Affaire Bettencourt : Le majordome, une secrétaire et un chauffeur parlent eux aussi d’enveloppes données à des hommes politiques

Deux nouvelles dépositions dans l’affaire Bettencourt, celles d’un majordome et d’une secrétaire, conforteraient les déclarations de Claire Thibout, l’ex-comptable de Liliane Bettencourt. Ces auditions indiquent que les destinataires des enveloppes étaient essentiellement «des candidats qui cherchaient à financer leur campagne».

Le témoignage de Chantal Trovel, secrétaire personnelle d’André Bettencourt de juin 1997 au décès de celui-ci, en novembre 2007, confirme néanmoins qu’elle savait que «M. et Mme Bettencourt aidaient financièrement des personnes politiques», sous forme «d’argent liquide». «Entre le moment où je suis rentrée au service de M. Bettencourt en 1997 jusqu’à son décès en novembre 2007, durant les périodes précédant des élections de tous ordres, poursuit-elle, des personnes qui ne venaient pas d’habitude à la maison demandaient des rendez-vous auprès de M. Bettencourt. Alors je lui demandais s’il souhaitait recevoir cette personne. Il me disait oui ou non. Lorsqu’il disait oui, il recevait cette personne. Ils s’entretenaient ensemble durant une demi-heure à quarante-cinq minutes. Puis la personne repartait. Parfois, il arrivait que M. Bettencourt me dise: »Il est venu vraiment pour ce que je pensais… » Mais il restait évasif.»

Chantal Trovel raconte encore: «M. Bettencourt avait dans son bureau un coffre contenant, entre autres, de grosses liquidités. Si une personne venait et qu’il avait la somme qu’elle lui demandait, alors il lui remettait les fonds. Mais si M. Bettencourt manquait de liquidités, soit il demandait à Claire Thibout de le contacter, soit il la faisait contacter par moi.» A la question: «Qui étaient ces personnes qui venaient solliciter M. Bettencourt ?», la secrétaire répondu: «Je ne saurais vous dire. Mais pas des personnalités politiques connues du grand public en tout cas, c’est sûr.»

Le maître d’hôtel, qui est à l’origine des enregistrements pirates, a également confirmé à la police que «le couple Bettencourt recevaient beaucoup de hautes personnalités, citant notamment le couple Balladur ou MM. Messmer, Druon ou Donnedieu de Vabres. «J’ai également en mémoire un grand dîner au cours duquel étaient conviés M. et Mme Woerth, M. de Maistre, M. Kouchner et Mme Ockrent et un autre couple dont je ne me souviens pas des noms. De mémoire, je pense que ce dîner a eu lieu début 2007 mais je ne peux pas être plus affirmatif.» Pascal Bonnefoy ajoute: «Les hommes politiques que j’ai vus sont: M. Balladur, M. Woerth, M. Kouchner, M. Messmer, M. et Mme Chirac, M. Sarkozy (à l’époque il était ministre de l’Intérieur je crois – période de 2002 à 2004 – et je ne l’ai vu qu’une fois).»

Sur les enveloppes d’argent liquide, l’ancien majordome confirme: «Elles existaient, j’en ai d’ailleurs vu une, une fois sur son bureau, papier kraft sans nom.»

Enfin, le chauffeur de André Bettencourt de 1994 à 2004, Dominique G., a confié à Mediapart quelques jours avant son audition par la police que Claire Thibout «n'[était] pas du genre à inventer. Si elle le dit [au sujet des enveloppes], elle l’a vécu.»

Source (merci à Hulk)

3 commentaires concernant l'article “Affaire Bettencourt : Le majordome, une secrétaire et un chauffeur parlent eux aussi d’enveloppes données à des hommes politiques”

  1. Qoua?
    QUOIGINYA,
    Y’a un problème?
    Jean Pierre MOCKY vient de dire, sur Europe 1, qu(il y a trop de sperme partout.
    Ben oui!
    Je vois l’avenir.
    Des vieillards, bite à la main, bourrés de viagra, qui poursuivent dans nos rues des enfants mâles ou femelles, complètement nus, qui s’enfuient, complètement affolés…

  2. Ce qu’il y a de triste la dedans c’est que les déclarations, les preuves (bon même si le terme est à discuter) sont là, et les politiques sont toujours la aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.