« Egalité et Réconciliation » : ça s’embrouille

Alain Soral veut « vider » Marc George, son bras-droit et secrétaire général de l’association politique qu’il préside : « Egalité et Réconciliation ».

Il lui reproche notamment :
– son soutien aux Harkis alors que pour Soral la cause de ces défenseurs sacrifiés de l’Algérie française est mauvaise : « […] ne saurait cautionner en rien un quelconque impérialisme militaro-économique, fut-il français » !
– « l’annonce d’une possible commémoration de la mort de l’extrémiste de droite, François Duprat ».

Source

Petite fable.

Jean Dupont a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil-matin (fabriqué au Japon) à 6 heures.
Pendant que sa cafetière (fabriquée en Chine) filtrait le café, il s’est rasé avec son rasoir électrique (fabriqué à Hong Kong).
Puis il s’est vêtu de sa chemise (fabriquée au Turquie), son jean (fabriqué en Chine) et ses chaussures (fabriquées en Corée).
Après avoir préparé son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fabriqué en Inde) en l’agrémentant de fraises (d’Espagne) et de bananes (du Costa Rica), il s’est assis, calculatrice (fabriquée au Mexique) en main , pour calculer son budget de la journée.
En consultant sa montre (fabriquée à Taiwan), il a synchronisé sa radio (fabriquée en Chine), puis est monté dans sa voiture (fabriquée au Japon) pour continuer sa recherche d’emploi, entre deux fermetures d’usines (en France).
Après cette nouvelle journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (de Californie) pour accompagner ses légumes (produits en Espagne), met ses pantoufles (fabriquées au Brésil) et allume sa télévision (fabriquée en Indonésie) tout en se demandant pourquoi il n’arrive pas à trouver un travail, ici en France …

Cas d’école de propagande

« Ensemble c’est trop », film sortant cette semaine avec au programme, comme vous pouvez le constater sur la bande-annonce ci-dessous : métissage, tromperies, vice, drogue, etc.
La « France d’après » est soigneusement préparée dans les mentalités par le biais des petits et grands écrans.
Quelques citations : « un mariage, ça finit toujours en ménage à trois », « papa, ça veut dire quoi sodomie? ».

Attention, ne pas regarder si vous êtes de mauvaise humeur.

Source

Le retour progressif du Franc dans les esprits

La preuve par le journal Marianne dans cet article : « Et si le Franc était le remède à la crise ?  »

On évoque de plus en plus, y compris dans les médias du Système, la possibilité d’une sortie de la zone euro et donc d’un retour au Franc.
Les dégâts économiques du passage à la monnaie européenne sont en effet indiscutables, et ont été particulièrement perceptibles avec la crise financière débutée à l’automne 2008.

Les arguments des sceptiques sont généralement d’ordre économique, et n’évoquent pas le fait qu’une nation privée de sa monnaie n’est plus un pays un souverain mais une province, mais bon…

« Marche du souvenir » Dresde 2010

Au moins 7 000 manifestants nationalistes allemands se sont rassemblés à Dresde pour commémorer le crime de guerre anglo-américain de février 1945 (voir notre précédent article) au cours de leur désormais traditionnelle « marche du souvenir ». 

Ils ont été scandaleusement empêchés de défiler par les forces de l’ordre et cantonnés à la gare, en raison de la présence de nombreux « antifas » venus défendre l’honneur du Système et qui avaient dressés des barricades auxquelles certains s’étaient enchaînés…

Quelques dizaines d’interpellations de part et d’autres et de blessés légers même si les deux camps ont été maintenus séparés. En Allemagne aussi, la « liberté de manifestation » ne veut rien dire.

Source

Pas mal.

Le site économique capital.fr met en ligne un dossier intitulé « Ville par ville, les francs-maçons dans le business » (vu ici).

Il recèle de nombreuses informations intéressantes, même si on se doute que la réalité est bien pire concernant l’emprise maçonnique sur l’économie et la politique.

En tout cas, c’est une heureuse surprise de voir levée par un « gros media » une partie du voile sur la secte la plus puissante du monde.
Exemples de titre des articles : « Paris : 40 000 frères y infiltrent les grands groupes, les syndicats et la haute administration », « Nancy : Les initiés y font la loi, à la mairie et au tribunal de commerce », « Strasbourg : Les loges y recrutent à tour de bras de nouveaux réseauteurs ».

Vers une explosion de l’Espagne ?

