huxley, auteur du Meilleur des mondes.

1963 : le président John F. Kennedy est assassiné à Dallas (Texas) par Lee Harvey Oswald, depuis la fenêtre d’un dépôt de livres.
En réalité, les tueurs sont multiples.
Continuer la lecture de « C’était un 22 novembre… »

La mort chrétienne de Guillaume Faye

Résultat de recherche d'images pour "guillaume faye"

La revue catholique traditionaliste Le Sel de la Terre, éditée par les dominicains d’Avrillé, donne dans son dernier numéro (110) la parole à un ami de Guillaume Faye, essayiste audacieux, parfois brillant, parfois condamnable, mort en mars dernier d’un cancer.

Préambule de la revue :
« Guillaume Faye (1949-2019) a été, avec Alain de Benoist et Dominique Venner, un des principaux théoriciens du courant néopaïen habituellement nommé « Nouvelle Droite ». A ce titre, il avait été épinglé par Geoffroy Daubuis dans le numéro 60 du Sel de la terre (article tiré à part). Mais s’il répétait volontiers les slogans de la Nouvelle Droite (le christianisme serait, par nature, un « appel à la faiblesse et la soumission » et un « discours dévirilisant et cosmopolite »), il montrait aussi parfois, dans ses écrits, un étonnant respect envers la foi catholique traditionnelle (voir ses articles « Cible de l’oligarchie : le catholicisme, pas l’islamisme » et sur le pape François et l’islam).
La grâce de Dieu l’a mené à vouloir rencontrer un prêtre à la fin de l’année 2018, puis à recevoir le sacrement de pénitence (dimanche 27 janvier 2019), et, finalement, l’extrême onction et la communion en viatique, un mois plus tard (27 février), huit jours avant sa mort (mercredi des Cendres 6 mars).
Patrice Sage, qui fut un de ses camarades de jeunesse, a été un témoin privilégié de ce parcours. »

Le témoignage :
Continuer la lecture de « La mort chrétienne de Guillaume Faye »

Reconnaissance faciale : la Chine en pointe dans l’espionnage de masse

La Chine communiste est logiquement en pointe dans l’espionnage de masse, et est friande de cette nouvelle technique qui débarque en Occident.

Beaucoup de citoyens chinois ne sont pas particulièrement gênés par cette idée : il faut dire qu’ils baignent depuis longtemps dans un régime totalitaire et que leur race est peut-être elle-même moins sensible aux libertés individuelles.

Quoiqu’il en soit, c’est un avant-goût de ce qui arrive dans les États occidentaux et chez la République française en particulier, qui suivent aussi leur penchant totalitaire et multiplient les caméras.

Les Républicains poussent le gouvernement à passer à la reconnaissance faciale (en brandissant les JO 2024)

Résultat de recherche d'images pour "facial recognition"

En route vers Big Brother.

Effrayant.

La CNIL (Commission nationale informatique et libertés, censée protéger les libertés et la vie privée des citoyens) s’était jusqu’à alors opposée à la reconnaissance faciale (caméras transmettant votre image à des ordinateurs qui la comparent avec des fichiers constitués par le Régime), mais voilà qu’elle opère un revirement, on ne sait pas à la suite de quelles pressions.

Le parti « de droite » Les Républicains se jette sur l’occasion pour presser le gouvernement de généraliser la reconnaissance faciale, comme en Chine communiste
Plutôt que de régler les problèmes de sécurité à la base, on va donc espionner massivement la population…
Il est vrai que c’est aussi l’occasion pour le Régime (gauche, LREM et LR inclus) de pouvoir ficher plus facilement ses opposants véritables (dans les manifestations par exemple) et d’ensuite les persécuter s’il l’estime nécessaire…

Liberté, intimité, dignité… Les Français vont-ils réagir ?

Video du député LR interpellant le ministre à l’Assemblée :

Débat sur la souveraineté et l’identité : François Asselineau se fait piétiner par Zemmour

François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine, a pour leitmotiv la sortie de l’Union européenne.
Mesure salutaire (et évidemment insuffisante en soi, pour remettre la France en état), sauf que parallèlement Asselineau prend systématiquement des positions contraires à la défense de l’identité française, qu’il est d’ailleurs manifestement incapable de décrire et même d’appréhender. C’est après tout un vrai républicain, faut-il le rappeler.
Reprenant ici la critique portée par les nationalistes authentiques depuis longtemps, Eric Zemmour met Asselineau devant les lacunes, les faiblesses et les contradictions de son discours.
A quoi sert de défendre l’indépendance de la France si c’est pour perdre définitivement son identité ? Quel intérêt ?
Se battre pour le « contenant », si c’est pour mépriser le « contenu », n’est-il pas farfelu ? Asselineau le prouve à son corps défendant…

Asselineau est le plus caricatural dans son genre, mais les « souverainistes »  et même certains « nationalistes » donnent dans le même travers, probablement terrorisés par l’idéologie « antiraciste » actuellement en vigueur, ce qui n’est pas le cas de Zemmour dans cette émission quotidienne de débat qui bat d’ailleurs des records d’audience.

