« Adulting » : des formations pour apprendre à devenir grand !

Si la transmission de principes de vie et de l’héritage culturel a presque disparu de l’éducation de certaines familles, il en va de même pour le savoir-faire essentiel à la vie. Il y a désormais des formations pour tenir son budget, faire cuire un plat de pâtes avec quelques légumes et même pour « gérer » sa relation amoureuse !  

Trouvé sur Courrier International : « Le cours d’adulting de la prestigieuse université UC Berkeley rencontre un franc succès, notamment auprès des étudiants internationaux. Cela témoigne de la difficulté de la plupart de ces étudiants à mener leur vie en dehors des cours.

“Je dois apprendre à gérer ma vie.” C’est sur ce constat amer que des milliers d’étudiants d’universités ou collèges américains, âgés de 20 à 30 ans, décident de s’inscrire à des cours mettant l’accent sur les life skills (savoir-faire liés à la vie courante). Le phénomène a gagné en popularité ces dernières années, car l’enseignement secondaire a abandonné les life skills, estime le Los Angeles Times.

Dans le cours d’adulting de l’université californienne de Berkeley, les étudiants apprennent à tenir leur budget personnel, faire la cuisine, organiser leurs recherches d’emploi et même gérer les relations amoureuses. Lau, étudiante de 21 ans et créatrice du cours, explique son succès :

« Nous sommes jetés dans ce monde et n’avons aucune idée de ce que nous sommes censés faire. Je pense que globalement nous nous sentons tous un peu perdus et ne savons jamais par quoi commencer. »

Dans le Maine, à Portland, il existe même une adulting school, une école entièrement basée sur les soft skills (savoir-être) : savoir conduire un entretien, résoudre des conflits, se faire des amis… La directrice de cette école, Rachel Flehinger, rapporte le malaise de ses élèves :

Plusieurs de nos clients sont des milléniaux ressentant une grande anxiété du fait qu’ils n’ont pas ces soft skills et n’arrivent pas à s’accomplir en tant qu’adulte.”

Pour Nancy Liu, représentante de la faculté pour le cours d’adulting à Berkeley, les étudiants ont tort de se reprocher leur manque d’expérience dans les tâches de la vie quotidienne, problème qu’elle estime normal : “L’université est un moment de nombreuses transitions, où de nombreux points de référence s’effondrent.” C’est particulièrement vrai pour les étudiants internationaux qui, en plus de devoir quitter le confort familial, découvrent un nouveau pays avec des règles différentes. “Ajoutez cela au stress et à la pression de l’environnement académique, et cela explique le sentiment de surmenage”, selon Nancy Liu.

Heureusement, les étudiants ne sont pas seuls. Au début du cours d’adulting, les étudiants éprouvent une certaine gêne à reconnaître qu’ils ne tiennent jamais les résolutions qu’ils se sont fixées, rapporte le Los Angeles Times. Mais au fur et à mesure, ils partagent leurs ratés dans la bonne humeur, et il se crée alors une émulation pour réussir ensemble. “C’est notre responsabilité en tant qu’étudiants de savoir que si nous éprouvons des difficultés dans tel aspect, il y a des ressources ici pour nous”, résume Lau. »

 

NE RATEZ PAS D’ARTICLE IMPORTANT :
RECEVEZ GRATUITEMENT, UNE FOIS PAR SEMAINE, LA LISTE DES ARTICLES PARUS SUR CONTRE-INFO !
IL SUFFIT D’INSCRIRE VOTRE ADRESSE ICI :






Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better
Lire les articles précédents :
C’était un 3 février… : mort d’Edouard Drumont, journaliste, écrivain et homme politique

Presque aveugle, Edouard Drumont mourut peu avant 20h dans sa résidence de Moret-sur-Loing, près de Fontainebleau, à l'âge de 72...

Fermer