La Catalogne est l’un des principaux moteurs économiques de l’Espagne. Ce reportage évoque un sentiment séparatiste qui se fait jour chez un certain nombre de ses habitants, en réalité surtout guidés par une soif matérialiste plus forte que le patriotisme, la conscience nationale, la solidarité nationale.

On est très loin du « nationalisme » et pourtant les médias qualifient malencontreusement de ce terme ces tendances séparatistes dont on parle ça et là. En France, elles sont très marginales… Pour l’instant. Mais Bruxelles fait tout pour attiser ces mouvements centrifuges, avec l’aide d’une certaine extrême-droite d’ailleurs.

Rappel sur Georges Frêche

Alors que certains ont récemment présenté sottement le président du conseil régional de Languedoc-Roussillon et de la communauté d’agglomération de Montpellier comme un antisémite, nous pensons utile de ressortir cette video, qui n’a pas eu l’écho qu’elle méritait.
A l’occasion de la “Journée de Jérusalem”, organisée sous les auspices de la mairie et de l’agglomération de Montpellier 24 juin 2007, il tient un discours hallucinant (et halluciné ?). Vous relèverez un ou deux passages savoureux concernant Sarközy.

Frédéric Mitterrand se lâche au ministère…

Lu dans Présent :

« notre joli ministre de la Culture a remis hier les insignes de chevalier des Arts et Lettres à Jim Carrey et Ewan Mc Gregor qui incarnent actuellement un couple gay dans leur dernier film : I love you Phillip Morris. Un film aux scènes sexuelles tout à fait explicites.

Frétillant comme jamais, Frédéric Mitterrand, qui est arrivé en proclamant « I love you Jim Carrey, I love you Ewan Mc Gregor ! », s’est livré à un éloquent numéro de « rentre dedans » humoristique auprès du jeune acteur écossais qui n’en demandait pas tant. Avant de le décorer ainsi que son partenaire Jim Carrey et de les féliciter pour ce couple de cinéma « déjà mythique ».

Puis les deux acteurs se sont embrassés sur la bouche dans les salons du ministère de la Culture, devant un parterre de photographes médusés… Voilà à quoi ressemble le ministère de la Culture français sous Frédéric Mitterrand. »

« Trahison des clercs ».

Réflexions lues sur le site du RF :

« De plus en plus de prélats se font les serviteurs zélés du gaucho-mondialisme.
Cette idéologie pourtant élaborée dans des cénacles foncièrement antichrétiens, fait oublier que le catholicisme (s’appuyant sur l’ordre naturel, qu’il doit défendre), le bon sens, la piété filiale comme le respect de la Création, commandent que les véritables nations doivent survivre et que leurs gouvernements doivent les défendre.

« Aujourd’hui, en Europe, on ne considère l’immigration que comme une menace : menace à l’intégrité européenne, menace au développement, menace au bien-être, menace à la sécurité. Un danger et non une aide potentielle au développement » (1), relève ainsi le cardinal ghanéen Peter Turkson, récemment nommé à la tête du conseil pontifical Justice et Paix (équivalent d’un ministère), dans un entretien (source).

« Mais les migrations ne peuvent pas être arrêtées ni évitées », ajoute-t-il bêtement, affirmant que « la frontière entre les législations restrictives et le racisme risque de devenir toujours plus mince ». (2)
Continuer la lecture de « « Trahison des clercs ». »

Sortez vos mouchoirs et ouvrez vos portes-monnaies

« 1942. Joseph a onze ans. Et ce matin de juin, il doit aller à l’école, une étoile jaune cousue sur sa poitrine. Il reçoit les encouragements d’un voisin brocanteur. Les railleries d’une boulangère. Entre bienveillance et mépris, Jo et ses copains juifs (comme lui), leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la butte Montmartre, ou ils ont trouvé refuge. Du moins le croient-ils, jusqu’à ce matin du 16 juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule. Du Vel D’Hiv, ou 7000 juifs raflés sont entassés, au camp de Beaune-la-Rolande, de Vichy à la terrasse du Berghof, « la Rafle » suit les destins réels des victimes et des bourreaux. De ceux qui ont orchestré. De ceux qui ont eu confiance. De ceux qui ont fui. De ceux qui se sont opposés. Toutes les personnes du film ont existé. Tous les événements, même les plus extrêmes, ont eu lieu cet été 1942 ».
« La Rafle », de Rose Bosch, avec Gad Elmaleh, Jean Réno , Mélanie Laurent. Sur nos écrans le 10 mars prochain.
Le shoah-business se porte toujours bien.