Zemmour, en revanche, a tendance à négliger (désormais?) la nécessité du « souverainisme ». Or, défense de l’identité nationale et défense de l’indépendance nationale sont 2 piliers du patriotisme politique, c’est-à-dire du nationalisme dans le meilleur sens du terme.

Le débat en question :

Une élue parisienne, adjoint au maire, se moque des chrétiennes

Valérie Maupas est adjoint au maire du 14e arrdt de Paris, et se présente « présidente de Socialisme et Judaïsme, Co-présidente du Cercle Léon Blum, membre fondateur du Printemps Républicain ».

Sur son compte twitter, très actif et très communautariste, entre un message de défense de son coreligionnaire le violeur Polanski et un appel à aller voir le nouveau film sur Dreyfus, elle se permet de se moquer, en toute indifférence, des femmes qui vont à la messe, qu’elle présente comme des crédules (incohérentes si elles sont hostiles à l’homéopathie) :

 

 

C’était un 20 novembre : mort de Jose Antonio Primo de Rivera et de Francisco Franco

 En 1936, alors que l’avancée nationaliste est bloquée à la hauteur de la cité universitaire de Madrid, à Alicante, le fondateur de la Phalange espagnole est fusillé, à l’âge de 33 ans, par le Front populaire arrivé au pouvoir quelques mois plus tôt.

Fils du général Miguel Primo de Rivera, dictateur en Espagne entre 1923 et 1930, cet avocat – artisan de la doctrine « nationale-syndicaliste » – reste une figure marquante du nationalisme en Europe.
Continuer la lecture de « C’était un 20 novembre : mort de Jose Antonio Primo de Rivera et de Francisco Franco »

Socialistes : un cadre du MJS rend hommage le 11 novembre aux Poilus qui ont vaincu « l’Allemagne nazie »

Esaïe Dahmane-Aloujes incarne (bien) la relève du Parti socialiste.
Ce jeune politicard est « secrétaire de la section PS de Collioure » et membre du « Bureau National du Mouvement des Jeunes Socialistes ».

Il fait comme tout le monde son petit numéro politicien à l’occasion du 11 novembre, mais en s’exprimant trop, laisse entrevoir sa culture (certes façonnée par l’Éducation nationale gauchisée) :

Image

Pour France Culture, les méchants Blancs complotent par racisme depuis 2000 ans à propos des statues grecques blanches

La radio d’État « France culture » – très mal nommée à double titre – a frappé fort.

Entre deux émissions de « déconstruction » (de la civilisation et de la pensée droite) et de moquerie du conspirationnisme, on y explique doctement que si, dans l’imaginaire collectif, les statues grecques ont toujours été blanches comme elles nous apparaissent maintenant, c’est parce que l’Occident était raciste…
2000 ans (depuis le début de l’ère chrétienne) de complots (« on vous ment ») par haine de la couleur.
Or le fait que ses statues étaient peintes à l’origine est connu depuis des décennies et enseigné dans les manuels qui traitent de ces statues. Au demeurant on ne voit pas bien l’enjeu. France Culture essaye-t-elle de nous dire que les Grecs anciens étaient noirs ?!

Dans la petite video que propose la radio (où les Gaulois sont très minoritaires et où les gauchistes sont surreprésentés), payée par nos impôts, la voix-off explique sur un ton sarcastique :
« C’est le résultat de 2000 ans d’histoire réactionnaire, qui place le blanc au milieu de ses valeurs et rejette l’impur, le bigarré, le métissage des couleurs ».
Un « archéologue » mais sutout militant cosmopolite, Pierre Jockey, va très loin :
« C’est un rejet de l’autre, que l’on voit apparaître dès les textes de Pline l’Ancien jusqu’aux pires excès de la 2e Guerre mondiale, à chaque fois c’est l’autre qui est l’enjeu, le rejet des couleurs de l’autre ».

Tout y est, c’est extraordinaire.
Salauds de Blancs !

La video :