Après l’intox médiatique de France 2, la répression policière de l’Etat ripoublicain?

Bien que le mouvement Dies Irae n’ait jamais eu aucune activité illégale, surfant sur l’émoi qu’a provoqué l’émission de France 2, le procureur de Bordeaux vient d’ouvrir une enquête à leur encontre.

Rappelons qu’aucun des faits exposés dans ce reportage ne sont répréhensibles. Mêmes les propos choquants de « Ludo le lourdeau » ne peuvent être poursuivis. Les lois visant les propos racistes ne concernent que les propos publics. Les propos de ce Ludo sont strictement privés puisqu’ils ne s’adressaient qu’à son interlocuteur. De plus, il ignorait qu’il était filmé.

On se demande ce que le procureur va bien pouvoir sortir de son chapeau pour tenter d’incriminer les jeunes gens de Dies Irae ?

Source

3 commentaires concernant l'article “Après l’intox médiatique de France 2, la répression policière de l’Etat ripoublicain?”

  1. Il fallait s’y attendre.

    Alors que ceux qui agressent les mamies, les papis, qui rançonnent sont laissés en liberté, alors qu’il n’y a aucune poursuite contre ceux qui incendient les transports en commun, qui frappent leurs enseignants, etc, etc, on va s’attaquer à un groupuscule sous la base d’un reportage trafiqué, de déclarations obtenues on ne sait dans quelles conditions. Pitoyable procureur, pitoyable justice.

    S’il y avait une justice en France, elle s’attaquerait au journaliste (sic) Mathieu Maye, qui manifestement a suggéré des propos négationnistes à des enfants, ou s’il ne les a pas suggérés, à au moins laisser les enfants asséner des propos tombant sous le coup de la loi, alors qu’ils étaient sous son autorité. N’importe quel adulte, a fortiori ayant un rôle éducatif, avait l’obligation d’intervenir, de recadrer les enfants, ce qu’il n’a pas fait, et il y a donc de toute évidence une faute pénalement répréhensible.

    Et le fait que ceci soit fait dans le cadre d’un reportage télévisuel ne change rien à l’affaire. Si, pour son reportage, il avait eu besoin de tuer quelqu’un pour montrer les réactions que cela suscite, et qu’il le fît, faudrait-il l’absoudre sous prétexte que tout cela est commis dans le cadre d’un reportage télévisé, et ne poursuivre que les réactions ?

  2. Hé bin…. Et quand il y a enquête dans les filiales clandestines est-ce que la justice vient s’en mêler suite aux reportages! NON!

  3. C’est la dictature médiatique en pleine action!
    On comprend pourquoi les FM luttent avec tant d’acharnement contre Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.